WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse statistique de l'évolution de prix des produits pétroliers face aux taux de change dans la ville de Goma


par Benjamin SENZIGE KWITONDA
Insitut supérieur de statistique et de nouvelles technologies - A1 Ingénieur statisticien 2008
  

précédent sommaire suivant

II.2. LE MARCHE DES CHANGES A GOMA

Le change est l'acte par lequel on échange les monnaies de différentes nations. Les monnaies prennent les mêmes formes que la monnaie à l'intérieur d'un pays. La majeure partie des actifs monétaires échangés sur les marchés des changes est des dépôts à vue dans des banques.

Le taux de change est le prix de la monnaie d'un pays en termes de la monnaie d'un autre. Les taux de changes donnent l'information sur l'offre et la demande effective (portée) relatives de deux monnaies entre les pays ayant des relations commerciales. On entend parler de deux taux au moins: le taux officiel et le taux parallèle.

Dans les pays développés, on a tendance à ne pas avoir de différence entre le taux officiel et le taux parallèle (ou le taux du marché) d'autant plus que les taux sont fixés par le marché entre la demande à l'importation et l'offre à l'exportation de la monnaie en question. Ceci ne signifie pas que les responsables de la gestion de la monnaie n'interviennent pas dans la formation du taux de change, mais quand ils le font, il s'agit le plus souvent des interventions souvent au niveau du marché.

Dans un pays à économie faible, n'ayant pas une monnaie forte, il y a souvent un grand écart entre le taux officiel et le taux parallèle appelé aussi taux réel, taux du marché noir ou encore taux du marché. C'est au taux parallèle qu'on recourt le plus souvent pour mieux apprécier la vraie demande de la monnaie en question, ou alors à l'écart entre le taux parallèle et le taux officiel pour trouver les distorsions économiques et financières provoquées par les responsables de la politique monétaire ou autres responsables économiques.

En République Démocratique du Congo, particulièrement dans la ville de Goma, le marché de change n'est pas organisé, en ce sens qu'il existe des combistes incontrôlés par la BCC qui travaillent dans l'informel, qui sont des intervenants sur le marché de change. La Banque Centrale du Congo fixe le taux de change à appliquer au lendemain, suivant les transactions faites au cours de la journée. C'est le taux de change officiel.

Cependant les cambistes qui travaillent à leurs propres comptes, disposant des informations nécessaires en matière des opérations de change, augmentent une certaine marge sur le taux fixé par la Banque Centrale pour constituer le taux qu'ils appliquent, étant donné que ces derniers sont à la recherche d'un profit. Les cambistes de la ville de Goma oeuvrent dans une association et chaque matin se consultent pour fixer le taux parallèle en fonction du taux officiel. Une fois ce taux fixé, les combistes se communiquent pour l'appliquer. Nous disons que le taux fixé par les cambistes est réel, car il est celui qui est beaucoup appliqué sur le marché.

Outre les cambistes, les banques autres que la Banque Centrale sont également les intervenants sur le marché de change. Les banques appliquent un taux non loin du taux officiel. Parmi les banques opérationnelles dans la ville de Goma, nous pouvons citer : BIAC, BIC, BCDC, UBC, etc.

précédent sommaire suivant