WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Compréhension du processus d'engagement écologique - l'importance du collectif, des connaissances et des émotions pour une transformation intérieure et extérieure de nos représentations


par Laurie Benisti
Institut Catholique de Paris - Politiques environnementales et management du développement durable 2018
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Second lecteur : Romain Huët

Institut catholique de Paris

Faculté de Sciences Sociales et Economiques

Master 2

Politiques environnementales et management du développement durable

MEMOIRE DE RECHERCHE

Compréhension du processus d'engagement écologique

L'importance du collectif, des connaissances et des émotions
pour une transformation intérieure et extérieure de nos représentations

Laurie Benisti

Directrice de mémoire : Caroline Quazzo

Année universitaire 2018-2019

Remerciements

Je remercie d'abord ma directrice de mémoire Caroline Quazzo, dont les idées et conseils m'ont chaque fois aidée à voir plus clair, et dont le positivisme et les encouragements m'ont chaque fois remotivée en période de doute.

Merci à François Benichou pour sa gentillesse, sa bienveillance et son soutien pour ce mémoire et tout au long de mon stage.

Un grand merci à Gaëlle, Luc, Valentin, Alix, Juliette, Angèle d'avoir accepté de se livrer et de m'avoir partagé leur histoire. Un merci tout particulier à Juju et Angélou, mes deux amies de coeur dans ce chemin de vie que nous avons pris. Merci à Guillaume et Thibaud pour leur temps et leur expertise précieuse dans ma réflexion.

Merci à Avenir Climatique et à chacune des personnes qui contribue à faire de cette association ce qu'elle est.

Un immense merci aux 187 personnes qui ont pris le temps de répondre au long questionnaire que je leur ai proposé. Au-delà de vos idées, vos nombreux mots d'encouragements laissés à la fin du questionnaire m'ont profondément touchée et donné une vraie force et motivation dans ce travail.

Enfin, je remercie ma famille, mes piliers, pour leur aide, leur soutien et leurs encouragements. Papa et Jéjé pour vos conseils toujours constructifs et raisonnés, Cloclo pour tes talents de motivatrice et ton aide, et surtout Maman pour ta présence, ton soutien et tes relectures si précieux. Je vous aime de tout mon coeur !

Sommaire

INTRODUCTION 1

PARTIE 1 : REVUE DE LITTERATURE 3

I- Tableau de la situation actuelle 3

1) Constats et mécanismes des crises socio-écologiques 3

2) Implications de ces constats 7

3) Moyens d'actions face à ces constats 10

II- Les blocages psychologiques à la prise de conscience et à l'engagement 12

1) Barrières cognitives 12

2) Barrières sociales 13

3) Barrières émotionnelles 15

4) Barrières culturelles 16

5) Conséquences des barrières 17

III- Le processus de prise de conscience et d'engagement écologiques 18

1) La conscientisation (Paulo Freire) 19

2) L'échelle de conscience (Paul Chefurka) 19

3) La courbe du deuil (Elisabeth Kübler-Ross) sous le prisme de la collapsologie et de l'écopsychologie

(Pablo Servigne et Joanna Macy) 20

Bilan de la revue de littérature 24

PARTIE 2 : ENQUÊTE DE TERRAIN 27

Méthodologie de l'enquête de terrain 27

1) Formulation des hypothèses de recherche 27

2) Objectivation participante : expérience personnelle d'engagement écologique 28

3) Présentation des méthodes de recherche 33

I- Entretiens individuels : histoires de prise de conscience et d'engagement 35

1) Méthodologie 35

2) Présentation des personnes 36

3) Description et analyse 38

4) Conclusions 51

II- Participation observante - Avenir Climatique 53

1) Méthodologie 53

2) Description et analyse 54

3) Conclusions 61

III- Questionnaire sur le processus d'engagement écologique 63

1) Méthodologie 63

2) Description et analyse 65

3) Conclusions 71

BILAN DE L'ENQUÊTE DE TERRAIN 73

Hypothèse 1 : Connaissance 73

Hypothèse 2 : Groupe 73

Hypothèse 3 : Transformation 74

Hypothèse 4 : Emotions 75

PRECONISATIONS 76

Pour des personnes conscientes mais pas ou peu engagées 76

Pour des personnes engagées 76

Pour des structures collectives 77

Pour la recherche 77

BIBLIOGRAPHIE 79

ANNEXES 80

Entretiens individuels 80

Annexe 1 : Retranscription d'entretien - Thibaud Griessinger 80

Annexe 2 : Guide des entretiens individuels sur le processus d'engagement 84

Annexe 3 : Retranscription - Valentin 85

Annexe 4 : Retranscription - Juliette 91

Annexe 5 : Retranscription - Alix 95

Annexe 6 : Retranscription - Angèle 100

Annexe 7 : Retranscription - Gaëlle 105

Annexe 8 : Retranscription - Luc 108

Annexe 9 : Guide d'entretien - Guillaume Martin 113

Annexe 10 : Synthèse d'entretien - Guillaume Martin 114

Questionnaire 117

Annexe 11 : Méthodologie de la répartition des groupes 117

Annexe 12 : Profil des répondants 118

Annexe 13 : Réponses - Conscience et connaissance des enjeux 119

Annexe 14 : Réponses - Niveau d'engagement 122

Annexe 15 : Réponses - Blocages et leviers d'engagement 124

Annexe 16 : Réponses - Emotions 129

1

INTRODUCTION

« Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs ». Ce sont les mots prononcés le 2 septembre 2002 par Jacques Chirac au sujet du réchauffement climatique. « Notre maison brûle, littéralement ». Ce sont les mots prononcés le 22 août 2019 par Emmanuel Macron au sujet des intenses feux de forêts qui touchent l'Amazonie depuis fin juillet. 17 ans ont passé, notre maison brûle toujours, les flammes se propagent, et nous regardons toujours ailleurs. Le constat est grave et fait maintenant consensus au sein de la communauté scientifique : si on ne change pas radicalement nos façons de produire et de consommer, et donc aussi de vivre et de penser, nous connaîtrons des catastrophes sans précédent et un effondrement de notre civilisation. Mais malgré ces perspectives, ce changement n'a pas lieu. Tous les voyants sont au rouge. Nous avons certes entamé une transition, mais très lente, faite de « petits pas », et notre système n'est pas fondamentalement remis en question, malgré l'urgence de le faire. Collectivement comme individuellement, nous continuons à produire, à consommer, à vivre comme si demain allait être comme aujourd'hui, comme si nos modes de vie actuels étaient durables et pouvaient perdurer.

Comment expliquer ce décalage entre la conscience collective de la gravité et de l'urgence des crises, et les changements très superficiels qui s'opèrent, à la fois collectivement et individuellement ? Vaste question, à laquelle de nombreux auteurs et spécialistes se sont déjà intéressés. Cette inertie, bien qu'elle puisse paraître incompréhensible au vu des enjeux, peut s'expliquer par de nombreux facteurs. Parmi eux, la barrière culturelle est très importante : nous agissons et pensons en fonction de croyances et représentations qui sont construites socialement et collectivement, et se sont construites au cours de nos vies. Or, les changements qu'imposerait la situation dans laquelle nous nous trouvons impliqueraient une remise en question fondamentale de beaucoup de ces représentations. Pour le philosophe Dominique Bourg, il faut « repenser notre manière de voir le monde, c'est-à-dire notre manière d'être au monde ». On comprend dès lors toute la difficulté qu'impose cette transition lorsque notre vie est ancrée dans un tout autre fonctionnement.

Mais de plus en plus de personnes font ce cheminement aujourd'hui. Depuis la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, il semble y avoir un processus d'engagement collectif pour une partie de la population. Il est encore temps, Youth for Climate, Le Manifeste pour un réveil écologique, la Bascule, ou encore Extinction Rebellion, autant de mouvements au sein desquels des citoyens s'en-gagent, travaillent et militent pour des changements radicaux et pour faire face aux crises. Ces personnes peuvent aussi s'engager dans leur métier, dans leur quotidien, dans leur mode de vie afin de construire des façons d'agir et de penser plus durables et résilientes. Il existe aussi des degrés très

2

variables d'engagement. De façon plus générale, l'engagement écologique consiste à prendre parti par son action et par ses discours pour plus de durabilité et pour le respect de l»environnement.

Face à ce décalage et à la nécessité de l'engagement, la compréhension du processus d'engagement écologique est fondamentale et sera l'objectif de ce mémoire. Comment une personne consciente des enjeux écologiques mais pas ou peu engagée en vient à s'engager et à faire de ces enjeux une priorité dans sa vie ? Quels sont les facteurs clés d'engagement d'une personne ? Comment l'engagement est-il vécu et qu'implique-t-il pour la personne ? La compréhension du processus d'engagement poursuit donc un double objectif : mieux comprendre les facteurs de l'engagement, mais aussi mieux comprendre l'impact de l'engagement, d'un point de vue personnel et d'un point de vue collectif.

Pour répondre à ces questions, ce mémoire se divise en deux grandes parties : un volet théorique via la revue de littérature et un volet empirique via l'enquête de terrain. La revue de littérature a pour but à la fois de contextualiser notre objet de recherche, tout en présentant l'état de la recherche existante sur ce sujet, afin de dégager des pistes de réponses et des hypothèses qui seront ensuite testées par l'enquête de terrain.

Dans la revue de littérature, nous aborderons d'abord les constats qui sous-tendent la prise de conscience, puis nous analyserons les différents types de blocages qui entravent l'engagement, et enfin nous présenterons et analyserons trois modèles du processus de prise de conscience et d'engagement écologiques.

3

sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net