WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des impacts écologiques et socioculturels de l'exploitation des produits de Daniellia Oliveri sur la viabilité de ses peuplements au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Rémy HOUEHOUNHA
Université d'Abomey-Calavi (Bénin) - Doctorat Unique 2009
  

précédent sommaire suivant

8.5- Rentabilité de l'exploitation des rejets de D. oliveri

Au moment oil le bois énergie devient une grande préoccupation des populations et des gouvernants, l'obtention à moindre coût du matériel combustible peut constituer une solution adaptée pour les couches les plus vulnérables du pays. En choisissant de faire de la jachère cultivée, les producteurs du Centre du Bénin, peuvent apporter des soins de désherbage aux rejets de D. oliveri et les conduire pendant environ 5 ans. En comparaison avec les charges nécessaires à l'installation d'une plantation d'espèce exotique à croissance rapide (Acacia auriculiformis) par exemple, l'on constate qu'il faut en moyenne 653.250 FCFA pour installer et conduire la plantation d'un ha dans le milieu d'étude (Rapports annuels 2007-2008 Projet Bois de Feu Phase 2). Avec une densité de plantation de 2.500 plants par ha, le revenu escompté après 5 ans avoisine dans les conditions actuelles, 1.125.000 FCFA. Au prix de 250 FCFA le fagot de 45 rejets de D. oliveri, les stations entretenues, donnent au moins le double du revenu

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

net des stations parcourues par les feux. En mettant en parallèle l'exploitation des rejets de D. oliveri avec le gain obtenu sur les plantations, on remarque qu'en 5 ans, avec deux passages d'entretien par an sur deux ans, l'exploitation des rejets procure une marge bénéficiaire de 598.700 FCFA/ ha contre 471.750 FCFA au niveau d'un ha de plantation d'espèce à croissance rapide sur la même période. Le couvert végétal du Centre du Bénin étant assujetti aux feux de végétation, le passage du feu dans une plantation d'Acacia auriculiformis peut aussi réduire les efforts à zéro (Floquet, 1994). Les feux de végétation étant un handicap sérieux dans les programmes de reboisement villageois, la conduite des rejets de D. oliveri peut être une solution : les rejets de l'espèce supportent mieux les feux de végétation et présentent par conséquent moins de contrainte de gestion aux producteurs.

L'exploitation du bois de D. oliveri pour des usages autres que le bois de feu, fait que les peuplements de l'espèce cèdent du terrain aux rejets dans le Centre du Bénin. La régénération naturelle par les rejets, constitue une chance à saisir pour la mise en oeuvre des programmes de recherche sur D. oliveri. La conduite des rejets, fait partie des stratégies de conception des bases de la sylviculture de l'espèce (Houéhounha, 2009).

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.