WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'héritage leibnizien dans la cosmologie d'A.N. Whitehead

( Télécharger le fichier original )
par Siham EL Fettahi
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master de Philosophie 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.1.3 De l'importance de la métaphysique

La métaphysique est essentielle pour Whitehead, il va jusqu'à affirmer dans Aventure d'idées 

« Tout raisonnement séparé d'une référence métaphysique est vicieux. »13(*).

Effectivement, Whitehead s'oppose clairement aux positions antimétaphysiques du Cercle de Vienne et du néo-positivisme. Il remet en cause la dérive positiviste contemporaine qui consiste à s'attacher aux faits en écartant toute tentative de spéculation :

« Naturellement la plupart des hommes de science, et de nombreux philosophes, adoptent la conception positiviste afin d'échapper à la nécessité d'avoir à considérer des questions fondamentales embarrassantes _ Bref, afin d'éviter la métaphysique. » 14(*)

Or, Whitehead explique que ce rejet est non seulement injustifié mais il est contreproductif puisque ces savants qui pensent ne pas faire de métaphysique, en font inconsciemment ; ex : le positivisme repose sur la confiance aveugle dans les instruments d'observations. La croyance en un présupposé métaphysique est une attitude saine, il ne faut pas l'éviter.

« La compréhension métaphysique guide l'imagination et justifie la visée. Sans présuppositions métaphysiques, il ne peut y'avoir de civilisations. »15(*)

De plus, les scientifiques, vont user de concepts métaphysiques populaires pour donner sens et créativité à leurs recherches.

« Les conceptions de la métaphysique sont modifiées de manière à être capable de fournir une explication, et les explications scientifiques sont élaborées dans les termes de la métaphysique populaire qui s'attarde dans l'imagination des savants. » 16(*)

Ou alors plus grave, ils usent inconsciemment de postulats métaphysiques désuets et inadéquats :

« Elles [l'érudition et la science moderne] canalisent la pensée et l'observation dans des limites préétablies fondées sur des postulats métaphysiques inadéquats assumés de façon dogmatique.»

Whitehead en assumant la métaphysique adopte une attitude franche et lucide. Il entend défendre et réhabiliter cette discipline qui manque cruellement aux contenus scientifiques contemporains.

« La science se trouve aujourd'hui à un tournant majeur de son histoire. Les fondements stables de la physique se sont affaissés et pour la première fois la philosophie s'affirme comme une voie de connaissance à part entière. Les anciens fondements de la pensée scientifique deviennent inintelligibles. Le temps, l'espace, la matière, le matériel, l'éther, l'électricité, le mécanisme, l'organisme, la configuration, la structure, le schème, la fonction, tout doit être réinterprété. A quoi bon parler d'une explication mécanique quand vous ignorez ce qu'il convient d'entendre par « mécanique » ? (...) Si nous ne voulons pas que la science dégénère en un salmigondis d'hypothèses par ailleurs correctes, elle doit s'ouvrir à la philosophie et entreprendre une critique sérieuse de ses fondements. » 17(*)

On s'aperçoit que Whitehead accorde une importance de premier ordre à la métaphysique.

Cette posture est due au profond rationalisme du philosophe anglais, cet attachement ferme à la raison le rapproche Leibniz. Le rationalisme de Leibniz est fondé sur le principe de raison suffisante ; Dieu est sage et savant, il ne produit rien sans des raisons valables.

« Il est donc vrai que ce n'est pas sans raisons que Dieu les a données [les nécessités physiques] ; car il ne choisit rien par caprice et comme au sort ou par indifférence toute pure » 18(*)

Whitehead et Leibniz considère le monde comme rationnel, ordonné et harmonieux:

« C'est la foi dans le fait qu'à la base des choses, nous ne découvrirons jamais quelque mystère arbitraire. La foi dans l'ordre de la nature, qui permit la naissance de la science, est un exemple particulier d'une foi profonde. »19(*)

Dès lors, si la nature est par essence rationnelle, il faut avoir foi en la raison humaine et l'employer pour appréhender le monde, nous sommes loin du scepticisme rationnel post-kantien. Cela dit, autant chez Whitehead que chez Leibniz, il ne s'agit pas de défendre un rationalisme brut, il doit s'accompagner de l'expérience. La raison alliée à l'expérience est féconde. Le rôle de la métaphysique est d'interpréter l'expérience à la lumière de la raison. Effectivement, Whitehead considère que la Réforme et le mouvement scientifique qui enclenche la Renaissance, a favorisé le retour au fait brut qui fut anti-intellectualiste par opposition au rationalisme médiéval. La révolte historique de l'époque moderne contre la scolastique fut antirationaliste et nous vivons d'après Whitehead sur le capital d'idées que nous a léguées le XVIIème siècle. Or, il faudrait réhabiliter le rationalisme et la métaphysique. Cela dit, il faut noter une différence entre Whitehead et Leibniz. Le mathématicien anglais est influencé par le pragmatisme de William James (« n'est vrai que ce qui fonctionne », versant pratique de la vérité) et imprégné par le post-kantisme (la connaissance décrit une réalité phénoménale et non nouménale). La métaphysique est donc le moyen de produire des schèmes rationnels dont l'usage consiste à interpréter les faits bruts tandis que pour Leibniz la métaphysique est cette science qui permet de comprendre comment Dieu fait le monde et de saisir par là le réel. Whitehead a une visée d'abord pratique tandis que Leibniz a une visée essentialiste.Cela dit, Whitehead adhère au point de vue leibnizien du rôle essentiel de la métaphysique pour mieux appréhender et comprendre les phénomènes physiques.

* 13 P. 207, A.N. Whitehead. Aventures d'idées, (Traduction Breuvart J.M. et Parmentier A.) Paris, Cerf, 1993.

* 14 P.178, A.N. Whitehead. Aventures d'idées, (Traduction Breuvart J.M. et Parmentier A.) Paris, Cerf, 1993 Ibidem.

* 15 P.180, Ibidem.

* 16 P.181, Ibidem.

* 17 P. 34, A.N. Whitehead. La science et le monde moderne (Traduction Coururiau P.) édition du rocher, Paris, 1994.

* 18 P.141, G.W. Leibniz, Essais de théodicée (cf réf bibliographie).

* 19 P.36, A.N. Whitehead. La science et le monde moderne (Traduction Coururiau P.) édition du rocher, Paris, 1994.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net