WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexions autour du projet de vie en EHPAD


par Catherine Nedelec Lissillour
IFCS Montsouris / Créteil - Master 1 management et santé 2010
  

précédent sommaire suivant

5.2.3. Les faits »incontrôlés» > Le turn-over

Le turn over est une difficulté signalée par tous. Travailler auprès des personnes âgées n'a pas toujours été quelque chose de valorisant pour les professionnels. Les mentalités changent, les actualités font que les politiques se sont plus intéressées aux conditions de vie des personnes âgées en institution. De ce fait, un professionnel peut dire, sans regard négatif des autres qu'il travaille en EHPAD.

Ce turn over peut s'expliquer :

La génération actuelle des professionnels est mouvante, occupe des postes dans des durées courtes. Elle veut tout voir et ne pas rester fidèle à une institution comme les générations précédentes. Il est nécessaire que leur vie professionnelle s'articule autour de leur vie personnelle.

L'absentéisme est du à des maladies, des accidents, mais parfois à un burn out. La charge de travail en EHPAD augmente. Les résidents y entrent de plus en plus âgées et dépendants. Le manque d'informations et de communication rend encore plus difficile la prise en charge des personnes accueillies. Le cadre, dans son rôle d'observateur actif et de régulateur99 va tenter d'éviter que des problèmes psycho-sociaux se manifestent. Leader d'une équipe, il laisse la possibilité à chacun de s'exprimer, au cours de réunions. Malheureusement en EHPAD, il est parfois difficile de se réunir. Devant des difficultés de recrutement, le glissement des tâches peut s'effectuer. Il s'agit pour le cadre de santé d'être attentif et veillant, sa responsabilité est mise en jeu.

97 VERCAUTEREN Richard, HERVY Bernard, SCHAFF Jean-Luc, op.cit.

98 Ibid.

99 MINTZBERG Henry, (2010), Le Manager au quotidien, les dix rôles du cadre, Editions Eyrolles, Paris, 283P.

L'équipe fixe, face à un turn over se sent déstabilisée aussi. Elle doit sans cesse former et reformer des collègues. Elle ne s'intéresse plus aux pro-jets car elle n'en a pas le temps et se trouve elle-même en border-line. Les remplaçants, sont recrutés sur des durées courtes. Ne sachant pas si leur contrat va être renouvelé, leur intéressement face au projet de vie est minime.

Il est difficile de donner un ratio de personnel pour un EHPAD. L'observatoire franco-belge de la santé en 2009, dans son enquête sur la mobilité transfrontalière des personnes âgées100 parle d'une moyenne d'un ratio de 0,52 équivalent temps plein par résident en EHPAD.

Un autre problème est apparu dans les réponses aux questionnaires, par rapport au fait, de faire vivre le projet de vie pour le cadre de santé : le manque de temps.

> Le `'temps qui fuit»

Ce `'manque de temps» souvent évoqué, est finalement essentiellement lié à un manque d'organisation. Il induit plusieurs conséquences, qui peuvent nuire à la mise en oeuvre du projet de vie :

· Une absence ou une insuffisance de réunion d'équipe. Durant des temps de briefings, le cadre de santé explique aux professionnels les objectifs du projet de vie. Il motive son équipe, afin d'impliquer le plus de professionnels possibles. Ces réunions sont parfois difficiles à construire : indisponibilité des agents, résistances aux réunions. Certains professionnels parlent de « réunionites aigues », le fait de passer du temps à se réunir pour échanger. Echanger sur le résident, sa famille, des problèmes sous-jacents fait partie de l'accompagnement de la personne âgée.

· L'absence de souplesse, liée au temps, quant à la prise en charge du résident peut conduire à des actes de maltraitance. Les professionnels sont pressés, ils dévalorisent la personne âgée sans parfois sans rendre compte : le tutoiement, l'infantilisation, le manque d'intimité, le manque de respect.

· Les professionnels agissent par habitudes. Il est plus simple de se dire qu'en absence de temps, ce sont les anciens usages qui sont les plus adaptés. Les soignants méconnaissants le projet de vie ne l'utilisent pas. Il est vrai que plus de 50 % d'entre eux disent l'utiliser au quotidien. Mais est-ce vraiment le projet de vie au regard de autres réponses ?

Tous ces faits sont sans contrôle pour le cadre de santé, mais il peut les anticiper autant que possible. Il serait intéressant de croiser les résultats obtenus lors des entretiens et ceux recueillis par les questionnaires.

100 Site : http://www.ofbs.eu/pages/action/action.php?posonglet=7&iddetail=22 consulté le 08/05/2010

précédent sommaire suivant