WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etablissement d'une base de données socioéconomique territorialisée et d'un tableau de bord de suivi des programmes et projets publics de l'état.


par Baem Brice BAGOA
Ecole Nationale de la Statistique et de là¢â‚¬â„¢Analyse Economique - Ingénieur Statisticien 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.4 Démarche d'implémentation des structures de données

Comme nous l'avons vu à la section 2.3, il existe deux formalismes généralement utilisés pour la représentation schématique des phases de conception d'une BD. Dans la présente étude, nous utiliserons le formalisme UML. Ce choix se justifie d'une part, par le souci d'harmonisation des notations dans notre document. En effet, nous aurons à utiliser plusieurs diagrammes de types UML parmi ceux présentés à la sous-section 2.3.2 pour présenter des réalités non prises en compte par Merise (Voir [45]). D'autre part, les diagrammes de classes UML présentent des extensions les rendant mieux adaptés pour la modélisation de BDOR que les diagrammes EA de Merise.

3.4.1 Le niveau conceptuel

Le MCD cherche à représenter une vue abstraite de la base de données à travers des représentations graphiques indépendantes du support informatique à utiliser. Cette étape de la conception

Brice Baem BAGOA, Elève Ingénieur des Travaux Statistiques Page 36

3.4. Démarche d'implémentation des structures de données

est très importante dans la mesure où elle conditionne la structure de la base de données qui sera déduite des différents éléments du schéma conceptuel : entités (ou classes), associations et contraintes. En UML, nous parlerons de classes et d'associoations entre ces classes. Une classe est une description abstraite d'un ensemble d'objets de même structure et de même comportement extraits du monde à modéliser. C'est l'équivalent de l'entité dans un formalisme de type EA.

3.4.1.1 Définition des concepts utilisés

La modélisation en UML repose sur un ensemble de concepts. Dans ce qui suit, nous présentons ceux qui seront utilisés dans le cadre de notre étude. Soient A et B deux classes.

Attribut : donnée élémentaire servant à caractériser les classes et les relations. Association : l'association permet de relier une classe à plusieurs autres classes.

Multiplicité : chaque extrémité d'une association porte une indication de multiplicité. Elle exprime le nombre minimum et maximum d'objets d'une classe qui peuvent être reliés à des objets d'une autre classe. Ce nombre est soit 0, 1 ou N. Ainsi, on a les multiplicités suivantes en UML : (0,...,1), (0,...,N), (1,...,1), (1,...,N) et (N,...,N). Ici, les contraintes de multiplicités d'une entité donnée sont lues à partir des autres entités de l'association. Sur le schéma ci dessous par exemple, un élément de la classe A peut être relié à 0 ou plusieurs éléments de la classe B (l'astérisque désigne N).

.

Classe-association : cette notion, spécifique à UML permet d'associer des attributs à une association. L'association entre les classes 'région' et 'indicateur' peut par exemple avoir l'année comme attribut.

Identifiant : L'identifiant d'une classe est un attribut (ou groupe d'attributs) qui permet de définir chaque objet de cette classe de façon unique.

Le MCD provient d'une certaine organisation des éléments ci-dessus de sorte à bien représenter les besoins du domaine d'application. Les multiplicités sont très importantes à cette étape puisqu'elles déterminent la nature des associations entre les classes.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy