WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Stratégies alternatives de mobilisation des ressources pour le financement de l'économie béninoise: une analyse en équilibre général calculable


par Anatole GOUNDAN
Ecole nationale de la statistique et d'analyse économique Sénégal - Ingénieur statisticien économiste 2012
  

précédent sommaire suivant

2.2 Point sur la MRE au Bénin

Cette section fait le point de l'effort fourni par le Bénin en termes de mobilisation des ressources extérieures (MRE). Il sera question ici de l'évolution de l'aide publique au développement, des investissements directs étrangers et des transferts des migrants.

2.2.1 L'aide publique au développement

L'aide publique au développement (APD) est l'une des sources historiques de financement des pays en développement. Elle se traduit par l'assistance technique et financière des grandes puissances. Son importance au cours du temps dans le produit intérieur brut du Bénin est représentée sur le graphique suivant.

Graphique 2.9: Évolution des dons (% PIB)

1990 1995 2000 2005

1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0 4.5

l

Année

Source : MEF

L'APD représente en moyenne moins de 3% du PIB et a atteint près de 5% en 1997. On voit que l'APD au Bénin est très volatile dans le temps. Depuis 2005, la question de l'efficacité de l'aide est au coeur des débats. L'objectif de la Déclaration de Paris est d'aligner les donateurs sur les priorités des pays receveurs de l'aide.

Elle est composée des appuis budgétaires et des dons programmes. Les appuis budgétaires sont des fonds accordés aux receveurs qui l'utilisent selon leurs objectifs. Les dons programmes sont des fonds orientés pour le financement de projets définis par les bailleurs de connivence avec les pays receveurs. La part de ces deux types de dons dans l'aide se présente comme suit :

26

Graphique 2.10: Composition des dons en milliards de FCFA

1990 1995 2000 2005 2008

0 10 20 30 40 50

l Appui budgétaire

l Don programme

Année

Source : MEF

On voit que la part des différentes catégories de dons varie beaucoup dans le temps. Mais un constat s'impose pour presque toutes les années : les dons-programmes sont plus importants que les appuis budgétaires. Ainsi, on peut donc dire que les partenaires techniques et financiers orientent globalement l'utilisation des dons accordés. Mais en 2008, la tendance est exceptionnelle : les appuis budgétaires sont les plus importants. Le Bénin a donc la liberté d'orienter ces fonds selon ses priorités. Ce changement est probablement dû à la situation de crise mondiale où les autorités avaient besoin de mener des politiques discrétionnaires pour juguler les effets de cette crise.

2.2.2 Investissement direct étranger (IDE)

L'IDE est une activité par laquelle un investisseur étranger obtient un intérêt durable et une influence significative dans la gestion d'une entité (entreprise) résidant dans un autre pays. Les investissements directs étrangers sont aussi des transactions financières entre des entreprises apparentées, notamment le réinvestissement des bénéfices de l'entreprise ayant obtenu l'IDE, ou d'autres transferts en capital. Ces investissements sont indispensables pour les pays à faibles revenus. Ces flux ont la particularité d'agir directement sur le développement des pays receveurs et de moderniser le système productif de leur économie. Les tendances de ces flux au Bénin se présentent comme suit :

27

Graphique 2.11: Dynamique des IDE au Bénin (% PIB)

1990 1995 2000 2005

0 1 2 3 4 5 6

Année

Source : MEF

Le niveau des IDE est très bas proportionnellement au PIB. Les IDE sont des capitaux qui peuvent soutenir le processus de croissance. L'État béninois doit donc travailler à faire régner un climat économique de confiance. Mais comme l'a remarqué Deblock (2004), les IDE en direction des pays développés sont plus importants que ceux en direction des pays en développement (Deblock (2004)). Tandis qu'ils augmentent dans les pays du Nord, en Afrique les IDE diminuent constamment, soit de 4.6 % en 1980 à 2.6 % en 1990 et à 2 % en 2003. Les raisons évoquées par cet auteur sont : la taille des marchés, l'instabilité économique et politique, la gouvernance défaillante, la faible capacité d'absorption, la corruption, l'incapacité de nouer des liens économiques durables entre les réseaux locaux et les réseaux transnationaux, la faible compétitivité globale.

La plupart de ces caractéristiques sont présentes dans la structure économique du Bénin. Des efforts pour corriger ces dysfonctionnements sont très souhaités. Pour citer Deblock (2004), le gouvernement béninois ne doit pas se contenter d'attirer les IDE et d'attendre les bénéfices dérivés du fait de leur seule présence, mais devrait être davantage conscient des coûts et des avantages de cette présence et avoir des politiques proactives qui mettent clairement en avant les priorités nationales en matière de développement.

précédent sommaire suivant