WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des plates formes multifonctionnelles à  l'amélioration des conditions de vie des ménages à  l'est du Burkina

( Télécharger le fichier original )
par Michel Borrus Ismael OUATTARA
Université Catholique de l'Afrique de l'Ouest / Unité Universitaire à  Bobo Dioulasso - Licence en économie du développement 2009
  

précédent sommaire suivant

1. PROBLEMATIQUE

Dans les zones rurales de nombreux pays pauvres, l'énergie humaine est la seule source d'énergie, à laquelle s'ajoute parfois la traction animale. L'utilisation de l'énergie humaine largement consacrée à trois tâches quotidiennes (production vivrière, transformation et cuisson des aliments, et quête de l'eau) signifie que plusieurs tâches sont effectuées plus lentement que si elles devaient se faire par l'énergie mécanique, et la satisfaction des besoins vitaux de survie peut prendre toute une journée.

Ces deux contraintes, l'énergie humaine disponible et le temps nécessaire pour les tâches essentielles de survie, engendrent le piège énergie-pauvreté (PNUD, 1999). L'impératif de trouver chaque jour le temps et l'énergie indispensables aux tâches nécessaires à la survie, peut maintenir les populations rurales dans une situation de pauvreté permanente sans aucune perspective de développement humain. Dans ces conditions, la fourniture de services énergétiques en milieu rural constitue un défi majeur à la réduction de la pauvreté et au développement humain comme l'indique les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Pour le PNUD, les services les plus urgents que l'énergie mécanique et électrique peut fournir tels que définis par les populations rurales elles-mêmes sont la transformation des aliments et l'approvisionnement en eau potable.

Ainsi, le manque de temps et l'absence d'une source d'énergie adéquate sont des causes auparavant méconnues de la pauvreté touchant les femmes et ayant également des retombées directes sur l'ensemble de la communauté (EZIN, 2005). Dans ce contexte, le PNUD et le gouvernement burkinabè ont proposé le projet de la plate-forme multifonctionnelle comme une solution à la réduction simultanée de la pauvreté monétaire et énergétique touchant particulièrement les femmes. Ce projet s'inscrit dans les objectifs définis par les chefs d'Etat lors du sommet des objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Depuis une dizaine d'année, des programmes soutenus par le PNUD et les Etats financent la mise en place de plates-formes multifonctionnelles (PTF) dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest. Ces projets, au travers de l'accès à des infrastructures de service d'énergie (moulins, décortiqueuses etc.) permettent d'améliorer le bien-être des populations rurales.

La coordination de ces programmes est assurée par le programme régional énergie-pauvreté basée à Dakar au Sénégal. Au Burkina, des PTF ont été implantées depuis 2000. Aujourd'hui les PTF sont installées majoritairement dans les régions du Nord, de l'Est, du Centre Ouest et

3

de la Boucle du Mouhoun (UNC, 2007). L'unité de coordination nationale (UNC) des PTF assure la coordination du projet. Au niveau local, le programme dès sa mise en place a opté d'exécuter ses activités par l'intermédiaire des organismes non gouvernementaux (ONG) ou Agences locales de réalisation (ALR). Par ailleurs la gestion des PTF revient aux groupements féminins ou a des gestionnaires privés. Contrairement aux « projets moulins » traditionnels visant uniquement la rentabilité économique ou l'allègement des tâches des femmes, le programme PTF innove par sa vision : assurer la fourniture d'énergie via de petites entreprises rurales basées essentiellement sur la professionnalisation des femmes, désormais techniciennes et gestionnaires aguerris, respectées par leurs communautés (OUATTARA, 2006).

Au moment où le programme régional énergie pauvreté (PREP) entre dans une nouvelle phase de son développement, grâce notamment au soutien de la fondation Bill & Melinda Gates, il est apparu indispensable d'effectuer une analyse scientifique approfondie de l'impact des PTF sur le bien-être des populations rurales et plus particulièrement des femmes. C'est dans ce

contexte que s'inscrit notre étude dont la préoccupation est de déterminer les effets quipeuvent être attribuées aux PTF et d'identifier les conditions dans lesquelles les PTF

contribuent significativement à l'amélioration des conditions de vie des ménages de l'Est du Burkina. Ainsi, au regard des conditions socioéconomiques de la région de l'Est, peut-on dire que les PTF contribuent à l'amélioration des conditions de vie des ménages ?

Les objectifs et la méthodologie de l'étude découlent de cette question de départ

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.