WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la mortalité infanto-juvénile en Cote d'Ivoire


par NOHOUA TRAORE
Université de Cocody-Abidjan - DEA en économie du développement 2010
  

sommaire suivant

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Union-Discipline-Travail

UNIVERSITE DE COCODY-ABIDJAN

5EME PROMOTION

THEME

ANALYSE DE LA MORTALITE

INFANTO - JUVENILE EN

COTE D'IVOIRE

PRESENTE PA R ~

TRAORE NOHOUA

SOUS LA DIRECTION DE ~
PROFESSEUR KOUADIO BENIEMARCEL

NOVEMBRE 2010

DEDICACE

Je dédie ce mémoire à mon père et ma mère ; que leurs âmes reposent en paix !

A ma très chère mère TRAORE Tasséguédiomon, pour qui la réussite de ses enfants est un souci quotidien.

Sache maman que tu as laissé derrière toi des enfants qui feront l'effort de relever les défis qui s'imposent. Que Dieu t'accorde une place de choix dans l'au-delà.

A mon père TRAORE Ziémogo, ton désir de voir tes enfants réussir à l'école n'a pu être satisfait avant ton rappel à DIEU. Que la terre te soit légère.

Ton courage, ta détermination et ta conviction du travail bien fait demeurent pour moi un modèle à pérenniser.

SOMMAIRE

DEDICACE i

SOMMAIRE ii

LISTE DES TABLEAUX iii

REMERCIEMENTS iv

SIGLES ET ABREVIATIONS v

RESUME vii

INTRODUCTION 1

PREMIERE PARTIE : APPREHENSION DE LA MORTALITE DES ENFANTS 5

CHAPITRE 1 : CONCEPT ET MESURE DE LA MORTALITE INFANTO-

JUVENILE 6

Section 1 : Définition et mesure de la mortalité infantile 6

Section 2 : Niveau, évolution et tendance de la mortalité infantile 10

CHAPITRE 2 : LES CAUSES ET CARACTERISTIQUES DE LA MORTALITE DES

ENFANTS 15

Section 1 : Causes et description de la mortalité infantile 15

Section 2 : Analyse descriptive 21

DEUXIEME PARTIE : ANALYSE DES DETERMINANTS DE LA MORTALITE

INFANTO- JUVENILE EN COTE D'IVOIRE 31

CHAPITRE III : LES DETERMINANTS DE LA MORTALITE INFANTO-JUVENILE 32

section1 : Les facteurs explicatifs de la mortalité infantile 32

Section 2 : Modèle et données d'analyse 37

CHAPITRE IV : LES EFFETS DES VARIABLES EXPLICATIVES SUR LA MORTALITE

INFANTO-JUVENILE 47

Section 1 : Estimation du modèle 47

Section 2 : Interprétation des résultats 49

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS 52

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 54

ANNEXES 58

TABLE DES MATIERES 65

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1-1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans en côte d'ivoire Tableau 1-2 Évolution des taux de mortalité infantile en côte d'ivoire Tableau 2-1 Classification des enfants de pédiatrie II

Tableau 2-2 Classification des maladies infantiles

Tableau 2-3 Type de maladie et incidence

Tableau 2-4 Les maladies et statut du malade

Tableau 2-5 Risque de décès selon les soins prénataux et le statut vaccinal

Tableau 2-6 Risque de décès selon l'occupation de la mère et le mode d'allaitement Tableau 2-7 Risque de décès selon les soins prénataux et le niveau d'instruction Tableau 2-8 Risque de décès selon la religion et les soins prénataux

Tableau 2-9 Risque de décès selon l'ethnie et les soins prénataux

Tableau 2-10 Risque de décès selon le niveau d'instruction et le mode d'allaitement Tableau 2-11 Proportion de décès et visites prénatales

Tableau 2-12 Proportion de décès selon le sexe de l'enfant

Tableau 2-13 Proportion de décès et activité de la mère

Tableau 2-14 Proportion de décès et statut vaccinal

Tableau 2-15 Proportion de décès et l'âge de l'enfant au décès

Tableau 2-16 Proportion de décès et niveau d'instruction de la mère

Tableau 2-17 Proportion de décès et rang de naissance

Tableau 3-1 Résumé des variables et signes attendus

Tableau 3-2 Résultats définitifs et définition des variables

Tableau 4-1 Résultat de l'estimation du modèle

REMERCIEMENTS

Ce travail est l'aboutissement d'un processus de recherche qui a vu la contribution de plusieurs personnes que nous tenons à remercier sincèrement.

Nous remercions le Professeur Aké G.M. N'GBO, Président de l'Université de Cocody, Doyen Honoraire, Directeur de l'Ecole Doctorale de l'UFR des Sciences Economiques et de Gestion et le Professeur SEKA Pierre Roche, Doyen de ladite UFR qui ne cessent de conjuguer leurs efforts, leur rigueur et leurs expériences pour une formation d'élite.

Nos remerciements vont également à l'endroit du Professeur KOUADIO Benié Marcel, Maître de conférences Agrégé à l'UFR-SEG qui a bien voulu diriger nos travaux de recherche nonobstant ses multiples occupations. Nous tenons à lui exprimer notre profonde gratitude pour l'intérêt accordé à notre étude, son soutien, ses conseils et surtout pour la disponibilité dont il a fait montre tout au long de la rédaction de ce mémoire.

Nous restons redevables au Docteur N'GUESSAN BI Tah, Directeur Adjoint de l'Ecole Doctorale pour le travail colossal abattu pour les étudiants de la 5eme promotion durant toute la formation.

Nos remerciements spéciaux à l'endroit du Docteur NIANGEU Joseph, qui a orienté notre choix pour cette étude et dont l'apport a été inestimable tant au niveau de sa conception qu'au niveau de sa réalisation. Ainsi qu'à M. BALLO Bakari, DAAF du ministère de la solidarité et des victimes de guerre, pour ses conseils, son appui financier et matériel.

Nous exprimons notre gratitude à l'endroit de M. KOUASSI Lucien chef du département démographie à l'INS et Professeur TIMITE, Chef de service de pédiatrie II au CHU de YOPOUGON grâce à qui, nous avons eu accès aux archives.

Par ailleurs, nous adressons nos sincères remerciements au Pr. BALLO Zié, Dr. AHOURE A. Alban, Dr. TIEHI TITO, Dr. GNANGORAN Rachelle, Dr. NUAMA Ekou et Dr. KOMENAN Narcisse pour leurs conseils et apport inestimable à l'édifice.

Enfin, nous sommes redevables à GOGOH Mariam, madame ADINGRA, BECHO Isabelle, OUREGA Norvice et à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce document.

Pour terminer, nous voudrions remercier tous les étudiants de la 5ème promotion de DEA Economie du Développement pour leur solidarité et leur soutien sans faille tout le long du processus de production de ce document.

SIGLES ET ABREVIATIONS

BCEAO Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest

BPP Broncho-pneumopathie

CENEP Centro d'Estudios de Población

CERDI Centre d'Etudes et de Recherches sur le Développement International

CFA Communauté Financière Africaine

CHR Centre Hospitalier Régional

CHS Centre Hospitalier Spécialisé

CHU Centre Hospitalier et Universitaire

CIA Central Intelligence Agency

CSP Catégorie socioprofessionnelle

DD Direction Départementale

DR Direction Régionale

DSRP Document de Stratégie de Réduction de la pauvreté

DTCOQ Diphtérie, Tétanos et Coqueluche

EDS Enquête Démographique et de Santé

EIS Enquête sur les Indicateurs du Sida

ENV Enquête du Niveau de Vie des Ménages

ESPC Etablissements Sanitaires de Premiers Contacts

GAE Gastroentérite

HG Hôpital General

IDH Indice de Développement Humain

INS Institut National de la Statistique

IRA Infection Respiratoire Aigue

IRDES Institut de Recherche et de Documentation en Economie de la Santé

MHSP Ministère de la Santé et de l'hygiène publique

MICS Multiple Indicator Cluster Survey (Enquête à Indicateurs Multiples)

OMS Organisation Mondiale de la Santé

ONG Organisation Non Gouvernementale

PAS Programme d'Ajustement Structurel

PGFA Paludisme Grave sous la Forme Anémique

PGFN Paludisme Grave sous la Forme Neurologique

PGFNA Paludisme Grave sous la Forme Neuro-anémique

PISAM Polyclinique Internationale Sainte Anne Marie

PNDS Plan National de Développement Sanitaire

PNN Programme National de Nutrition

PNUD Programme des Nations -Unies pour le Développement

RASS Rapport Annuel sur la Situation Sanitaire

SAREC Agence Suédoise de coopération en recherche

SIDA Syndrome d'Immunodéficience Acquise

SIG Système d'information et de Gestion

TBM Taux Brut de Mortalité

TMA Taux de mortalité selon l'âge

TPS Tradipraticiens de Santé

UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine

UNICEF United Nations International Children's Emergency Fund

VIH Virus d'immunodéficience Humaine

RESUME

La présente étude se propose d'examiner la mortalité des enfants de moins de cinq ans en Côte d'Ivoire. Les taux de mortalité infantiles, bien que toujours élevés en Afrique subsaharienne, sont en régression et ce recul semble être relativement lent en Côte d'Ivoire. Il est probable que des facteurs propres à la Côte d'Ivoire expliquent ces faibles proportions de baisse. L'analyse s'appuie sur les données secondaires d'archives collectées en pédiatrie II au CHU de Yopougon pour l'année 2008. La méthodologie utilisée pour atteindre cet objectif dans le cadre de notre étude, est un modèle à variable qualitative binaire : le modèle Logit. Les résultats suggèrent que le niveau d'instruction secondaire de la mère, l'âge de l'enfant, la religion, la vaccination des enfants, le premier et le second rang de naissance sont significatifs et négativement reliés à la mortalité infanto-juvénile. Cependant, les variables telles que l'âge de la mère à l'accouchement, le mode d'allaitement, la dépense journalière de consommation, le sexe de l'enfant et l'activité de la mère n'ont aucun impact sur la mortalité des enfants de moins de cinq ans. Il ressort de notre analyse que de vastes campagnes de sensibilisation et de vaccination combinées à la scolarisation de la jeune fille, et l'éducation des femmes en matière de soins et de suivi de l'enfant restent indispensables à la réalisation des objectifs de réduction de la mortalité infanto-juvénile en Côte d'Ivoire.

ABSTRACT

This study examines the mortality of children under five years in Côte d'Ivoire. Infant mortality rates, although still high in sub-Saharan Africa are in regression and this decline appears to be relatively slow in the Ivorian case. The analysis is based on secondary data collected in archives of Pediatrics II at the University Hospital of Yopougon for 2008. The methodology used in this study is a logit model. Results suggest that the secondary education of the mother, age of the child, the religion, vaccination of children and the two first rows of birth are significant and inversely related to child mortality. While variables such as age of the mother, the mode of feeding, the daily expense of consumption, sex of the child and activity of the mother have no impact on mortality of children under five years. Our analysis shows that large public awareness campaigns and vaccination combined to girl's education, and training of women for care and supervision of the child are essential to achieve the goal of reducing infant and child mortality in Côte d'Ivoire.

INTRODUCTION

La mortalité des enfants de moins de cinq ans, considérée pendant longtemps comme un sujet ou phénomène démographique, sociologique, etc., ne relevant pas du champ de l'analyse économique, se révèle de plus en plus comme un problème central de l'économie du développement. Son ampleur dans les pays en développement, les coûts économiques et sociaux qu'elle génère, les obstacles qu'elle constitue à la réalisation des objectifs d'éducation, de croissance démographique et économique à long terme en font un phénomène dont l'analyse minutieuse s'impose aux économistes du développement.

La mortalité infanto-juvénile est l'un des problèmes sociaux les plus cruciaux en Afrique subsaharienne. En cela, elle a fait l'objet de nombreuses études pendant les deux dernières décennies. Plusieurs raisons expliquent l'intérêt des recherches pour la mortalité en général et pour celle des enfants en particulier.

L'Afrique subsaharienne est cette partie du monde qui concentre, elle seule 40% de la mortalité infanto-juvénile alors qu'elle n'abrite que 14% de la population mondiale et 24% des enfants de moins de cinq ans y vivent. Le taux de mortalité infantile y est le plus élevé de tous les continents soit 89%o (UNICEF, 2008).

Par ailleurs, l'étude des niveaux et tendances de la mortalité des enfants de moins de cinq ans revêt un intérêt particulier, en ce sens que les décès des enfants représentent un gâchis considérable pour des raisons à la fois humanitaires et économiques. Aussi, parce que les taux de mortalité des enfants sont-ils faciles à mesurer et représentatifs de la mortalité générale dans les pays faiblement développés.

Le niveau de mortalité des enfants est aujourd'hui considéré comme un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'un pays. Ainsi, sa connaissance contribue-t-elle à la mise en place de programme de santé et de développement socio-économique (EIS, 2005). De même, la moindre mortalité des enfants représente non seulement un souhait et une satisfaction évidente pour les parents, mais également un objectif fondamental du système

social dans la mesure où la réduction de la mortalité des enfants peut contribuer à réduire la fécondité et la forte croissance démographique.

En Côte d'Ivoire, comme dans bien de pays en développement, les enfants représentent une assurance pour l'avenir, susceptible de pallier l'absence de sécurité sociale formelle pour les personnes âgées. Le taux de mortalité infantile est, en effet, l'une des composantes de l'indice de développement humain (IDH) élaboré par le PNUD1. C'est à juste titre que les objectifs du millénaire visent à réduire la mortalité maternelle de trois quarts et la mortalité infanto-juvénile de deux tiers d'ici 2015.

La baisse rapide de la mortalité en général et celle des enfants de moins de cinq ans en particulier demeure un objectif prioritaire de santé publique commun à tous les gouvernements des pays en développement. Cependant, dans ces pays, en moyenne 11 millions d'enfants de moins de cinq ans sont morts chaque année pendant les années 1990, ce qui représente une baisse par rapport aux 20 millions de décès annuels enregistrés quatre décennies plus tôt. En revanche, en Afrique subsaharienne, le nombre de décès de cette catégorie de population a presque doublé pendant cette période, passant d'environ 2,3 millions à 4 ,5 millions par an. En l'an 2000, 43% des décès infantiles dans le monde se sont produits en Afrique subsaharienne, contre 14% en 1960.

Parallèlement, l'UNICEF dans son rapport sur la situation de l'enfant dans le monde 2008, relève que plus de 500 000 femmes meurent encore chaque année à la suite de l'accouchement. La moitié de ces décès se produisent en Afrique subsaharienne. Selon le même rapport, 10 millions d'enfants meurent dans le monde avant l'âge de cinq ans. Ce chiffre est encore élevé, même si ledit rapport montre qu'il n'a jamais été aussi bas : 9,7 millions par an contre 13 millions en 1990. Cela représente une chute d'un quart depuis 1990 et de plus de 50% depuis 1960 du nombre annuel des décès d'enfants de moins de cinq ans. Par ailleurs, en Afrique subsaharienne des progrès ont été réalisés : de 2000 à 2004, la mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué de 29%.

Malgré cette tendance à la baisse et les améliorations constatées en matière de suivi de l'enfant dans le monde en développement, les disparités persistent et les taux de mortalité infanto-juvénile des pays de l'Afrique subsaharienne laissent à désirer. D'ailleurs en 2006, le

1 Rapport national sur les disparités, UNICEF juin 2002

taux de mortalité infantile était estimée à 54,70 %o dans le Monde, 52 %o en Asie, 29 %o en Océanie, 22 %o en Amérique, 7 %o en Europe, 4,5 %o en Union Européenne et plus élevé en Afrique soit 89 %o. Au compte de la même année, la Côte d'Ivoire avait un taux de mortalité très élevé (89,11 %o) au-dessus du taux mondial (54,70 %o) et de l'Afrique (89 %o). Selon les statistiques mondiales de la santé (OMS, 2008), la Côte d'Ivoire occupe le 19ème rang sur 110 pays du monde avec un taux de mortalité infanto-juvénile estimé à 85,71%o après le Burkina (86,98%o). Alors que ce taux était de 89,11%o en 2006, 123%o en 1998 et 105%o en 1991.

De ce fait, ce taux est certes en régression, mais, la Côte d'Ivoire reste un des pays au Monde et plus singulièrement de l'Afrique de l'Ouest où le taux de mortalité des enfants est encore élevé en dépit des efforts déployés par le gouvernement de ce pays. Sur la période 2001-2008, le taux de mortalité infantile en Côte d'Ivoire a baissé dans les proportions les plus faibles soit 49,29%o, alors que cette baisse était de 76,21%o au Bénin, 90,98%o au Burkina Faso, 131,17%o au Mali et 219,58%o au Niger (UNICEF, 2008).

On estime donc que le fait d'investir dans la recherche pour mieux appréhender les causes de la mortalité des enfants de moins de cinq ans en Côte d'Ivoire, permettra au ministère de la santé publique et aux différents programmes d'intervention de mieux cibler le phénomène et d'être ainsi aptes à réaliser cet objectif. Barbieri (1991) souligne que «l'efficacité des programmes dépend en grande partie de la capacité à comprendre les processus responsables du niveau élevé de la mortalité des enfants dans le Tiers Monde ».

Dans la littérature, la plupart des auteurs insistent sur des facteurs socio-économiques, environnementaux, culturels et biodémographiques qui expliquent le niveau de ce phénomène alors que la mortalité est tellement complexe que son analyse requiert la prise en compte de l'ensemble des facteurs qui l'influencent. Ces facteurs intègrent aussi bien les politiques de santé et d'hygiène en vigueur que les comportements des parents.

Selon UNICEF 2008, en Afrique de l'Ouest, la Côte d'Ivoire est le pays qui a enregistré la baisse la moins importante du taux de mortalité infantile sur la période 2001- 2008. C'est un tel constat qui a motivé la réalisation de la présente étude qui voudrait répondre à la question suivante:

Quels sont les facteurs explicatifs de la faible régression de la mortalité infantojuvénile en Côte d'Ivoire ?

L'objectif général de notre étude est de mieux cerner le phénomène de la mortalité des enfants afin d'orienter la politique actuelle de baisse de mortalité infanto-juvénile dans le cadre des objectifs du millénaire.

De façon spécifique, il s'agit d'identifier les facteurs explicatifs de la mortalité infanto-juvénile et de mesurer l'influence de ces facteurs sur ladite mortalité sous les hypothèses que, le statut vaccinal explique de façon significative et négative le décès des enfants de moins de cinq ans et que la mortalité infanto-juvénile est négativement reliée au niveau d'instruction secondaire de la mère.

L'analyse est basée sur des informations d'archives disponibles au CHU de Yopougon. La collecte des données est effectuée sur la base des enfants malades de moins de cinq ans reçus en 2008 en pédiatrie II. Nous avons procédé à la consultation de chaque dossier de malade et le registre de pédiatrie mis à notre disposition par la surveillante. Ainsi, sur 1185 enfants, nous avons retenu 305 compte tenu des nombreuses variables qui n'ont pu être renseignées par manque d'information. Cette enquête nous a permis au delà des archives disponibles, de recueillir des informations directement en interrogeant des sages femmes et quelques mères sur la situation des enfants en général et sur les données manquantes au CHU de Yopougon.

En guise de méthode d'analyse, nous avons fait une analyse descriptive montrant les caractéristiques de la mortalité infantile et l'estimation de la variable dépendante mortalité, notée ??MORTA», s'est faite a travers le logiciel STATA.

Pour atteindre nos objectifs, nous avons articulé cette étude autour de deux parties.

Dans la première, consacrée à l'appréhension de la mortalité des enfants, le concept et la mesure de la mortalité infanto-juvénile sont présentés dans le premier chapitre, suivi des causes et caractéristiques de la mortalité infantile dans le second.

Dans la deuxième partie, intitulée analyse des déterminants de la mortalité infantojuvénile, le troisième chapitre traite des déterminants de la mortalité infanto-juvénile et le quatrième intitulé effets des facteurs explicatifs sur la mortalité infanto-juvénile, présente les résultats et leur interprétation.

Enfin, une conclusion et des recommandations sont faites en fin de document.

PREMIERE PARTIE :
APPREHENSION DE LA MORTALITE DES ENFANTS

Cette étude réservée uniquement à la mortalité des enfants de moins de cinq ans, présente dans sa première partie au premier abord le concept et mesure de mortalité infantojuvénile et en second lieu les causes et caractéristiques de ladite mortalité.

sommaire suivant