WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etablissement d'une base de données socioéconomique territorialisée et d'un tableau de bord de suivi des programmes et projets publics de l'état.

( Télécharger le fichier original )
par Baem Brice BAGOA
Ecole Nationale de la Statistique et de là¢â‚¬â„¢Analyse Economique - Ingénieur Statisticien 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.4 L'ère post-relationnelle : Les BD objet

Les bases de données à objet apparaissent au milieu des années 1980 pour pallier les insuffisances du modèle relationnel notamment en ce qui concerne le stockage de données de type complexe et l'intégration de langages orientés-objet dans les applications de bases de données. Elles sont définies par Yamine AÏT-AMEUR et Christophe GARION comme une « organisation cohérente d'objets 4 persistants et partagée par des utilisateurs concurrents ». Il ressort de cette définition que les SGBD à objets manipulent non seulement les objets mais aussi et surtout ils veillent à la persistance de ces objets. En effet, en POO, les objets sont non persistants, c'est-à-dire que leur durée de vie n'excède pas celle du programme qui les a créés. Le schéma conceptuel d'une base de données objets est défini par l'ensemble des classes et des associations décrivant la réalité à modéliser. Suivant la technologie utilisée, on peut distinguer deux approches de bases de données

4. Un objet est une instance d'une classe elle-même étant un type complexe défini par ses attributs et ses méthodes

Brice Baem BAGOA, Elève Ingénieur des Travaux Statistiques Page 18

2.2. Évolution des modèles de bases de données

objet : l'approche orientée-objet et l'approche objet-relationnel.

Dans l'approche orientée-objet, les objets représentent la base de la modélisation. On retrouve ici la définition classique des objets en POO. Les objets qui partagent les mêmes caractéristiques sont classifiés dans un même type. Chaque objet possède un identifiant unique et il existe des attributs permettant de définir des relations entre les objets. Les SGBD orientés-objets sont dotés d'un langage ODL 5 pour la définition des objets, d'un langage OML 6 pour la manipulation des objets et d'un langage OQL 7 pour l'interrogation des objets. Ces SGBD peuvent être mis en interface avec des langages de POO come C++.

L'approche relationnelle-objet quant à elle est une extension du modèle relationnel. Ce dernier étant basé sur le langage SQL, la prise en compte des objets implique donc une extension de ce langage en lui ajoutant une couche objet. Cette extension de SQL est connue sous le nom de « norme SQL3 ». Cette extension réduit donc le recours aux langages de POO dans l'écriture des programmes et applications de bases de données. Le modèle objet-relationnel apport une légère modification aux concepts fondamentaux du modèle relationnel. Ainsi, on fait intervenir ici le concept de tables typées similaire aux objets dans une BDOO et intégrant les concepts de la POO tels que l'héritage, l'encapsulation etc. Les lignes constituant ces tables typées possèdent des identifiants uniques permettant la mise en place de relation entre ces tables. Parmi les SGBDOR, on peut citer les géants Oracle et PostgreSQL.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy