WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'optimalité du régime de change dans la zone UEMOA.


par AYA MARIE ESTELLE AMANI epse KONAN
université Félix Houphouet Boigny de Cocody/Abidjan - DEA/MASTER NPTCI option macroéconomie appliquée 2012
  

précédent sommaire suivant

4.2.3. Le taux de change réel optimal et la croissance économique

Selon les résultats, une hausse du taux de change réel optimal de 1% entraîne une légère hausse du taux de croissance économique des pays de l'UEMOA de 0.0030%, toutes choses égales par ailleurs. Mais en tenant compte de la dévaluation de 1994, le coefficient du taux de change réel conserve son signe positif sans être significatif.

Par ailleurs, une augmentation de 1% de la monnaie et quasi monnaie provoque, toutes choses égales par ailleurs une baisse du taux de croissance économique des pays de l'UEMOA de 0.13%.

En outre, comme nous l'attendions, l'investissement favorise la croissance économique. Lorsque le taux d'investissement croît de 1%, le taux de croissance économique croît à son tour de 0.19%, toutes choses égales par ailleurs.

De plus, comme nous l'avions postulé, l'accroissement de 1% de l'indice des prix à la consommation associe une hausse du taux de croissance économique de la zone UEMOA de 0.19%. En effet, un niveau d'inflation élevé favorise la croissance économique.

Cependant, les crises externes réduisent considérablement le taux de croissance économique des pays de l'UEMOA. L'accroissement des crises de 1% engendre une baisse de 2.62% du taux de croissance économique. Ce qui est conforme aux résultats attendus.

Nous constatons qu'en prenant en compte la dévaluation de 1994, nous obtenons pratiquement les mêmes résultats pour les variables monnaie quasi monnaie, investissement, indices des prix à la consommation et crises. Cependant, le coefficient du taux de change réel optimal n'est pas significatif mais conserve son signe positif.

Nous pouvons donc dire que la dévaluation a atténué l'impact du taux de change réel optimal sur la croissance économique.

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 64

Graphe 3: Evolution comparée du taux de change réel à l'incertain et du taux de change réel optimal de la zone UEMOA.

1985 1990 1995 2000 2005 2010

annee

tcrinc tcroptim

Source : Auteur à partir des données de la Banque Mondiale

De plus, le graphique ci-dessus nous montre qu'entre 1987 et 1998, le taux de change réel était sous-évalué. Il devrait donc être surévalué pour qu'on ait une croissance économique forte. Tandis qu'à partir de 1999, le taux de change réel était surévalué. Il devrait donc être sous-évalué pour qu'on ait une croissance économique forte. D'où la remise en cause du régime de change fixe.

Au terme de ces études économétriques, il ressort que, devant l'impact négatif qu'a le taux de change réel sur la croissance économique des pays de l'UEMOA, le taux de change de la zone UEMOA à besoin d'être révisé afin que les pays de l'UEMOA puissent avoir de bonnes performances économiques, notamment une bonne croissance économique.

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 65

précédent sommaire suivant