WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des impacts écologiques et socioculturels de l'exploitation des produits de Daniellia Oliveri sur la viabilité de ses peuplements au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Rémy HOUEHOUNHA
Université d'Abomey-Calavi (Bénin) - Doctorat Unique 2009
  

précédent sommaire suivant

2.2.1- Population

Le Bénin compte en 2002, 6.752.569 habitants pour une densité moyenne de 58,8 habitants au km2. Cette population est composée de 36% d'urbains et de 64% de ruraux. Les 2/3 de la population sont concentrés dans le Bénin méridional sur 1/10e de la superficie totale. Le taux brut de natalité est de 45 000 et celui de mortalité est de 17 000 . Le taux d'accroissement naturel de la population est de 3,25 %. A ce rythme, la population doublera en 24 ans ; elle sera de 11.700.000 habitants en 2025 et passera à 18.100.000 en 2050. L'espérance de vie des deux sexes est de 54,2 ans, soit 51,8 ans pour le sexe masculin et 65,6 ans pour le sexe féminin en 2002 (INSAE, 2002).

2.2.2- Groupes socio- linguistiques

Figure3: Principaux groupes ethniques du Bénin Source : INSAE, 2002

La population béninoise est formée d'une mosaïque linguistique. Cinquante et une langues sont parlées par une population d'environ sept millions d'habitants. Cette multiplicité de langues, témoigne une richesse linguistique et socioculturelle.

Mais à y voir de près, l'on constate que seule une vingtaine de langues est parlée par des groupes sociolinguistiques de plus de 60.000 habitants chacun (INSAE, 2002).

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Sur la base d'un tri qui tient compte d'un minimum de 2 % de poids démographique par langue parlée, on obtient une douzaine de langues parlées par plus de 70 % de la population (Fig. 3). Par ailleurs, hormis les groupes sociolinguistiques, Fulfuldé et Dendi, les principaux groupes sociolinguistiques béninois appartiennent à la famille linguistique Congo-kordofanienne et à la sous-famille Nigéro-congolaise (INSAE, 2002).

2.2.3- Santé

Dans les campagnes, la plupart des populations n'ont pas accès à l'eau potable. Les infrastructures sanitaires sont insuffisantes. Quelques 18 % de la population ne profitent pas des services de santé. En 1998, on dénombrait en moyenne un médecin pour 15.940 habitants contre 1 pour 33.030 en 1960. A Cotonou, ce taux était de 1 pour 5.000. Dans les campagnes les paysans ont recours essentiellement aux plantes médicinales pour se soigner. On compte 1 lit d'hôpital pour 1.774 personnes et 1 lit de maternité pour 463 femmes de 15 à 49 ans. Les principales maladies restent le paludisme et les parasitoses intestinales (FAO, 1998 ; INSAE, 2002).

2.2.4- Satisfaction des besoins en bois de feu

La production annuelle de bois de feu au Bénin a été évaluée à 5.400.000 tonnes de bois en 1995 (Duhem, 2007) pendant que la demande totale annuelle de bois de feu, dépasserait les 300.000 mètres cube. En outre, la consommation globale de bois de feu augmente chaque année de 2,65% (Duhem, 2007). En dehors de l'autoconsommation des paysans, le bois de feu produit à l'intérieur du pays, est écoulé principalement vers les grands centres urbains du pays. Ainsi, la consommation annuelle de bois de feu est actuellement estimée à environ 150.000 tonnes à Cotonou, 35.000 tonnes à Porto-

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Novo, 28.000 tonnes à Abomey-Bohicon. De façon générale au Bénin, la production du bois de feu se fait essentiellement à partir de la collecte du bois mort, de la récupération des produits de défrichement et de la coupe de bois vert. La production résultant de la coupe de bois vert s'est développée ces dernières années et constitue une des principales sources d'approvisionnement des centres urbains du pays. Mieux, les zones de production en dehors des forêts domaniales, ont tendance à s'éloigner des centres de consommation du fait de la démographie et de la pression sur les ressources forestières.

En résumé, dans certaines localités du Bénin, l'obtention du bois de feu constitue un véritable problème ; les rejets de D. oliveri, sont localement utilisés comme bois de feu (Houéhounha, 2005).

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.