WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse statistique de l'évolution de prix des produits pétroliers face aux taux de change dans la ville de Goma


par Benjamin SENZIGE KWITONDA
Insitut supérieur de statistique et de nouvelles technologies - A1 Ingénieur statisticien 2008
  

précédent sommaire suivant

CHAP.II. LE MARCHE DES CHANGES ET LE MARCHE DES PRODUITS PETROLIERS DANS LA VILLE DE GOMA

II.1. INTRODUCTION

Les agents économiques ayant une activité internationale (commerce de biens, de services ou d'actifs financiers, investissements internationaux) doivent souvent échanger leur monnaie nationale contre les devises étrangères. Le marché des changes est précisément le marché où les différentes devises sont échangées. On définit alors par taux de change, le prix d'une devise par rapport à une autre.6(*)

En matière d'un marché interbancaire, trois groupes d'agents économiques contribuent au fonctionnement du marché des changes :

- Les entreprises, les gestionnaires de fonds et les particuliers qui se situent en amont du marché ;

- Les autorités monétaires, et plus particulièrement les banques centrales ;

- Les banques et les courtiers qui assurent le fonctionnement quotidien du marché : ce sont les « professionnels » du marché.

Les premiers transmettent aux banques et au courtiers des ordres dits « de clientèle » pour l'achat ou la vente de devises. Les autorités monétaires interviennent éventuellement sur le marché pour régulariser ses fluctuations.

Les banques opèrent sur le marché des changes pour exécuter les ordres de leur clientèle et pour leur propre compte. Dans la plupart des pays développés, les agents non bancaires, entreprises et particuliers n'accèdent pas directement au marché des changes ; les banques sont des intermédiaires obligés pour les opérations de change.

Une grande part des opérations cambiaires sont en effet effectuées entre intermédiaires (banques, courtiers, etc.) et sont de nature largement financière. Il en résulte que le marché des changes est d'abord un marché de gros sur lequel la valeur unitaire des transactions est élevée, auquel on oppose le marché de détail qui concerne les transactions des banques avec leurs clients individuels. Toutefois, au cours de la période récente, cette frontière entre les banques et les entreprises s'est estompée. Toutes les firmes multinationales effectuent, en effet, des opérations de change pour leur propre compte, notamment dans le cadre des transactions entre maisons mères et filiales.

Au siège de la banque, les opérations de change sont exécutées par les cambistes. Ceux-ci centralisent les ordres de la clientèle, établissent des compensations et transmettent sur le marché des changes les offres et demandes excédentaires de devises.

La fonction du cambiste est de traiter au meilleur cours, au moment le plus propice. Il lui faut donc bien sentir le marché afin d'anticiper son évolution, si possible avant la concurrence. Le cambiste est là pour réaliser au mieux les ordres de la clientèle, et aussi pour faire gagner de l'argent à sa banque en engageant celle-ci quotidiennement pour plusieurs millions, voire plusieurs dizaines de millions de dollars. La vitesse de réaction des cambistes doit être très élevée depuis que se généralise l'usage du courtage électronique.7(*)

Sur le marché des changes, le prix d'une devise évolue en fonction des variations de l'offre et de la demande qui portent sur cette devise. Les déterminants des taux de change sont donc les facteurs qui agissent sur l'offre et la demande de devises.8(*)

Le taux de change d'une monnaie nationale varie tout d'abord en fonction de l'évolution du solde de la balance des transactions courantes. C'est la simple loi de l'offre et de la demande qui s'applique ici : lorsque l'offre est supérieure à la demande, le prix sur le marché a tendance à baisser.

En conséquence, un excédant ou déficit des transactions courantes conduit à une hausse de la demande ou l'offre de la monnaie nationale et amène à une appréciation ou dépréciation du taux de change.

Les offres et les demandes de devises sur le marché des changes proviennent également des mouvements de capitaux sensibles aux taux d'intérêt.

Toutefois, le taux de change peut s'écarter durablement de la valeur que l'on serait en droit d'attendre à la lecture des données fondamentales de l'économie (ensemble des déterminants qui précèdent : solde des transactions courantes, taux d'inflation, taux d'intérêt) en raison de la spéculation sur le marché des changes.

* 6 DOHNI, L. et HAINAUT, C., Les taux de change, Ed. De Boeck, Bruxelles, 2004, P14-15

* 7 Dominique Plihon, Les taux de change, Ed. La Découverte, Paris, 2004, P7-9

* 8 COULOMB, F. et Alui, Economie manuel et applications, Ed. DUNOT, Paris, 2007, P303-306

précédent sommaire suivant