WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Situation de la production de café en côte d'ivoire: cas du département d'Aboisso, état des lieux et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par André Hughes Georges KOUA
Ecole Supérieure d'Agronomie (ESA) - Ingénieur Agronome, option agroéconomie 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.4. Cultures concurrentes

Sur l'ensemble de la zone de production du café, la culture qui a fait le plus concurrence au café est le cacao. La production et la commercialisation des deux cultures sont étroitement imbriquées ; les mêmes producteurs et les mêmes intermédiaires s'occupant des deux. En dehors du cacao, il existe un certain nombre d'autres cultures concurrentes plus ou moins importantes qui varient selon la région.

Le tableau 1 présente les cultures concurrentes majeures.

Tableau I : Cultures concurrentes majeures dans les régions caféières

Régions

Cultures pérennes

Cultures annuelles

Ouest

Cacao

Hévéa

Riz

Manioc

Centre ouest

Cacao

Hévéa

Riz

Sud ouest

Cacao

Hévéa

Palmier à huile

Riz

Manioc

Banane plantain

Est

Cacao

Hévéa

Palmier à huile

Riz

Manioc

Banane plantain

Source : LMC (1997)

Après le cacao, les plus importantes cultures pérennes concurrentes du café sont celles du palmier à huile et de l'hévéa.

Dans le département d'Aboisso (Est) en particulier, les cultures concurrentes les plus importantes sont le palmier à huile et l'hévéa. L'importance du palmier à huile vient du fait que cette culture bénéficie de la proximité d'une huilerie (huilerie d'Ehania), facilitant l'écoulement des produits. Par ailleurs, le second plan palmier mis en place par l'Etat à partir de 1985, a favorisé la reconversion de nombreuses caféières en palmeraies. L'hévéa, introduit dans le département depuis les années 1980, n'a vraiment émergé que dans les années 2000 et a commencer à exercer une concurrence aux autres cultures pérennes et plus particulièrement au café.

1.5. Gestion de la filière café cacao

Apres la libéralisation des filières café et cacao et la dissolution de la Caistab, l'Etat ivoirien a mis en place de nouvelles structures de gestion des filières :

Ø l'ARCC, structure étatique crées le 10 octobre 2000, donc la fonction principale est d'assurer la régulation administrative des filières ;

Ø la BCC, structure privée de type particulier, autonome, interprofessionnelle, créée le 25 juillet 2001, chargée d'assurer la régulation commerciale des filières. Le conseil d'administration de la BCC est constituée par les producteurs pour les deux tiers et par les exportateurs pour le tiers ;

Ø le FRC, personne morale de droit privé de type particulier, a été crée en octobre 2001. Il est chargé d'assurer la régulation financière et le contrôle des opérations d'achat et d'exportation du café et du cacao ;

Ø le FDPCC, institue par l'ordonnance du 31 janvier 2001. Il a pour missions essentielles le financement des coopératives, le financement du développement rural (pistes, infrastructures), l'organisation des producteurs, l'appui à la chambre d'agriculture ;

Ø le FGCCC, institutionnalisé et agréé comme établissement financier en décembre 2001. Il avait initialement pour tâche de garantir les prêts octroyés par les banques commerciales aux coopératives. Depuis 2002, il a été transformé en un établissement bancaire lui permettant de faire du crédit direct aux coopératives.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net