WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de la libéralisation financière sur l'intermédiation bancaire

( Télécharger le fichier original )
par Amal Ben Hassena
Université de Sfax : Ecole Supérieure de Commerce de Sfax - Diplôme de maîtrise en Hautes Etudes commerciales 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5- La spécificité de la firme bancaire 

L'activité traditionnelle d'une banque commerciale consiste à collecter des dépôts à vue pour accorder des crédits à court terme. Mais à côté de ces fonctions primordiales, d'autres avantages s'ajoutent pour distinguer la banque de ses institutions financiers.

5-1) La réduction des coûts de transactions 

L'intermédiation bancaire permet également de supprimer les coûts induits par la recherche d'une enquête de solvabilité, le suivi des emprunts, la gestion des défaillances et des saisies financières.

Imaginons par exemple qu'il y ait 10 prêteurs et 10 emprunteurs potentiels, nous avons alors théoriquement 100 couples. Mais si ces agents transitent tous par un seul intermédiaire nous aurons 20 couples seulement c'est-à-dire on peut aboutir au même échange avec 20 transactions au lieu de 100 grâce à l'intervention de la banque.

En présence de cet acteur chacun d'entre nous devrait supporter ses coûts à titre individuel les coûts d'information sont aussi réduit puisque la banque dispose de précieuses informations sur la qualité des investissements issus des opérations effectués sur leurs comptes.

5-2) La réduction des asymétries informationnelles 

La combinaison de services de paiement et d'intermédiation confère un avantage irréductible aux banques par rapport aux autres intermédiaires financiers dans la réduction des asymétries d'information.

En fait, on parle d'une asymétrie d'information si l'une des parties d'une transaction économique, ayant un comportement opportuniste, peut tirer profit en exploitant un avantage informationnel. Ce qui oppose véritablement les financements de marché aux financements intermédiés, c'est l'inégalité dans l'accès à l'information dû à l'efficience du marché. Ceci étant lorsque le prix des titres ne reflète pas entièrement et instantanément toute l'information pertinente disponible, ce qui est susceptible d'orienter les décisions de l'investisseur.

La banque s'avère alors mieux capable que le marché de réduire l'asymétrie d'information entre prêteurs et emprunteurs, ce qui lui permet de fonder l'efficience du marché de crédit et ceci par la tenue des comptes des clients qui est une source d'information continue pour la banque qu'elle peut mobiliser, lors d'une demande de prêt, pour évaluer la solvabilité de l'emprunteur. Ainsi la banque peut se renseigner sur la santé financière de ces clients et disposer de l'information pertinente nécessaire pour décider de ses transactions. Donc on peut insister sur la spécificité de la banque non seulement en terme de producteurs d'information, mais aussi en terme d'évaluateurs.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net