WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les collections "femmes" de Jeanne Lanvin 1909 -1946 et leurs inspirations artistiques.

( Télécharger le fichier original )
par Clémentine BROSSEAU
Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master 1 recherche dà¢â‚¬â„¢histoire de là¢â‚¬â„¢art 2014
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Avertissements.

1) Lors que nous décrirons un modèle, nous partirons de l'allure générale pour aller aux détails, en nous basant sur les photos pour le sens.

2) Pour le choix des modèles, nous avons préféré des représentations en couleurs et sans mannequin dans les cas possibles.

3) Si un modèle n'est pas représenté en annexes, c'est que la représentation n'est pas disponible ou inexistante.

4) Quand nous parlerons du Fond Forney, il s'agira d'un fond rassemblant des images de Jeanne Lanvin, non-référencées, disponible à la bibliothèque Forney.

5) La liste des ouvrages de Jeanne Lanvin n'étant pas diffusable, seuls les ouvrages cités par Jérôme Picon figurent dans cette étude.

5

Avant Propos & Remerciements.

J'ai toujours apprécié la mode et l'histoire de la Haute Couture, vouant parfois un culte à certains créateurs. Mais l'idée de travailler sur la mode et ses créateurs m'est devenu une évidence, et une nécessité depuis maintenant deux ans. À l'avenir, je souhaiterais devenir historienne de la mode.

Ma plus grande aspiration serait de faire reconnaître la Haute Couture comme un art à part entière, au même titre que le mobilier ou même l'architecture. Cette vision de la mode m'a parfois valu des débats houleux avec les gens rabaissant les créations vestimentaires à une simple utilité pratique ou pensant que leur style vestimentaire n'est pas guidé par les grands noms de la Haute Couture, ce qui est à mes yeux totalement faux.

À mes yeux, rédiger cette étude sur la fondatrice de la plus ancienne maison de Haute Couture fut un honneur. Je ne connaissais finalement que peu de choses sur Jeanne Lanvin et je suis ravi d'en avoir autant appris. J'espère ainsi pouvoir apporter une contribution - si légère soit-elle - à d'éventuels travaux sur le sujet.

Au début de mes recherches, j'ai découvert que la couturière s'était inspirée de Fra Angelico pour son « bleu Lanvin ». L'idée du sujet de cette étude est partie de cette constatation. J'ai voulu savoir de quelle oeuvre la couturière s'était inspirée et si elle l'avait vu en Italie ou en reproduction ? Ensuite, j'ai voulu connaître si la couturière avait d'autres sources d'inspirations artistiques, et si oui lesquelles ? J'ai rapidement découvert que les inspirations artistiques de Jeanne Lanvin étaient nombreuses. Mais j'ai dû trouver les modèles qui traduisaient ses inspirations, les auteurs n'indiquant parfois aucun modèle. Cependant, j'ai aussi parfois fait le travail inverse. Je déduisais une source d'inspiration à partir d'un modèle, comme avec la robe Arabesque qui s'inspirait d'Henri Matisse et dont j'ai dû retrouver le tableau. J'ai aussi quelques fois nuancé les propos de certains auteurs sur des inspirations plastiques, comme celles de Botticelli sur les modèles de Jeanne Lanvin.

J'aurais aimé encore plus approfondir mon travail en observant plus de modèles, et en ayant un meilleur accès aux ouvrages d'art de Jeanne Lanvin. Cependant, je me suis confrontée à certaines limites le manque dont le manque de représentations pour les modèles ou leur difficulté d'accessibilité. Mais ce travail m'a conforté dans mon désir de continuer dans la recherche dans les années futures.

6

La réalisation de ce mémoire n'aurait pas été rendue possible sans le soutien de certaines personnes. Aussi, je souhaite exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui m'ont aidé et conseillé à la réalisation de ce mémoire.

Tout d'abord, mon directeur de recherche Pascal Rousseau, maître de conférence à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, d'avoir accepté de diriger ce mémoire, d'avoir cru en cette recherche et de m'avoir donné la possibilité d'étudier sur ce milieu, la Haute Couture que j'affectionne. Je suis reconnaissant de ses conseils, et de son soutien face à certaines limites que j'ai connu.

Je souhaite aussi remercier Sophie Grossiord, commissaire de l'exposition « Jeanne Lanvin » au Palais Galliera, pour m'avoir guidée dans mes recherches dès le début de ce mémoire et de m'avoir apporté le plus d'informations possibles. Je souhaite aussi remercier Christian Gros de m'avoir accordé son temps si précieux, pour rechercher des modèles ou me donner des éléments manquants, et toujours dans les délais les plus rapides. Pour cela, je le remercie vivement.

Je remercie aussi la maison Lanvin et sa chargée du patrimoine Laure Harivel de m'avoir accordé l'accès au bureau de Jeanne Lanvin, ainsi qu'à de nombreux croquis ou photographies.

Puis, je remercie la bibliothèque Forney et son personnel de m'avoir aidé à consulter l'étendue de leur fond Lanvin.

Plus personnellement, je souhaiterais remercier mes parents pour leur soutien infaillible et d'avoir toujours cru en mes capacités. Puis mon frère Corentin, lui aussi historien de l'art, d'avoir toujours su me guider, me corriger, me soutenir et m'aider, et ce depuis ma première année de faculté, je lui en saurais toujours reconnaissante. Je remercie aussi mes relectrices situées aux quatre coins du monde : Léa Herlet, Louise Mazoué et Lucia Osorio-Brechelière. De manière générale mes amis d'avoir toujours su trouver les mots pour m'encourager. Pour finir, je remercie Cédric Rodien de m'avoir offert tous ces moments où le mémoire n'était plus la priorité.

7

précédent sommaire suivant