WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contradictions des politiques de ciblage dans les projets de lutte contre la pauvreté dans l'ouest montagneux ivoirien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis KOFFI
Université de Bouaké - DEA 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.2.2.3 La théorie de la régulation et celle des jeux

Selon Reynaud, la régulation fait de la réalité sociale ou de toute autre organisation comme les structures d'appui ou bien les coopératives et les associations, une interaction sociale réglée. Ce qui suppose un accord minimal entre les différents acteurs sur ces règles. C'est leur caractère collectif à l'origine de l'action collective qui en garantit le respect par tous. La régulation révèle l'exercice conscient et délibéré des membres individuels ou collectifs du groupe ou de la société sur les règles et normes en vigueur '(Reynaud 1997). La théorie de la régulation permet de savoir comment les critères de choix des bénéficiaires actuels ont été élaborés et mis en oeuvre. Et quelles sont les réactions qu'elles ont suscitées ? Comment les communautés bénéficiaires des projets exercent-elles la pression sur ces critères de sélection ?

Les critères de choix des bénéficiaires, eu égard aux réactions qu'elles suscitent, ne sont pas le produit d'une action collective entre initiateurs des projets (bailleurs de fonds/structures d'appui) et les bénéficiaires, très souvent, malgré le recours à l'approche participative et communautaire dans la mise en oeuvre des programmes. Des stratégies sont donc développées en fonction des visées propres de chaque acteur soit pour faire partie des sélectionnés, soit pour respecter l'enveloppe budgétaire du projet. Les bailleurs de fonds par exemple, développent des stratégies (critères de financement des projets, échéanciers des financements...) pour contraindre les Organisations Non Gouvernementales et autres structures intermédiaires au respect des règles formelles établies qui reposent sur le modèle du ciblage cadrant avec leur domaine d'intervention. Face aux exigences temporelles et aux contraintes liées au savoir des communautés à la base, les structures d'appui rendent flexibles ces règles, ce qui dilue les critères de sélection des bénéficiaires. Partant, la régulation contribue au travers des jeux des acteurs, à la fois au maintien souple des politiques de ciblage et à leur adaptation.

Du coup, la théorie des jeux peut être un cadre d'analyse des politiques de ciblage dans les projets de lutte contre la pauvreté. Cette théorie des jeux suppose que les acteurs prennent des décisions en fonction de certaines règles du jeu. Or la modification des règles fait partie des stratégies des acteurs pour qui consentir à une règle, c'est consentir à une obligation (Reynaud op. cit).

Cette modification survient généralement lorsque cette règle n'est pas le produit d'un effort collectif. L'approche de l'analyse des jeux permet d'identifier les stratégies et les moyens déployés soit par les structures d'appui ; soit par les communautés bénéficiaires des projets pour la modification des règles établies. L'enjeu étant tout naturellement de contrôler les centres de régulation des politiques de ciblage.

La rigueur des critères de choix et leur application immédiate peuvent conduire les organismes de soutien à la lutte contre la pauvreté ou les bénéficiaires à se détourner des dits critères et à organiser des circuits ou critères parallèles. C'est ce qui fait que certaines structures, comme CARE, font appel à des cabinets d'experts dans le cadre de la sélection des bénéficiaires des projets qu'elles ont en charge alors que cette opération devait se faire avec les communautés à la base.

En somme, l'analyse sociocritique, l'analyse stratégique et les théories de la régulation et des jeux constituent le cadre théorique d'analyse utilisé pour l'éclairage des politiques de ciblage dans les projets de lutte contre la pauvreté. Elles nous ont permis de saisir la réalité sociale en matière de ciblage dans les projets de réduction de la pauvreté, les stratégies déployées par les acteurs, leurs contraintes et les stratégies de contournement des contraintes.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net