WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la mortalité infanto-juvénile en Cote d'Ivoire

( Télécharger le fichier original )
par NOHOUA TRAORE
Université de Cocody-Abidjan - DEA en économie du développement 2010
  

précédent sommaire suivant

Section 2 : INTERPRETATION DES RESULTATS

Dans le modèle logit, les valeurs numériques des estimations n'ont pas d'interprétation directe. Ainsi, il faut retenir que la seule information directe réellement utilisable est le signe des paramètres. Si le coefficient d'une variable est significativement (c'est-à-dire probabilité critique < 0,05) positif, alors la variable influence à la hausse la probabilité que l'événement survienne. Dans le cas contraire, la variable joue négativement sur la probabilité que l'évènement survienne.

Ainsi il ressort de l'analyse du tableau de régression que :

La vaccination des enfants a un effet négatif sur la probabilité de décès des enfants. Plus l'enfant reçoit des doses supplémentaires de vaccin, moins il est exposé à la mort. La mère, en faisant tous les vaccins de son enfant, augmente la chance de celui-ci d'échapper à la mort. L'on constate que ceci est conforme à la caractéristique énoncée plus haut selon laquelle la mortalité infanto-juvénile diminue avec la vaccination. La vaccination fait baisser la probabilité qu'un enfant décède avant le cinquième anniversaire. Ainsi, les enfants vaccinés ont 52,68% de chance d'échapper à la mort avant l'âge de cinq ans par rapport a ceux non vaccinés.

Le niveau d'étude secondaire de la mère a un effet négatif sur les décès infantiles. Par rapport aux enfants dont les mères n'ont aucun niveau étude, ceux dont les mères ont un niveau secondaire sont moins vulnérables à la mortalité infanto-juvénile. Cette situation est compréhensible dans la mesure où à un niveau d'instruction donné va correspondre une certaine compréhension de la pratique des soins. En effet, une femme instruite, du fait de son ouverture à la modernité, rompt plus facilement avec certaines croyances et pratiques néfastes à la santé de sa progéniture. En outre, on s'attend à ce qu'une femme instruite puisse mieux prendre soins de son enfant en matière d'hygiène domestique appropriée, alimentaire et vaccination, etc.

Les effets marginaux indiquent qu'une variation d'une année d'instruction des mères réduit le taux de mortalité infanto-juvénile de 4,68%. Dans la littérature, les chercheurs mettent davantage l'accent sur la relation entre le niveau d'instruction du père et la mortalité des moins de cinq ans par le biais de son statut social ou professionnel et de son revenu. Plus précisément, le niveau de vie du ménage peut influer sur la santé de l'enfant à travers la qualité et la quantité des ressources alimentaires et l'accès au système de soins.

La religion influence négativement la mortalité infanto-juvénile. Par rapport à la religion musulmane, les enfants de familles chrétiennes auraient 5,94% de chance d'échapper à la mort avant l'âge de cinq ans. Cela peut s'expliquer par le fait que les parents pratiquant la religion chrétienne recourent plus volontiers à la médecine moderne que d'autres. Cela se justifie à travers les comportements et attitudes des fidèles vis-à-vis des enfants surtout malades, la rupture ou non avec les pratiques traditionnelles, les pratiques d'allaitement et de sevrage. Aussi, le christianisme prône t-il l'adoption de nouveaux comportements vis-à-vis de l'enfant. Ce résultat est conforme a celui de VIRDAOU Tao (2005) qui a montré une prédominance des facteurs culturels sur les facteurs socio-économiques dans l'explication de la mortalité infanto-juvénile au Tchad.

En ce qui concerne l'âge de l'enfant, il est négativement lié aux décès infantiles. Plus l'âge augmente, plus l'enfant a la chance d'échapper à la mortalité infantile. Lorsque l'âge augmente d'une unité, la probabilité que l'enfant meurt, diminue de 2 ,90%.

Pour ce qui est du rang de naissance des enfants, sa relation avec la mortalité infantile s'est avérée négative. La surmortalité est plus préoccupante pour les premiers rangs. La probabilité qu'un enfant décède lorsqu'on passe d'un rang à un rang supérieur diminue de

plus de 14%. Ce lien traduirait une attention soutenue que les femmes accordent aux enfants en raison de leur expérience en matière de procréation. Cette attention concerne notamment le respect des règles élémentaires d'hygiène, l'entretien et les soins dont bénéficient plus les nouveau-nés que les grands enfants.

En somme, ces résultats montent que notre première hypothèse selon laquelle le statut vaccinal des enfants explique de façon significative et négative la mortalité infantile est totalement vérifiée. Cela montre que la vaccination des enfants est déterminante dans la survie de ceux-ci.

La seconde hypothèse qui stipule que le niveau d'instruction secondaire de la mère est inversement lié à la mortalité infanto-juvénile est vérifiée. Ce qui signifie que les autres niveaux n'influencent pas la mortalité des enfants. Ce résultat est conforme à celui de Lachaud (2006) qui a montré qu'au Comores le niveau d'éducation secondaire de la mère est inversement relié à la mortalité infantile. En plus du niveau d'instruction secondaire et le statut vaccinal, notre étude a montré que les deux premiers rangs de naissance, l'âge de l'enfant et la religion de la mère sont tout de même des déterminants de la mortalité infantojuvénile en Cote d'Ivoire.

Au terme de ce travail, il convient de mentionner que les facteurs environnementaux n'ont pas été abordés. Ces aspects pourront être pris en compte dans les travaux ultérieurs.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Cette étude portant sur la santé des enfants, l'une des dimensions majeures non monétaires du bien-être des individus, avait pour objectif de déterminer les facteurs qui affectent la mortalité des enfants de moins de cinq ans en Côte d'Ivoire. Les résultats de cette analyse ont montré que certains facteurs tels que, le statut vaccinal, le niveau d'instruction de la mère, le rang de naissance, la religion de la mère et l'âge de l'enfant sont déterminants dans l'explication de la mortalité des enfants avant leur cinquième anniversaire. Ainsi, ces variables ont un effet négatif sur la mortalité infanto-juvénile. Toutefois, l'âge de la mère à l'accouchement, le mode d'allaitement, l'activité de la mère et la dépense journalière de consommation, soupçonnés d'expliquer la mortalité des enfants, n'ont aucune influence sur cette dernière.

Il ressort de notre analyse, que les facteurs sociodémographiques et culturels sont déterminants dans l'explication de la mortalité infantile. De même, le niveau d'instruction de la mère qui pourrait, dans certaines mesures, faire disparaitre l'effet de certaines variables sur la mortalité des enfants n'en demeure pas moins pertinente.

En somme, les décès d'enfants dépendent en grande partie de la compréhension qu'a la femme des soins de la pratique des soins de santé modernes. Par conséquent, toute politique objective de réduction de la mortalité chez les enfants doit tenir compte de l'éducation de la mère en matière de soins. Car une mauvaise attitude de la mère face aux soins de santé pourrait amenuiser les efforts de toute politique ou stratégie visant la réduction des décès infantiles.

De ces résultats découlent les recommandations suivantes :

> Organiser des campagnes d'informations sanitaires préalables à celle de la vaccination. Car toute campagne de vaccination non comprise ou dont l'intérêt n'est pas perçu par la population cible peut être vouée à l'échec.

> Promouvoir la scolarisation des jeunes filles, l'éducation des femmes et créer des centres de formation sanitaire où des agents spécialisés en santé des enfants auront pour mission d'assurer la formation des femmes.

> Impliquer les autorités religieuses dans les campagnes de sensibilisation et la diffusion de l'information sanitaire.

> Promouvoir le planning familial.

Au terme de ce travail, il convient de mentionner que les aspects environnementaux n'ont pas été abordés. Nous nous sommes limités à des facteurs culturels, socio-économiques et biodémographiques. Ces aspects pourront être pris en compte par des travaux ultérieurs en menant l'analyse en termes de niveaux de mortalité.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akoto E. M. (1991) « La morbidité et la mortalité infanto-juvénile au Bénin »,in Population au Bénin,pp 155-197.

Akoto E. M. (1985), Mortalité infantile et juvénile en Afrique : Niveaux et caractéristiques. Cause et déterminants, Département de Démographie, Université de Louvain, 273p.

Akoto E.M. et Allan G.H. (1988), «Morbidité, malnutrition et mortalité des enfants », in Population et Sociétés en Afrique au sud du Sahara .Ed par D .Tabutin, Paris Harmattan, pp 309-334.

Akoto E.M. et Tabutin D. (1989), « Les inégalités socio-économiques et culturelles devant la mort », in Mortalité et Sociétés en Afrique au Sud du Sahara .Ed par aPison G.Van de Walle et Sala-Diakanda Paris, INED,PUF, pp 35-64.

Barbieri M. (1991), Les déterminants de la mortalité des enfants dans le tiers monde, Les dossiers du CEPED, n° 18, paris, 40p.

Barbieri M. (1989), the determinants of infant and child mortality in Senegal. An analysis of DHS data, Califormia.

Banque Mondiale (2003), Rapport sur les politiques de développement.

Cadurell J. C. (1979), Education as a factor in mortality decline: an examination of Nigerian
Data, in population studies, vol 33 n°3 pp395-413

Caselli G.,Vallin J. et Wunsch G. (2002), Les déterminants de la mortalité, Paris INED, vol 3 , 478p.

Catrelle,(1986), «The profile of mortality and its determinants in Senegal»,in Population studies,n°94,pp88-116..

CERDI(2003), population et santé dans les pays en développement

CNLS (2006), Plan Stratégique National de Lutte contre le VIH /SIDA 2006-2010.

Dackam N.R. (1990), « Éducation de la mère et la mortalité des enfants en Afrique », Les cahiers de l'IFORD n°2, Yaoundé, 160p.

Dackam N. R. (1985), « Aspect de la mortalité post-infantile en Afrique tropicale », Annales de l'IFORD n°9, Yaoundé, pp19-138.

Davis K., Blake.J. (1956), Social structure and fertility: An analytical framework, Economic Development and cultural Change vol 4, pp 211-235.

DSRP (2009), Document Stratégique de Relance du développement et de réduction de la Pauvreté

EIS (2005), Enquête sur les Indicateurs de Sida.

Harouna S. (1998), « Incidence du comportement des mères en matière de soins préventifs sur la mortalité des enfants au Niger », Cahier de L'IFORD, n°22,Yaoundé, 123P.

Hurlin C. (2003), Modèles Dichotomiques Univariés, in Économétrie des variables qualitatives, Université d'Orléans.

INS (2006), Enquête par grappes à indicateurs multiples Côte d'Ivoire INS (2001), Enquête Démographique et de santé Cote d'Ivoire 1998-1999

Lachaud J.P. (2006), « Modélisation des déterminants de la mortalité des enfants et pauvreté aux Comores », Centre d'économie du développement, Université Montesquieu-Bordeaux IV-France.

Lamarange J. (2003), Représentativité des monographies de village : L'exemple de la mortalité des enfants de moins de cinq ans, Université de René Descartes paris 5.

Mosley W.H., (1985), «les soins de santé primaires peuvent-ils réduire la mortalité infantile? Bilan et critique de quelques programmes africains et asiatiques , in Jacques Vallin. Paris INED, PUF, 542p.

MSHP (2008), Plan national de développement sanitaire 2009-2013

Mudubu K. L. (1996), « Mortalité infantile et juvénile au Togo : Contribution des facteurs socio-économiques et culturels », Cahier de l'IFORD,n°11 Yaoundé,85p.

Hobcraft (1984), La mortalité des enfants du sahel en ville et au village Vol 51, n°2

Noumbissi A. (1996), « Mortalité infantile et juvénile au Cameroun : Une baisse différentielle au Cours des années 70-80, Hypothèse d'explication », Yaoundé.

Nzita K. (1986), La mortalité périnatale à Kinshasa. Niveaux, déterminants et familles à risque, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, Département de Démographie.

OMS (2008), Statistiques mondiales de la santé

OMS (2000), composante familiale et communautaire de la prise en charge intégrée des maladies de l'enfant à domicile, bulletin PCIME/AFRO, vol 3, n°1, bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

Rakotondrabe F. P. (1996), «Les facteurs de la mortalité des enfants à Madagascar », Cahier de L'IFORD, n°10, Yaoundé, 85p.

Rwenge M. (2005), Méthodes d'analyses multivariées, notes de cours, Yaoundé.

Tabutin D. (1988), Population et sociétés en Afrique au sud du Sahara, Paris L'Harmattan. Thomas A. (2000), Économétrie des variables qualitative, Dunod

UNICEF (2008), Rapport sur la situation des enfants dans le monde.

UNICEF (2002), « Analyse socio-économique des inégalités dans l'atteinte du bien-être des enfants et des femmes », Rapport national sur les disparités.

Venkatacharya K. (1986), «cadre conceptuel pour l'étude de la santé et des soins des enfants», in problèmes liés à la recherche sur la santé et les soins infantile, CERDI.

Virdaou T. (2005), Les déterminants de la mortalité infanto-juvénile au Tchad, Institut de formation et de recherche Démographique (IFORD).

Wakam J. (2005), Méthodes indirectes d'analyse démographiques, notes de cours, Yaoundé.

Yao J. (2005), Méthodes d'études et de recherche en Science Économique et Sociales avec application au contexte de l'Afrique noire, l'Harmattan.

ANNEXES

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy