WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Artificialisation et trame verte et bleue : de la protection de la biodiversité à  un outil d'aménagement. Le cas de Lille métropole depuis 2002.


par Daphné Lecointre
Université de Lille II - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b. Une concertation difficile

Si la concertation est nécessaire à la matérialisation de la TVB, « (elle) ne garantit pas pour autant la réussite de ces projets, comme l'illustre la difficulté des TVB à trouver une traduction concrète dans les territoires »292. Le dialogue qui permettrait de rassembler les connaissances et de faire émerger un projet commun du territoire est pourtant difficile ; certains acteurs du territoire restent attachés à leurs représentations, et empêchent l'élaboration d'une même ambition pour la métropole.

Pour Benoît Masson, la Chambre d'Agriculture est particulièrement réticente au projet métropolitain de TVB. En effet, le rachat des terres et leur gestion pour le syndicat ENLM signifie un amoindrissement du stock de terres agricoles, « vous empiétez aussi sur nos terres, les espaces verts pour les citadins, c'est aussi la ville »293 résume Benoit Masson qui ajoute qu'il y a « toujours la même difficulté à mettre autour de la table des sensibilités agricole, urbaine et écologique »294. La multitude des acteurs, et leurs positions souvent difficilement conciliables, illustre la complexe transversalité de la TVB, et donc, sa laborieuse mise en oeuvre. « Force est de constater qu'une majorité des blocages provient des difficultés à instaurer un dialogue entre les différents acteurs impliqués : usagers, écologues, techniciens, agriculteurs... Tout d'abord parce que les manières d'appréhender le sujet sont variables,

288 Ibid.

289 Marie Décima, Julie Nicolas, Antoine Vaast, « Le dialogue, condition du succès de la réussite des projets, Le dialogue territorial dans les démarches de trame verte et bleue », Cerdd, décembre 2010

290 Ibid.

291 Ibid.

292 Yannick Sencébé, Florence Pinton et Pierre Alphandéry, «Le contrôle des terres agricoles en France Du gouvernement par les pairs à l'action des experts », Sociologie, n°3, vol. 4, 2013

293 Entretien avec Benoît Masson, membre du géocatalogue de Lille, le 25 février 2015 à Lille

294 Ibid.

74

parce que les représentations sont très différentes, mais aussi parce que le changement génère le plus souvent des réticences, surtout quand il est imposé »295.

En effet, la mise en oeuvre de la TVB « touche à des problématiques de nature différente, opérationnelles et sectorielles, stratégiques, politiques, nécessitant d'avoir la maîtrise de l'ensemble des questions qui se posent »296. Cette interdisciplinarité se heurte à l'inconciliabilité des objectifs revendiqués par les acteurs. De plus, la transversalité « se renforce au fur et à mesure de l'élargissement de l'échelle d'appréhension : le nombre d'acteurs à se mettre autour de la table s'accroît, la démarche de construction de la TVB se complexifie »297. Ainsi, plus le projet de TVB s'étend, plus sa continuation est difficile. La mise en oeuvre opérationnelle est également gênée par l'articulation entre niveaux de collectivité. Aujourd'hui, ENLM ne rassemble que 41 communes sur les 85 qui constituent la métropole lilloise, et la matérialisation de la TVB est déjà délicate, rencontrant des oppositions au sein même du syndicat mixte. Si le projet s'étend à d'autres communes en raison de potentialités écologiques ou d'opportunité foncière, « la mise en oeuvre communale d'une stratégie définie au niveau supra dépendant de la bonne volonté du maire » peut être enrayée par « le « jeu » politique local »298. Les intérêts d'un élu peuvent être en contradiction avec la stratégie TVB, et il préfèrera la non-réalisation de cette dernière.

Ainsi, il s'agit de parvenir à une vision commune, et à un langage commun, « mais comment (y) parvenir sur un objet aussi complexe et interdépendant que l'est la biodiversité ? »299. D'après le document rédigé par Marie Décima, le fait que l'élaboration d'un projet commun sur un territoire étendu soit complexe s'explique par la méconnaissance des fonctions socio-économiques de la TVB. En effet, celle-ci ne vise pas uniquement à l'amélioration de la biodiversité locale, mais est multifonctionnelle.

295 Marie Décima, Julie Nicolas, Antoine Vaast, « Le dialogue, condition du succès de la réussite des projets, Le dialogue territorial dans les démarches de trame verte et bleue », Cerdd, décembre 2010

296 Tiphaine Kervadec, « Mettre en oeuvre la Trame verte et bleue en milieu urbain », Etd, Centre de ressources

du développement territorial, juin 2012

297 Ibid.

298 Ibid.

299 Marie Décima, Julie Nicolas, Antoine Vaast, « Le dialogue, condition du succès de la réussite des projets, Le dialogue territorial dans les démarches de trame verte et bleue », Cerdd, décembre 2010

75

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy