WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexions autour du projet de vie en EHPAD


par Catherine Nedelec Lissillour
IFCS Montsouris / Créteil - Master 1 management et santé 2010
  

précédent sommaire

Annexes

Annexe 1 : Les EHPAD pour personnes âgées en Essonne Annexe 2 : Les EHPAD sélectionnés sous forme de tableau Annexe 3 : Retranscription des 3 entretiens

Annexe 4 : Les questionnaires

Annexe 5 : Histogrammes de représentation du projet de vie selon les catégories de professionnels

Annexe 6 : La connaissance du projet de vie

Annexe 1

Les EHPAD pour personnes âgées en Essonne

Annexe 2
Les EHPAD sélectionnés sous forme de tableau

Les EHPAD sélectionnés sous forme de tableau

LIEU

statut

type de po-
pulation

nombre de lits

Prestations

Annexes

CERNY

N°1

public aide
sociale

Troubles neu-
ropsy autono-
mes, dépen-
dants, déso-
rientés, Alz-
heimer

70 places

cuisine, ménage, blan- chisserie avec supplément, choix menus

5 places accueil de
jour et 5 places accueil
temporaire

STE-GENEVIEVE-
DES-BOIS

N°2

public, aide
sociale,
1989

Troubles neu-
ropsy autono-
mes, dépen-
dants, déso-
rientés, Alz-
heimer

80 places

cuisine par
prestataire,
lingerie, mé-
nage

1 accueil de jour Alz-
heimer

CORBEIL-
ESSONNES

N°3

public, aide

sociale,
1987 réno-
vé en 1997

Troubles neu-
ropsy autono-
mes, dépen-
dants, déso-
rientés, Alz-
heimer

84 places

cuisine, ménage, blan- chisserie, choix des menus

Attaché à un centre
hospitalier, 1 place
accueil temporaire

LANNION (22)

N°4

public

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

136 places

cuisine, mé-
nage, blan-
chisserie

 

BRAY SUR SEINE
(77)

N°5

public, aide
sociale

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

90 places

cuisine, mé-
nage, blan-
chisserie

attaché à un hôpital

ETAMPES

N°6

public, aide
sociale

troubles neu-
ropsy, auto-
nomes, dé-

pendants,
désorientés,
Alzheimer

122 places

cuisine, mé-
nage, blan-
chisserie

Attaché à un centre
hospitalier, 1 unité
Alzheimer

MILLY-LA-FORET

N°7

associatif,
aide socia-
le, 1978
rénové en
2002

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

74 places

cuisine et
linge par pres-

tataires, mé-
nage en inter-

ne

1 unité Alzheimer

ETAMPES

N°8

privé aide
sociale
groupe
ACIS Fran-
ce

autonomes,
dépendants,
désorientés

91 places

cuisine, mé-
nage, blan-
chisserie

3 places accueil tem-
poraire

BALLACOURTSUR
ESSONNE

N°9

privé com-
mercial
2002

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

97 places

cuisine, mé-
nage, blan-
chisserie

 

MAISSE

N°10

privé grou-
pe Aplus
santé, 2005

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

81 places

cuisine presta-

taire, choix
des menus,

ménage et
blanchisserie

en interne

4 places accueil tem-
poraire, 1 unité Alz-
heimer

CHAMPCUEIL

N°11

privé grou-
pe médica
France

autonomes, dépendants, désorientés, Alzheimer

94 places

cuisine interne
choix des
menus, mé-
nage en ex-

terne

1 jardin thérapeutique,
1 unité Alzheimer

Annexe 3
Retranscription des 3 entretiens

Retranscription de l'entretien 1 avec le cadre de santé de l'EHPAD A
le 01/03/2011 de 10h00 à 10h30

L'entretien se déroule dans le bureau du cadre de santé. Pas de bruits de fonds.

Question 1 : Le projet de vie est-il synonyme de Qualité pour vous ?

OUI, mais il faut faire attention à ce que l'on nomme qualité : qualité des soins, qualité de l'environnement, qualité des repas par exemple. Les résidents devraient avoir chacun un projet de. vie

Il y a eu un début en 2007, avec l'aide de la psychologue et du médecin coordonnateur.

Pour des raisons non identifiées, cela s'est arrêté. Manque de temps, turn over, on ne sait pas. Depuis cette année, on essai avec l'équipe de remettre en route le projet de vie : sur informatique, car depuis l'an dernier, sur le logiciel psi, existe un icône projet de vie qui reprend les lignes principales.

J'en ai déjà fait quelques uns. Une personne qui a travaillé ici vient aussi en faire de temps en temps.

En ce qui concerne Angélique, il a déjà été auto évalué en 2009 avec l'aide d'une société externe.

Bien mis en place ce projet de vie devrait améliorer la vie des résidents mais aussi le travail des soignants, par une meilleure connaissance du résident.

Peu de familles y ont participé pour le moment.

Question 2 : comment l'équipe pluri-professionnelle s'est-elle impliquée dans ce projet de vie ?

L'équipe a du mal à s'y impliquer

D'une part en ce moment il y des absences à gérer, d'autre part il y a un grand brassage culturel dans l'équipe. Le projet de vie, c'est un changement de culture, une évaluation de nos pratiques professionnelles et je pense que l'équipe ne se sent pas bien alors, même si elle fait par ailleurs un très bon travail.

Je pense qu'il faut donner plus d'informations afin qu'il n'y ait pas cette résistance aux changements.

Je suis un peu obligée d'imposer, ce qui n'est pas forcément au mieux mais je n'ai pas trouvé de solutions pour le moment.

Question 3 : Les familles des résidents se sont elles jointes à ce projet de vie ?

A la visite de pré admission, la famille est informée des différents projets de l'établissement.

Elle n'en prend peut être pas la mesure, ne comprend peut être pas forcément cette notion de projet de vie. Son intérêt va plus vers les soins et l'accompagnement tel l'animation, la fin de vie.

Pour moi, le projet de vie commence par le projet d'accueil.

Les familles qui ont été sollicitées pour des projets de vie y ont montré beau-coup d'intérêts, surtout s'il s'agit d'optimiser la prise en charge de leur résident. Elles demandent où il en est, ce qui peut changer....

Mais toutes les familles ne répondent pas ainsi : il faut mieux les informer, leur expliquer...

(Coup de téléphone pour une absence)

Question 4 : `faire vivre' un projet de vie est-il mobilisateur d'une équipe ?

Faire vivre un projet de vie c'est le prendre à la base : dès l'accueil, et jusqu'à la fin de vie. Il est en perpétuel mouvement.

Les effectifs actuels en EHPAD ne permettent pas de l'optimiser au mieux, de le faire comme sur le papier, c'est-à-dire selon les textes législatifs.

En ce moment, l'ARS demande à ce que les projets soient mis en place. Une grande pression sur les EHPAD.

L'entretien est interrompu par une demande de famille. Le cadre de santé doit s'absenter. L'entretien se termine.

Retranscription de l'entretien 2 avec le cadre de santé de l'EHPAD de B.
le 19/03/2011 de 16h15 à 17h00

Bruit de fonds ++ : animation musicale dans le salon. L'entretien se déroule dans le bureau du cadre de santé, portes fermées pourtant.

Question 1 : le projet de vie est-il synonyme de Qualité pour vous

Un OUI franc

Le projet de vie est synonyme de qualité surtout dans sa conception de projet de vie personnalisé, individuel. Ce n'est pas la même histoire pour chacun.

Il n'est pas toujours facile à mettre en oeuvre : manque de pièces d'animation, du point de vue architectural. (Dit deux fois)

Le projet de vie est celui d'animation, de soins, individuel. Il est partout, à tout moment du matin au soir, pas forcément validé en tant que tel (dit deux fois).

Le projet de vie est existant depuis au moins 2007(date d'arrivée du cadre de santé). Mais il s'est amélioré d'année en années.

Pas de dossier informatisé ici. Des transmissions ciblées. Le projet de vie existe tous les jours : en réunions, en transmissions ciblées,

Il y a une mise à jour trois fois par semaine de dossiers de résidents. Une mise en place de référents a été faite afin d'améliorer le suivi des résidents. L'avantage est les douze heures de travail pour le suivi du résident.

L'outil Angélique a été mis en place par la directrice. L'évaluation se fait aussi par la directrice et le médecin coordonnateur.il y a une notion d'équipe.

Je ne m'en occupe pas : c'est l'affaire de la direction.

Question 2 : Comment l'équipe pluri-professionnelle s'est-elle impliquée dans ce projet de vie ?

Par des réunions (deux fois par semaine), des transmissions ciblées, des rappels réguliers du cadre de santé qui doit surveiller continuellement (en cas d'oublis ?). En cas de problèmes, des réunions d'équipe sont faites.

Les solutions sont avec le dialogue (deux fois), des échanges, tout peut s'arranger.

Parfois difficile, mais on arrive à un consensus. Quand on se réunit, on échange, chacun apporte des idées qui sont évaluées.

Rien n'est imposé, par des échanges de dialogues, des réévaluations continues, l'équipe fait attention. Si on impose, rien ne marche.

Des formations sur la bientraitance sont faites par le médecin coordonnateur.

Question 3 : Les familles des résidents se sont elles jointes à ce projet de vie ?

Lors de la visite de pré admission sont présents le médecin coordonnateur, le cadre de santé, donc moi, la famille et le résident.

C'est un moment de source d'informations sur le résident. Le projet de vie est non formalisé lors de la visite de pré admission Les familles sont vues par le psychologue après l'admission.

Elles ne sont pas prévenues systématiquement pour le projet de vie : seules celles qui viennent régulièrement voir leur résident.

Elles ont des questionnements mais pas sur le mot projet de vie : que pensez vous, quel est le mieux ? Accompagnement ?

Le projet de vie est vu globalement par les familles et par les soignants : il y a une intégration des sphères animations, soins, accompagnements.

Les demandes des familles sont régulièrement mises à jour lors des transmissions, des rappels aussi des familles : désir d'un résident....

Les résidents autonomes : GIR 5, 6 : sont plus à l'écart. Je suis en train de m'en rendre compte quand vous me posez la question. Ces personnes ne viennent jamais en animation la semaine sauf cas rares : soirées du beaujolais, grands événements. Je suis en train de me dire que par rapport à la fête de cet après-midi au salon, ces personnes ne sont jamais à ces animations.

Je n'ai pas de demandes de leur part

Pour les personnes plus dépendantes, des soirées débats sont organisées où les familles sont invitées à venir un jeudi par trimestre: ce mois ci, le thème en est l'hygiène. Je dois m'en occuper ce mois ci et je l'ai su tardivement. Sont invitées aussi les personnes moins dépendantes : elles ont alors un autre regard, car des difficultés de cohabitation existent entre ces différentes personnes.

Nous organisons une journée à lamer et là les familles se sentent impliquées .

Question 4 : `faire vivre' un projet de vie est-il mobilisateur d'une équipe ?

Ne rien imposer, faire des piqures de rappel

C'est un changement de culture dans les pratiques professionnelles : c'est assez difficile, il faut accompagner l'équipe.

Une formation sur le tas avec le médecin coordonnateur et deux psychologues à mi temps s'est faite sur le projet de vie. Une grande place du psychologue dans les soins pour l'équipe : difficultés liées à la toilette...

Une animatrice est présente la semaine, des intervenants extérieurs le weekend, de la musique le samedi après-midi.

Mes weekends de travail sont irréguliers : un sur deux en moyenne, pas d'horaires.

Un turn over important est une cause de difficulté afin d'intégrer le nouveau personnel même si il existe un personnel ancien fixe. Une saturation du personnel fixe s'opère, ce n'est pas facile du tout(le dit trois fois de suite).

Une famille vient frapper : le cadre s'absente pendant 18 minutes. Pendant ce temps la musique continue.

A la question de l'amélioration du projet de vie :

Le cadre de santé fait un blanc quant à l'adaptation des structures/ textes législatifs.

Il faut plus de moyens et de personnel (elle le dit trois fois). Pour le quotidien, il y a beaucoup de travail à faire pour obtenir un projet de vie au mieux.

En ce qui concerne l'évaluation du projet de vie il faut surtout une évolution à prévoir.

Une autre famille frappe à la porte. L'entretien se termine.

Retranscription de l'entretien avec le cadre de santé de l'EHPAD C
Le 08 avril 2011 de 11h45 à 12h15

L'entretien se déroule dans le bureau du cadre de santé, porte fermée de 11h45 à 12h15. Pas de bruits de fond.

Question 1 : le projet de Vie est -il synonyme de Qualité pour vous ?

Qualité de prise en charge ? Oui

Il nous permet de donner du sens dans ce que l'on fait dans la prise en charge des résidents, de ne pas être centré sur notre organisation à nous, et de vraiment individualiser et personnaliser la prise en charge. Si je réfléchis à ce que je fais, si j'y mets du sens je tends à aller vers une qualité optimale.

Nous ne travaillons pas avec le référentiel Angélique, nous ne sommes pas bien structurés, non.

L'évaluation en fait, est faite, pour notre grand bonheur et notre grand malheur, puisque adossé aux murs de l'hôpital et dans les murs de l'hôpital, on se calque sur la certification.

Mais dans les EHPAD existe effectivement ce référentiel médico-social. Les données ne sont pas les mêmes, il nous est souvent reproché par l'ARS d'avoir des protocoles hospitaliers et des organisations très hospitalières. Cela est le biais d'habiter entre guillemets sur l'hôpital.

Question 2 : comment l'équipe pluri-professionnelle s'est-elle impliquée dans ce projet de vie ?

Le projet de vie ici est un voeu pieu. On a écrit un projet de vie global, mais l'individualiser, le décliner à la personne, hormis de façon très sporadique, dans la partie admission, et réunir des professionnels de tous horizons, à part des aides soignantes et des ASH, je n'ai pas beaucoup de monde.

Il n'y a pas de kinésithérapeute, d'ergothérapeute, de psychologue, d'orthophoniste. Il ressemble au projet de soins notre projet de vie !

Késako sur la notion de projet de vie chez les paramédicaux ? Non, je suis méchante, beaucoup de filles ont travaillé en gériatrie, elles connaissent le mot, certaines ont travaillé sur le projet de vie global, elles savent ce que c'est, à quoi cela sert, mais on a du mal à faire le distinguo entre projet de vie et projet de soins. Qu'est ce que j'ai de plus dans le projet de vie, qu'est ce que j'ai de moins dans le projet de soins, car elles voient cela comme faisant partie naturellement du soin. On n'a pas réussi à l'individualiser, à l'écrire pour chaque résident. Elles savent ce que c'est mais la déclinaison individualisée ne se fait pas.

Elles n'arrivent pas à faire la synthèse des différents projets qui forment le pro-jet de vie : il n'y a pas de temps pour les travaux de groupe, et on n'a pas forcément tous les outils, quelque chose de pratique, pour le passage à l'écrit. Nous n'avons pas de dossier de soins informatisé, juste pour le circuit du médicament.

Si un outil écrit permettait de mettre des mots sur les pratiques qu'elles ont, car dans le quotidien, la façon dont elles pratiquent le soin tend à respecter les habitudes du résident, l'individu, son histoire antérieure. On n'est pas loin du pro-jet de vie mais il n'est pas formalisé.

Question 3 : Les familles des résidents se sont elles jointes à ce projet de vie ?

Je ne parle pas du projet de vie aux familles lors des visites de pré admission, je n'utilise pas les mots : projet de vie (dit en distinguant chaque mot) non. Je leur dis que l'objectif de la prise en charge va être de respecter ses habitudes de vie antérieure, ses croyances, la personne, d'essayer de limiter les contraintes de l'institution, de faire des bilans réguliers de ce qu'il veut ou pas, de ce qu'il aime ou pas, de ce qu'il voudra améliorer, de personnaliser sa chambre, de donner un trousseau indicatif, il n'y a pas d'uniforme maison de retraite. Le résident vient avec sa personnalité, ses habitudes. Mais P-r-o-j-e-t d-e-v-i-e non.

La famille et les résidents ne sont pas donc impliqués dans le mot projet de vie, si on parle de ce mot. Dans les échanges, ce mot n'est pas dit. Mais les familles ont des temps de paroles dans la structure, en plus des réunions de famille. Une infirmière et un psychologue s'en occupent. Le conseil de vie sociale est dynamique. Les récriminations des familles tournent autour de la gestion du linge et sur les animations. Elles voudraient qu'ils y en aient plus. On est un peu démunis face à cela : que faire avec les personnes en fauteuil : on fait des sorties dans le parc, mais avec le peu de personnel, c'est dur. L'animateur essaie de dynamiser les ateliers. Il faudrait plus de formations auprès du personnel : il faut le temps, les outils adaptés mais cela coute cher notamment les jeux adaptés pour les gens Alzheimer.

Il faut que les jeux soient à disposition des patients et des familles : on perd vite nos jeux.

Par rapport au plan Alzheimer, nous n'avons pas plus de moyens. Faire au mieux avec le minimum.

Les dossiers des résidents sont vus en moyenne une fois dans l'année, plus si problèmes.

Les animateurs font des débriefings avec les résidents au retour de sorties. En fin d'année, ils planifient des activités avec les résidents pour l'année suivante. Des sorties sont difficiles : accès à vaux le Vicomte par exemple.

Question 4 : `faire vivre' un projet de vie est-il mobilisateur d'une équipe ?

`Faire vivre' un projet de vie, c'est un euphémisme. Avec la réduction de personnel, la dynamique en tout cas, de personnalisation de la prise en charge et de respect de l'individu dans cette grande masse qu'est l'institution. Maintenant l'écrire (le téléphone sonne, la cadre de santé finit sa phrase avant d'y répondre.), il va falloir passer par ça.

Dans l'idéal, le projet de vie n'est pas adapté à ici. Franchement, moi je vois cela comme un peu comme quand sont arrivés les diagnostics infirmiers, c'est beaucoup de temps passé dans l'écrit, de jolies vitrines sûrement dans certains EHPAD, et pas forcément une application derrière.

Ici il n'existe pas, il n'est pas formalisé, ma vitrine est super vide et super nulle, mais néanmoins dans la réalité, je prendrai un exemple concret : une dame est arrivée chez nous à titre provisoire en attendant une place ailleurs. La famille nous a parlé des habitudes de vie de cette dame qui aime visiter les églises. Ici je n'ai pas de chapelle, néanmoins on a mis en place des sorties avec l'aumônerie, elle va à la messe le mardi. Ce n'est pas parce qu'elle n'est pas prévue chez nous à long terme qu'on n'a pas tout de suite mis en place des choses qui lui permettent de s'intégrer, de s'adapter.

Vaut mieux peut être l'écrire dans un deuxième temps mais le faire vivre réellement, je ne suis pas persuadée que tous les EHPAD qui l'ont joliment écrit arrivent à le faire vivre.

Maintenant, pour le faire vivre réellement partout, puisque nos tutelles le veulent, ce serait que nos tutelles nous donnent les moyens. Quand on me dit que j'ai trop d'aides soignants aux soins, ce sont quand même les tutelles qui les payent.

Avoir du personnel qualifié aux soins, du personnel spécialisé, du temps de concertation avec l'équipe pluridisciplinaire, du temps avec les familles et les résidents à condition que eux le puissent.

On est plus en difficultés dans un projet de vie avec les personnes non communicantes, que chez les personnes qui sont capables d'exprimer leurs désirs. Les GIR 1 concernent 50% de l'EHPAD. C'est énorme. Ce n'est pas si simple de se dire pour les soignants qu'on est dans un projet de vie.

Demande de la part des médecins de l'hôpital (pas de médecin coordonnateur) d'un projet de soins, mais pour le moment, au vue de la réduction des effectifs, ce sera fait plus tard (Téléphone à nouveau).

Fin de l'entretien.

Annexe 4
Les questionnaires

Questionnaire concernant le projet de vie adressé aux cadres de santé

1) Depuis combien d'années êtes- vous Cadre de Santé dans cet EHPAD ?

2)

Existe- il un projet de vie ? OUI NON

3) Si OUI, depuis quand ? Par qui a-t-il été élaboré ?

4) Si NON, merci de préciser pourquoi ? Comptez-vous en mettre un en oeuvre et dans quels délais ?

5) Etait- il en place lors de votre prise de fonction?

OUI NON

6)

Sous quelle forme existe-il ou se décline t-il ?

Projet de vie individualisé Projet de soins

Projet d'aide à la personne Autre :

7) Quel en est le support ?

Informatique Papier Autre :

8) Quelle est la capacité d'accueil de l'établissement/nombre de résidents ?

9) Merci de préciser les degrés d'autonomie des résidents

10)

Les familles des résidents ont-elles connaissance du projet de vie? OUI NON
Sont-elles impliquées ? OUI NON

11)

Le projet de vie a-t-il évalué ? OUI NON
Si oui, merci de préciser combien de temps après sa mise en oeuvre ?

Si non, est-il envisagé de réaliser une évaluation et dans quels délais ?

12) Avez-vous rencontré des difficultés lors de la mise en oeuvre du projet de vie ?

OUI NON

Si OUI celles-ci se révèlent plutôt au quotidien ? OUI NON

Merci de cocher ce que vous avez identifié comme caractéristiques des difficultés.

Résistances au changement Démotivation des profes-

sionnels

 

Turn over important Cultures différentes des soignants

Non compréhension du sens du projet de vie Manque de temps
Autres

13) Selon vous, le projet de vie est-il garant d'une qualité de vie pour le résident ?

OUI NON

Merci de préciser.

Peut- il être amélioré ? OUI NON
Comment selon vous ?

Questionnaire concernant le projet de vie adressé aux animateurs (-rices)

1) Depuis combien de temps travaillez-vous dans cet EHPAD ?

2) Connaissez-vous le projet de vie de l'établissement ?

OUI NON

Si NON, merci de précisez pour quelles raisons.

3)

Comment définissez-vous un projet de vie ?

Projet de vie individualisé Projet d'aide à la personne

Projet de soins Projet d'animation

4) Quels sont selon vous, les participants à ce projet ? (Merci d'entourer votre choix)

Résident Famille Cadre de santé

Infirmiers Aides soignants Animateur (rice)

Psychologue médecin coordonnateur Kinésithérapeute

Autre

5)

Pour vous, l'animateur fait-il parti du projet de vie du résident ? OUI NON
Merci de préciser votre choix

6) Les familles des résidents ont- elles connaissance de ce projet de vie ?

OUI NON

Sont- elles impliquées ? OUI NON

OUI NON

7) Les familles des résidents participent-elles aux animations ?

Si NON, merci de précisez pour quelles raisons.

8) Elaborez-vous un projet d'animation pour vos résidents ?

OUI NON

Si OUI, l'utilisez-vous au quotidien ? OUI NON Pour quel type de résidents ?

Si NON, merci de précisez pourquoi.

9) Selon vous, le projet de vie est-il garant d'une qualité de vie pour le rési-

dent ?

OUI NON

Merci de préciser votre choix

Peut- il être amélioré ? OUI NON
Comment selon vous ?

Questionnaire anonyme concernant le projet de vie adressé aux soignants
et professionnels de santé (infirmiers, aides-soignants, auxiliaires de vie,
kinésithérapeutes, ergothérapeutes...)

Précisez votre fonction (merci) :

1) Depuis combien de temps travaillez-vous dans cet établissement ?

2) Que signifie pour vous le projet de vie ?

Projet de vie individualisé Projet d'animation

Projet de soins projet d'aide à la personne

Autre :

3)

Avez-vous connaissance du projet de vie de votre établissement? OUI NON
Si NON, merci de préciser pourquoi ?

4) selon vous, qui participe au projet de vie ? (entourez votre choix)

Résident Famille Cadre de santé

Infirmiers Aides soignants Animateur (rice)

Psychologue médecin coordonnateur Kinésithérapeute
Autre

5) Quel en est le support ?

Informatique Papier Autre :

6) Vous servez vous du projet de vie dans votre quotidien avec les résidents ?

OUI NON

 
 

Si NON, merci de préciser pourquoi ?

7) Avez-vous rencontré des difficultés lors de sa mise en oeuvre ?

OUI NON

Si OUI, se révèlent-elles plutôt au quotidien ?

OUI NON

Merci de cocher ce que vous avez identifié comme caractéristiques des difficultés.

o Manque de temps

o Manque d'informations sur le projet de vie

o Démotivation du personnel

o Multi culturalité des soignants

o Inexistence de dynamique de groupe o Non implication des familles

o Résistance aux changements o Autre

8)

Les familles vous demandent elles des informations sur le projet de vie ? OUI NON
De quel ordre ?

Et les résidents ?

OUI NON

Pourquoi ?

9) Selon vous, le projet de vie est :

Adapté Utile Personnalisé

Un vecteur de changement Fédère une équipe

Réunit des pluri professionnels Un gage de qualité

A améliorer Si oui, comment :

10) Pour les infirmières, aides soignantes et auxiliaires de vie :

Etes- vous référents de résidents ?

OUI NON

Annexe 5
Histogrammes de représentation du projet de vie
selon les catégories de professionnels

Histogrammes de représentation du projet de vie
selon les catégories de professionnels

Histogrammes de représentation du projet de vie
selon les catégories de professionnels

Tableau de représentation personnelle de chaque professionnel du projet
de vie

représentation personnelle du projet de vie n= 78/126
Enquête Avril 2011 dans 11 Ehpad

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

oui

5'

=.: non =

infirmier

'5

0

C

c
cadre

santé

U)

al
co

de

 
 
 

animateur

a)

6 sans

 
 

as

a) oui c

auxilliaire

vie

de

 

divers


· non

cli

 

type de professionnel

120%

100%

80%

60%

40%

20%

% de reponses

0%

adapté utile personnalisé vecteur de changement

fédère équipe réunit pluriprofessionnels qualité de vie amélioration

Annexe 6
La connaissance du projet de vie

120%

100%

110%

100%

90%

80%

67%

70%

55%

50%50%

60%

50%

36%

33%

40%

23%

30%

15% 8%

9%

20%

10%

0%

professionnels

% de connaissance

ANIMATEUR CDS IDE AS AUX DE VIE DIVERS

Connaissance du projet de vie en EHPAD par les
professionnels
n= 85/136
Etude du 21/02/2011 au 18/03/2011

92%

85%

oui non sans réponses

120%

100%

100%

110%

100%

82%

90%

75%

80%

68% 67%

70%

60%

50%

40%

25%

20%

20%

30%

17%

12%

20%

9%9%

8%

8%

10%

0%

% de reponses

Demande d'information du projet de vie par les résidents
auprès des professionnels

types de professionnels

oui

non

sans réponses

110%

92% 95%

90%

90%

67%

70%

45%

50%

36%

33%

18%

30%

10%

8%

5%

10%

-10%

% de reponses donnees

Connaissance par la famille du projet de vie

professionnels interrogés

oui

non

sans réponses

120%

100%

90%

100%

75%

80%

67%

66%

58%

60%

42%

33%

40%

25%

24%

10%

10%

20%

0%

% des reponses

Demande d'informations par la famille aux professionnels

oui

non

sans réponses

LA VIEILLESSE Georges Moustaki

Où et quand viendra-t-elle et comment sera-t-elle
En robe de velours ou vêtue de dentelle
Chargée de nostalgie ou porteuse d'ivresse
La vieillesse

Deviendrai-je un vieux singe un vieux fou un vieux con
Mandarin sclérosé radoteur ou bougon
Ou m'accordera-t-elle un peu de sa sagesse
La vieillesse

Viendra-t-elle comme une amie
Comme une dame aux cheveux blancs
À l'air paisible et souriant
Qui viendrait partager mes nuits
Ou comme l'ultime adversaire
Celle qui reste à vaincre encore
Avant de rencontrer la mort
Et de s'endormir sous la terre

Où et quand viendra-t-elle et comment sera-t-elle
En robe de velours ou vêtue de dentelle
Chargée de nostalgie ou porteuse d'ivresse
La vieillesse

Fera-t-elle de moi un sinistre dévot
Préoccupé de Dieu beaucoup plus qu'il ne faut
Ou me donnera-t-elle droit à la paresse
La vieillesse
Serai-je comme un arbre sec
Qui semble défier le temps
Et qui supporte bravement
Des coups de hache des coups de bec
Ou le vieux beau qui vieillit mal
Et regarde avec inquiétude
Son beau crâne qui se dénude
Et ses dents qui se font la mâle

Où et quand viendra-t-elle et comment sera-t-elle
En robe de velours ou vêtue de dentelle
Chargée de nostalgie ou porteuse d'ivresse
La vieillesse

Je dis qu'il est trop tôt mais je sais qu'il est tard
Je veux être un vieil homme sans être un vieillard
Et vivre chaque instant tout le temps que me laisse

La jeunesse

42 Bd Jourdan 75014 PARIS - Tel 01.56.61.68.60 Fax 01.56.61.68.59

Diplôme de cadre de santé
DCS@10-11

Mémoire

 

TITRE DU DOCUMENT

 
 

Réflexion autour du projet de vie

 
 
 
 
 
 

AUTEUR

Catherine NEDELEC-LISSILLOUR

 
 
 
 
 
 

MOTS-CLÉS

KEYWORDS

 
 

Personne âgée, projet de vie, qualité de vie,
professionnels, famille, implication,
Management

Elderly person, project of life, quality of life,
health professionals, family,
involvement, management

 
 
 
 
 
 

RÉSUMÉ

En 1999, le monde médico-social commence à se modifier. Avec la signature de la convention tripartite, les EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) doivent respecter un cahier des charges et notamment établir un projet d'établissement duquel en découlera un projet de vie pour le résident.

Véritable révolution culturelle, symbole de la qualité et de l'éthique de l'établissement, ce projet de vie se décline en projet de vie individualisé ou de projet d'accompagnement, de projet d'animation et de projet de soins. L'EHPAD est un lieu de vie et non de soins.

Le résident ou la personne âgée est au centre du projet : sa famille, les professionnels gravitent autour de lui. Ce projet doit vivre, il fait parti de la qualité de vie du résident. Comment le cadre de santé peut il arriver à concilier tous les acteurs gravitant autour du résident, les motiver afin que ce projet perdure ? Sont-ils tous bien informés sur ce projet ? Comment le cadre de santé peut il assurer la conduite de ce projet au regard des contraintes institutionnelles et législatives ?

 
 
 
 
 
 

ABSTRACT

 
 

Since 1999, the medical and social world has begun to change. With the signing of the three parts agreement, the EHPAD (home for elderly dependent people) must respect specifications, and notably implement an institution project from which a life project will result for the resident.

A True Cultural Revolution, a symbol of the quality and the ethics of the home, this life project includes an individualised life project, or support project, asocial and cultural activities project and a care project. The EHPAD is a home of life and not care.

The resident or the elderly person is at the centre of the project: his or her family, the health professionals, revolve around him. This project must live, because it is a part of the quality of life for the resident.

How can the health manager bring all players who are in charge of the elderly person together, to motivate them so that this project continues? Are they all well informed about this life project? How can the health manager manage the project in relation with organisation and legal requirements?

 

précédent sommaire