WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'optimalité du régime de change dans la zone UEMOA.

( Télécharger le fichier original )
par AYA MARIE ESTELLE AMANI epse KONAN
université Félix Houphouet Boigny de Cocody/Abidjan - DEA/MASTER NPTCI option macroéconomie appliquée 2012
  

précédent sommaire suivant

4.1.3. Le taux de change réel optimal et la croissance économique

Les coefficients de corrélation entre les différentes variables explicatives sont en général faibles. Ceci laisse présager une absence de multicolinéarité entre les différentes variables. Voir annexes 1.

Les tests préliminaires effectués donnent les résultats suivants :

Concernant le test de stationnarité, étant donné que nous avons les mêmes variables explicatives que précédemment, nous allons effectuer le test sur le taux de change optimal uniquement

Tableau 5 : Résultats du test de stationnarité du taux de change réel optimal

Variables

Valeur de la

Valeur

Valeur critique

Valeur critique

Décision

 

statistique

critique 10%

5%

1%

 

tcroptim

-2.315

-1.880

-1.990

-2.190

I(0)

Sources: calculs effectués à partir de stata 9

Ce test montre que le taux de change réel optimal est stationnaire en niveau au seuil de 5%. ? Le test de Hausman (1978)

La probabilité obtenue pour ce test, 0.7595, est supérieure à 10%.

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 58

Ce test nous montre donc que nous avons affaire à un modèle à effet aléatoire. Par conséquent, le modèle devra être estimé en Moindres Carrés Généralisés (MCG). On peut voir les résultats du test en annexes 2.

s Le test d'endogénéité

Ce test a été fait à partir de Hausman (1978). A partir de ce test, on trouve que parmi les variables explicatives, l'ouverture commerciale et les dépenses publiques de consommation sont endogènes.

s Le test d'hétéroscédasticité de Breusch-Pagan (1979)

La probabilité du test est de 0.2302 et est alors supérieure à 10%. Cela montre que l'hypothèse d'homoscédasticité ne peut pas être rejetée. Les résultats du test sont portés en annexes 3.

s Le test d'autocorrélation de Wooldridge (2002)

Ce test montre que les erreurs sont autocorrelées. En effet, la probabilité obtenue est de 0.0571. Il y a donc présence d'autocorrélation de premier ordre. On peut consulter les résultats de ce test en annexes 4.

s Le test de validité des instruments de Sargan (1958)

Le test de Sargan montre que les instruments sont valides. On peut voir les résultats de ce test en annexes 5.

s Le test de Chow (1960)

La statistique du test est égale à 0.804. Elle suit une loi de Fisher F(10 ; 148) qui est comprise entre 2.47 et 2.44 au seuil de 10%. Le F calculé étant inférieur au F de la table statistique, on rejette l'hypothèse de stabilité des coefficients avant et après la dévaluation de 1994.

Nous avons instrumenté l'ouverture commerciale par sa variable retardée d'une période, l'investissement; tandis que les dépenses publiques de consommation ont été instrumenté par sa variable retardée d'une période, l'investissement et le taux de change réel. Les résultats de cette régression par les MCG avec variables instrumentales sont confinés dans le tableau suivant :

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 59

Tableau 6: Résultats de la régression du taux de croissance économique sur le taux de change réel optimal

Variables

coefficients

t de student

Ouverture commerciale

0.0293 (0.02839)

1.03

Dépenses publiques de consommation

0.1610 (0.10067)

1.60

Monnaie et quasi monnaie

-0.1275 (0.0594)**

-2.14

investissement

0.18969 (0.0881)**

2.15

Indices des prix à la consommation

0.1902 (0.0769)**

2.47

Capital humain

-0.1254 (0.3878)

-0.32

Instabilité politique

-2.567 (1.6041)

-1.60

crises

-2.6239 (0.76039)***

-3.45

Taux de change réel optimal

0.00297 (0.00139)**

2.14

Nombre d'observations par pays : minimum = 21, en moyenne = 21, maximum = 21

R2 between : 0.2727

Source: calculs effectués par l'auteur à partir de Stata 9

N.B : les valeurs entre parenthèses sont les écarts types des coefficients. *** indique la significativité au seuil de 1%. ** indique la significativité au seuil de 5%. * indique la significativité au seuil de 10%.

Pour plus de détails, aller en annexes 6.

Ces résultats montrent que le taux de change optimal influence significativement et positivement le taux de croissance économique des pays de l'UEMOA au seuil de 5%. La monnaie et quasi monnaie est, quant à elle, significativement et négativement liée au taux de croissance économique des pays de l'UEMOA au seuil de 5%.

De plus, l'investissement et l'indice des prix à la consommation affectent significativement et positivement le taux de croissance économique de la zone UEMOA au seuil de 5%.

Cependant, les crises externes impactent significativement et négativement le taux de croissance économique des pays de l'UEMOA au seuil de 1%. Par ailleurs, les coefficients de l'ouverture commerciale, du capital humain, des dépenses publiques de consommation et de l'instabilité politique ne sont pas significatifs.

Nous reprenons cette régression en ajoutant une variable muette égale à 0 avant 1994 et égale à 1 après 1994 pour prendre en compte la dévaluation. Nous obtenons les résultats suivants :

Tableau 7: Résultats de la régression du taux de croissance économique sur le taux de change réel optimal en prenant en compte la dévaluation de 1994

Variables

coefficients

t de student

Ouverture commerciale

0.02277 (0.0298)

0.76

Dépenses publiques de consommation

0.1631 (0.1006)

1.62

Monnaie et quasi monnaie

-0.11337 (0.0621)*

-1.83

investissement

0.1929 (0.0883)**

1.94

Indices des prix à la consommation

0.1609 (0.0827)*

2.19

Capital humain

-0.2320 (0.4032)

-0.58

Instabilité politique

-2.496 (1.607)

-1.55

crises

-2.5103 (0.7692)***

-3.26

Taux de change réel optimal

0.002436 (0.00151)

1.61

devaluation

0.8718 (0.89648)

0.97

Nombre d'observations par pays : minimum = 21, en moyenne = 21, maximum = 21 R2 between : 0.2922

Source: calculs effectués par l'auteur à partir de Stata 9

N.B : les valeurs entre parenthèses sont les écarts types des coefficients. *** indique la significativité au seuil de 1%. ** indique la significativité au seuil de 5%. * indique la significativité au seuil de 10%.

Pour plus de détails, aller en annexes 6.

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 60

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 61

Nous constatons qu'en prenant en compte la dévaluation, nous obtenons pratiquement les mêmes résultats pour les variables monnaie quasi monnaie, investissement, indices des prix à la consommation et crises.

En effet, La monnaie et quasi monnaie est significativement et négativement liée au taux de croissance économique des pays de l'UEMOA au seuil de 10%.

En outre, l'investissement affecte significativement et positivement le taux de croissance économique de la zone UEMOA au seuil de 5%.

L'indice des prix à la consommation influence significativement et positivement le taux de croissance économique de la zone UEMOA au seuil de 10%.

Par ailleurs, les crises externes impactent significativement et négativement le taux de croissance économique des pays de l'UEMOA au seuil de 1%.

Cependant, le coefficient du taux de change réel optimal n'est pas significatif mais conserve son signe positif.

précédent sommaire suivant