WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contradictions des politiques de ciblage dans les projets de lutte contre la pauvreté dans l'ouest montagneux ivoirien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis KOFFI
Université de Bouaké - DEA 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.1.5.3- Contraintes liées à l'identification et au choix des bénéficiaires des projets

Dans l'identification et la sélection des bénéficiaires réels des actions de CARE à Fengolo et Toa Zéo sur le projet ECHO, plusieurs difficultés se sont révélées.

Au niveau de l'identification des ménages devant bénéficier de la réhabilitation de leur habitat privé, on se rend souvent compte que les personnes assignées à établir les listings par quartiers veillaient à y insérer le nom de leurs parents proches ou leurs connaissances ne répondant pas forcément aux critères présidant à cet effet. Ainsi, il est arrivé que des personnes se trouvant encore à Duékoué voire à Abidjan, du fait d'influences diverses, figuraient sur la liste des bénéficiaires. Or selon le projet, la réhabilitation ne concernait que les maisons d'individus effectivement retournés au village. D'ailleurs une enquêtée révélait à ce propos : « CARE a dit que ce sont les pauvres qu'on va construire leur maison, tu vois mon fils, moi vielle comme ça ma maison est restée. Et puis les membres du comité là, eux on a construit pour eux, nous on attend encore...» Extrait d'un entretien avec T.G., une femme de Fengolo. Parfois, les populations ne comprennent pas toujours les critères et donc elles ont tendance à rendre plus flexible les critères d'identification de ménages bénéficiaires.22(*)

En outre, l'évolution des informations de terrain faussent le ciblage. En effet, un problème de temps se pose généralement entre la période de collecte des données de base et la mise en oeuvre effective du Projet. Cette situation favorise un changement de la réalité des communautés avec lesquelles l'ONG aura défini leurs besoins et les aura assisté dans la hiérarchisation de leurs centres d'intérêts. En fait, les mutations des informations sur le terrain étaient dues au fait que le retour des déplacés se faisait de façon progressive ou suite à l'écho une opportunité. Par exemple, quand de Duékoué, les déplacés sont informés de l'exécution d'un programme au village, ils y accourent. Ainsi les besoins de tout genre croissent ; toute chose qui s'observe aussi par l'augmentation des potentiels bénéficiaires. Or entre temps, les cours du marché connaissent une fluctuation. Les coûts des matériaux tels le ciment, le fer à béton, le carburant etc. augmentent entrainant par la même occasion la hausse des charges liées à la mise en oeuvre des projets. Dans ces cas, CARE procèdent à des réajustements.

En ce qui concerne les distributions de tout genre, comme souligné plus haut, les populations des villages de Fengolo et Toa Zéo se sont réfugiées à Duékoué situé non loin desdites localités. Ainsi dès qu'elles sont informées d'une distribution quelconque, elles reviennent se faire enregistrer pour bénéficier des dons. Elles bouleversent, par cette attitude, toutes les prévisions. Lorsqu'on leur oppose un refus en invoquant les différents critères de choix, des disputes s'engagent entre acteurs. Ainsi vous entendrez des propos du genre : «Ceux la même ils pensent que quoi ? C'est pour nous qu'ils sont là, et puis, ils ne veulent pas nous donner les choses qu'ils ont envoyées ici... » Extrait de l'entretien avec un non bénéficiaire du programme ECHO à Fengolo.

Les contraintes d'identification des bénéficiaires des projets sont dues au fait que les populations, à la faveur de la crise, ont vu passé de nombreux projets dans leur localité. Ils sont devenus `'connaisseurs'' des logiques d'approche des ONGs. Elles ont par conséquent assimilé le vocabulaire de l'action humanitaire, et donc elles n'hésitent pas à se positionner lorsqu'une intervention est envisagée dans leur localité.

* 22 « Il n'y avait pas de maisons à réhabiliter prévues à Fengolo pour les allogènes. Mais le comité a trouvé pertinent d'attribuer des réhabilitations de maisons à trois (3) allogènes. C'est ainsi que le leader des jeunes allogènes a pu bénéficier de la réhabilitation de sa maison car il avait accueilli beaucoup d'enfants orphelins ...donc, on ne peut pas a priori déterminer les bénéficiaires sans tenir compte de certaines réalités de terrain... » Extrait d'entretien avec K.G, chef de projet CARE Man.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net