WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des impacts écologiques et socioculturels de l'exploitation des produits de Daniellia Oliveri sur la viabilité de ses peuplements au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Rémy HOUEHOUNHA
Université d'Abomey-Calavi (Bénin) - Doctorat Unique 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAchaPITRE 3 : MATERIEL ET METHODES

Le chapitre 3 concerne les différentes approches méthodologiques adoptées pour la collecte de données, les outils utilisés, les travaux de laboratoire effectués ainsi que les traitements appliqués aux données collectées.

3.1- Matériel végétal étudié: Daniellia oliveri

3.1.1- Contenu du genre Daniellia

Le genre Daniellia comprend 9 espèces et une variété (pilosa). Deux des espèces occupent les forêts claires et les savanes boisées (D. oliveri, et D. alsteeniana). Les autres espèces (D. thurifera, D. ogea, D. oblonga, D. pynaertii, D. klainei, D. soyauxii et D. mortehanii) se retrouvent exclusivement en forêts denses humides.

Sur les 9 espèces, 3 espèces sont présentes au Bénin: D. oblonga, D. ogea, et D. oliveri qui fait l'objet de cette étude.

3.1.1.1- Daniellia oliveri (Rolfe) Hutchinson & Dalziel

D. oliveri (Rolfe) Hutch. & Dalz. est distribuée du Sénégal au Cameroun (Fig.4). Arbre des savanes soudaniennes et guinéennes pouvant atteindre une hauteur de 30 m (Arbonnier, 2000). D. oliveri, embranchement des Cormophytes, sous- embranchement des Phanérogames, super-classe des Angiospermes, classe des Dicotylédones, série des Caliciflores, ordre des Rosales, famille des Légumineuses, sous-famille des Césalpinioideae. Elle possède une cime dense facilement reconnaissable par sa couronne en forme de cône renversé, aplatie sur le sommet (Arbonnier, 2000) (Photo1).

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Les feuilles de D. oliveri sont paripennées, alternes. Le rachis est long de 15 à 30 cm et porte 4 à 9 paires de folioles opposées ou

Figure 4: Répartition spatiale de D. oliveri dans le monde (Points jaunes)

Source: CAB International, 2000

subopposées. Les folioles

ovales, elliptiques, sont longues de 9 à 15 cm et larges de 4 à 7 cm vers la base (Photo 4).

On distingue au niveau des folioles, dix à quinze nervures latérales transparentes à l'état frais avec un fin réseau laissant apercevoir des points translucides. La foliole est également bordée d'un filet translucide. Les folioles sont

parfois glabres, elles peuvent être pubescentes, veloutées des deux

côtés. La période de feuillaison est de décembre à février (Berhaut,

1975).

Le fût est courtement ramifié et buissonnant à la base au stade arbuste, mais devient déformé, rugueux et fissuré. Généralement basbranchu, il a une hauteur moyenne comprise entre (8 et 10) m. De couleur blanc-grisâtre, il porte une écorce épaisse, gris-cendré, écailleuse qui se détache en grandes plaques circulaires (Photo2) (Akouègninou et al., 2006)

Les fleurs de D. oliveri sont en panicules de couleur blanche. Longues de 15 à 30 cm et portant des racènes horizontaux distiques longs de 5 à 15 cm. Les racènes portent des fleurs hautes de 25 à 30 mm à calice en massue dans le bouton floral (Photo 5). Dans le bouton floral, on distingue :

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

quatre sépales larges de 4 à 6 mm,

un pétale blanc parfois deux plus larges et dépassant les sépales ; les autres pétales étant minuscules,

dix étamines dépassant les pétales.

La période de floraison est de janvier à mars.

Le fruit de D. oliveri est une gousse lisse, plate, déhiscente à maturité. D'une longueur d'environ 8 cm et d'une largeur de 5 cm, il contient deux valves papyracées rigides. A l'une des valves, est attachée une seule graine obovale longue de 15 à 20 mm par une panicule longue de 15 mm (Photo6). La structure de la graine accrochée à l'une des valves permet de classer la graine dans la catégorie des planeurs légers. Facilement projeté par le vent sur de longues distances pour ensemencer champs et jachères avoisinants.

La racine principale est pivotante avec des racines latérales généralement traçantes et abondantes dans les horizons de surface. Elles peuvent aller aussi loin en profondeurs lorsque la texture du sol le permet. Sur le plateau d'Abomey, l'installation d'un bâtiment exige l'essouchage de la parcelle ce qui produit une grande quantité de souches de D. oliveri destinées au bois de feu (Photo 7). Les racines de D. oliveri ont une capacité de drageonner rapidement à plusieurs endroits et parfois loin de la souche-mère (Guny et al., 1997).

3.1.1.2- Daniellia oblonga (Oliver)

Grand arbre de forêt dense pouvant atteindre 65 mètres. Il est distribué du Sud du Bénin à l'Est du Cameroun.

Les feuilles comptent huit paires de folioles à forme oblongue, acuminée-aiguë de dimensions 6-12 cm x 2,5-4 cm

Les fleurs sont relativement petites, glabres et de couleur bleue à l'extérieur. Les sépales ont une longueur variant entre 1 à 1,2 cm.

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

L'écorce de couleur grise, est finement ondulée verticalement (Akoègninou et al., 2006).

3.1.1.3- Daniellia ogea (Harms) Rolfe ex Holland

Grand arbre de forêt dense pouvant atteindre 60 m de haut. Il est distribué du Sénégal au Gabon.

Les feuilles comptent 6 à 9 paires de folioles, obliques, acuminées, asymétriques à la base et mesurant 6-14 x 2,5-5 cm.

Les fleurs sont de couleur bleu-violet, densément pubescentes. Les sépales pubescents à l'extérieur, mesurent environ 1,5 x 1 cm. Les pétales sont au nombre de cinq dont deux rudimentaires et trois grandes d'environ 10 x 5-9 mm. Les appellations et les caractéristiques morphologiques diffèrent d'une espèce à l'autre (Tableaux 1 et 2).

Tableau 1: Quelques appellations courantes des Daniellia dans leur aire de répartition géographique

Pays

Appellation courante

Observations

Congo

Singa N'Dola

 

Côte d'Ivoire

Faro

 

Gabon

Loulaviol

 

Ghana

Shedua

 

Guinée Equatoriale

N'Su

 

République Démocratique du Congo

Bolengu

 

Sierra Leone

Gbessi

 

Nigeria

Oziya

 

Bénin

Za

Autres appellations au chapitre 2.3

Source : Adjanohoun et al., 1989

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Tableau 2: Caractéristiques comparées des espèces du genre Daniellia

Morphologie/ Habitats

D. oblonga

D. ogea

D. oliveri

a- Forme de la couronne

Cime étalée

Cime étalée

Cime étalée, en forme de cône renversé

b- Hauteur moyenne (m)

65

60

30

c- Feuilles

8 paires obliques abruptement acuminées

6-9 paires obliques, acuminées

4 à 11 paires obliques,

acuminées

d- Folioles

Oblongues, acuminéesaiguës

Oblongues à ovées

Ovées, acuminées

 

d- Dimensions folioles

6-12 cm x 2,5 x 4 cm

6-14 x 2,5 -5 cm

6,5 - 15 x 3,5 - 8 cm

f- Couleur des fleurs

Bleue

Bleue violet

Blanche

g- Dimensions sépales

10 - 12 x 8 cm

15 x 10 mm

15 -20 x 8 - 12 mm

h- Couleur et texture de l'écorce

Grise, finement ondulée verticalement

Lisse sur un tronc à contreforts couts arrondis

Noire, sillonnée

i- Floraison

-

Février-Décembre

Février-décembre

j- Maturité des graines

-

Mars-Août

Février-mars

k- Milieu écologique

Forêt dense sur terre de barre, forêt

marécageuse

Forêt dense sur terre de barre, forêt marécageuse

Savanes soudaniennes et guinéenne sur tous les types de sols

l- Aire géographique

Bénin au Cameroun

Sénégal au Gabon

Sénégal au Soudan

 

Source : Akoègninou et al., 2006 ; Arbonnier, 2000.

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Photo1: D. oliveri dans sa forme spécifique dans la Commune de Dassa au Centre du Bénin (Houéhounha, 2009)

Photo2: Ilot de D. oliveri au niveau de la Forêt Classée de Soubroukou dans la Commune de Djougou au Nord-Ouest du Bénin (Houéhounha, 2009)

Photo 3: Ecorce de D. oliveri Cliché: Houéhounha, 2009

Photo 4: Feuille de D. oliveri (Houéhounha, 2008)

Photo 5: Panicules de fleurs de D. oliveri (Houéhounha, 2005)

Photo 6: Fruits et graines de D. oliveri (Houéhounha, 2005)

Photo 7: Souches et racines de D. oliveri (Houéhounha, 2005)

3.2- Sources documentaires

Dans le but de mieux cerner les contours du sujet, un recensement et une exploitation des ouvrages généraux, méthodologiques et spécifiques existants sur le thème et sur le Bénin ont été faits à travers des sites Internet et au niveau des centres de documentation. Ces phases ont permis de faire le point des connaissances relatives au thème et de saisir les différents concepts qui lui sont rapportés.

A cet effet, plusieurs centres de documentation et bibliothèques ont été visités.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.