WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique de gestion d'une aire protégée face aux pressions permanentes de la population riveraine. Cas du domaine de chasse et réserve de Bombo Lumene en RDC


par Don King Don King LUBUTA MPIA
Intitut supérieur des techniques appliquées Kinshasa - Ingénieur technicien en météorologie 2012
  

précédent sommaire suivant

SIGLES ET ABREVIATIONS UTILISES

AP : Aire Protégée

ICCN : Institut Congolais pour la Conservation de la

Nature

BM : Banque Mondiale

GIZ : Coopération Internationale Allemande

DC : Domaine de Chasse

DCRBL : Domaine et Réserve de Bombo Lumene

PP : Poste de Patrouille

MCNET : Ministère de l'Environnement, Conservation de

la Nature et Tourisme

RDC : République Démocratique du Congo

D.G. : Direction Générale

PN : Parc National

LAB : Lutte Anti Braconnage

CoCoCongo : Coalition pour la Conservation au Congo

CoCosi : Comité de Coordination de Site

UICN  : Union Internationale pour la Conservation de

la Nature

WWF  : Fonds Mondial pour la Nature

PDR  : Plan Directeur de Recherche

CADIM  : Centre d'Action pour le Développement Inté-

gral de Mbankana

PNUE : Programme des Nations Unies pour l'Environ-

nement

OMD  : Objectif Millénaire pour le Développement

FAO : Organisation des Nations Unies pour l'Agri-

culture et l'Alimentation

INTRODUCTION GENERALE

A l'ère où l'humanité toute entière multiplie et mobilise les moyens, les énergies, les différentes stratégies et efforts pour comprendre et maitriser le changement et réchauffement climatique, en vue de lutter contre la dégradation de l'environnement, la pollution, la déforestation, la désertification, le braconnage, l'urbanisation, toutes dues à des activités anthropiques qui dérèglent l'équilibre écologique mondial tout en influençant défavorablement la santé humaine.

Cependant, nul n'ignore que l'anthroposphère de par sa vocation,  est appelée au maintien de la vie ainsi et d'assurer sa qualité sur la biosphère (surface de la terre).Mais de fois, à cause de l'augmentation géométrique de la population humaine par rapport à la croissance arithmétique de ses ressources biologiques, sa vocation s'avère être hypothéquée.

Ainsi, de par ses causes, des fortes pressions s'intensifient davantage sur l'intégrité de sa surface conservatrice tout en convertissant des millions de kilomètres de forêts en cultures mécanisées, ainsi qu'en braises.

Au regard des multiples pressions qui pèsent sur les écosystèmes forestiers de la planète, la République Démocratique du Congo située de part et d'autre de l'équateur et s'étageant au niveau de la mer à l'ouest, constitue le coeur biologique de l'Afrique humide et abrite également une grande diversité d'écosystèmes de zone sèche, subis des fortes pressions et menace à l'égard de la population autochtone.

De ce fait, le Domaine et Réserve de Chasse de Bombo Lumene, de part sa position géographique est loin de s'échapper à cette réalité envahissante (pressions et menaces) qui consiste à l'inhibition de sa capacité de régénération ainsi que de manager proprement la qualité de son environnement.

1. Etat de la question

Bon nombre d'auteurs ont parlé sur la gestion de Domaine et Réserve de Chasse de Bombo Lumene dans leurs études, travaux de recherche et cela d'une façon non exhaustive cadrant ainsi leurs pensées.

* Mathieu KAYUMBA LOSOSO1(*) dans son travail intitulé « étude écologique et phytosociologique de Bombo Lumene », met un accent particulier sur l'étude de la végétation, la distinction entre les différents types de tapis végétal ainsi que sur la méthodologie de la phytosociologie du domaine de chasse de Bombo Lumene. Pour lui, la végétation de Bombo Lumene occupe une place de choix de part son rôle joué et sa fréquence élevée dans le domaine de chasse. Ainsi donc il a fait des inventaires sur la concentration des espèces végétales tout en décrivant la structure et la physionomie des phytocenoses locales, afin de permettre une comparaison adéquate avec celle des autres territoires.

* Lucie MULUMBA MUSEMBO2(*), dans son travail intitulé «  la problématique de la conservation de la biodiversité animale dans la Réserve Naturelle de Bombo Lumene », avait pour principal attrait, l'évaluation des impacts des agents érosifs sur l'intégrité et le management du site. Elle analyse la stratégie palliative pour endiguer les facteurs responsables de la dégradation de l'environnement de la Réserve tout en préconisant l'augmentation de l'effectif des éco-gardes.

De nos jours, nul n'ignore que la gestion durable de cette aire protégée se centre sur l'implication des autorités locales ainsi que de la population autochtone dans la politique de gestion des écosystèmes.

Cependant, la problématique de la gestion d'aire protégée face à la pression permanente de la population riveraine, prône sur l'évaluation des actions qu'entreprennent la population locale sur l'écosystème forestier et vise l'identification des pressions qui érodent l'aire protégée.

* 1 Mathieu KAYUMBA LOSOSO ; Etude écologique et phytosociologique de Bombo Lumene, D.E.A, UNIKIN, 2005 

* 2 Lucie MULUMBA MUSEMBO : la problématique de la conservation de la biodiversité animale dans la Réserve Naturelle de Bombo

Lumene ; Mémoire UPN ; 2003

précédent sommaire suivant