WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et télédétection.

( Télécharger le fichier original )
par Mamane Barkawi MANSOUR BADAMASSI
Université Mohamed V Agdal - Master spécialisé 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Partie II. Cartographie de l'évolution d'occupation du sol

localise principalement dans la partie centrale de la ville mais aussi de part et d'autre du fleuve (figure 16-B). La croissance démographique est responsable de la mise en valeur des terres, cela conduit l'homme à utiliser la terre soit pour son habitation (plantation de la végétation artificielle), soit pour sa production notamment dans la lutte contre la désertification (cas de la ceinture verte de la ville de Niamey), ce qui a pour conséquence l'augmentation de la végétation.

Le sol nu a également connu une forte progression entre les deux dates soit un taux d'évolution de 28,75% (1 2727,89 hectares en 1985 contre 1 6387,63 hectares en 1994) (figure 16-D). Cette forte croissance du sol nu s'explique par la disparition des zones de cultures pluviales. D'après la revue canicule et sécheresse, de manière générale, depuis le 20ème siècle on assiste à une diminution des précipitations au sahel, ce qui a causé une progression spectaculaire du désert. Plus de 20 millions d'hectares de sol autrefois productifs se transforment chaque année en désert stérile (sol nu). Nous pensons que cette diminution des cultures pluviales qui a favorisé la croissance du sol nu est liée à ce fléau. Concernant le cône de déjection, il a évolué de 38,61 hectares soit 25,11 hectares en 1985 et 63,72 hectares en 1994, entrainant ainsi la mort d'un bras du fleuve Niger en 1994 (figure 12 et 13).

végétation culture fleuve espace cône de culture sol nu

irriguée Niger urbanisé déjection pluviale

Evolution en %

-100,00

200,00

150,00

100,00

-50,00

50,00

0,00

5,59

-10,12 -5,92

53,92

153,76

-77,69

28,75

Figure 17 : Taux d'évolution des classes d'occupation du sol de la ville de Niamey entre 1985 et 1994

III.4.2 Evolution de l'occupation du sol de 1994 à 2003

L'analyse de la figure 18 ci-dessous montre une dynamique progressive de l'espace urbanisé mais aussi du cône de déjection.

De 1994 à 2003 l'espace urbanisé a connu une très forte progression avec un taux d'évolution de 99,33%. Sa superficie a quasiment doublé pendant cet intervalle de temps avec 2 935,19

51

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net