WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des exploitations et étude de rentabilité des cultures fourragères dans les sytèmes de production du Bassin arachidier du Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Alexandre Diouf
Ecole Nationale Supérieure d'Agriculture de Thiès - Ingénieur AgroEconomiste 2002
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

République du Sénégal
********************
Ministère de l'Education
**************************

Ecole Nationale Supérieure d'Agriculture (ENSA)- Thiès
*********************************************************************
Département Economie et Sociologie rurales
********************************************************

Typologie des exploitations et étude de la rentabilité des cultures fourragères dans les systèmes de production du Bassin arachidier du Sénégal.

Par Alexandre DIOUF

Mémoire de fin d'études pour l'obtention du grade d'Ingénieur agronome.

Spécialisation : Economie et Sociologie rurales

Directeur de stage : M. Roger PONTANIER, Coordonnateur de l'US Jachère

Maîtres de Stage : M. Georges RIPPSTEIN, Chercheur au CIRAD

Laurence BOUTINOT, Chercheur au CIRAD

Membres du jury

Pr. Papa Ibra SAMB

Directeur de l'ENSA

Président

Dr. Abdoulaye DRAME

Directeur des études de l'ENSA

Membre

M. Boubacar NDIAYE

Chef du département Economie et Sociologie rurales

Membre

M. Georges RIPPSTEIN

Chercheur CIRAD

Rapporteur

M. Gilbert BOSSA

Enseignant au CESAG

Membre

M. Amadou Tamsir DIOP

Chercheur ISRA

Membre

Novembre 2002

RESUME

Le Bassin arachidier du Sénégal, longtemps marqué par une monoculture d'arachide, subit actuellement une dégradation avancée des potentiels de production de ses terres. Plusieurs programmes qui tentent d'améliorer les conditions de vie de ses populations ont été lancés dans le cadre du développement de l'élevage qui est une activité largement pratiquée dans la zone.

Dès lors, il convenait, pour rester dans la dynamique d'amélioration des conditions de vie des populations, de trouver des technologies qui seraient des solutions à la fertilité dégradée des terres cultivées, et à l'alimentation du bétail présent.

C'est pourquoi, les cultures fourragères introduites dans la zone dans le cadre du projet Jachère, ont été adoptées par une diversité de producteurs.

La typologie des exploitations ayant adopté la technologie fourragère a montré qu'il s'agissait de trois grands groupes de producteurs dont l'âge semblait être un critère déterminant dans l'appartenance à l'un ou à l'autre des groupes.

Toutefois, l'analyse de rentabilité réalisée sur ces cultures a montré qu'en dehors du niébé (Vigna unguiculata), aucune d'entre elles (A.hypogea; Sorghum bicolor) ne présentaient un intérêt financier immédiat pour l'exploitation. Mais la conversion en lait et en viande de ces cultures paraissait intéressante, particulièrement dans cette zone à traditions d'éleveurs.

En outre l'augmentation des rendements sur les cultures succédant aux fourrages pourrait justifier une immobilisation de la terre pour la production fourragère.

Mots -clés : jachère, fourrages, typologie, rentabilité

sommaire suivant






La Quadrature du Net