WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quels sont les obstacles à la professionnalisation d'un club de basket-ball amateur ?


par Nicolas MATHIEU
Université Paris XII - Licence STAPS Management du Sport 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4. Conseils aux clubs de basket-ball amateur

L'étude des obstacles se dressant sur la route des clubs amateurs de basket-ball fut l'occasion de répondre à plusieurs questions liées à la problématique de départ. Une étude qui nous amenait à confirmer ou à invalider certaines thèses.

En premier lieu, nous avons pu voir ce qui pousse les organisations sportives à se professionnaliser. Des raisons externes liées à la professionnalisation des institutions, liées à la volonté des collectivités territoriales de pallier à une diminution des emplois productifs en développant des types d'emplois pouvant satisfaire les organisations sportives dans leur volonté d'offrir un encadrement technique compétent à leurs licenciés. Dans ce cas, la professionnalisation peut donc être subit par les organisations sportives. Dans la plupart des cas ce processus est une volonté d'aller dans le sens de l'augmentation des performances et surtout une conséquence de la forte concurrence à laquelle est astreint le haut niveau. Pour se différencier de leurs concurrents, les organisations cherchent à tendre vers plus de performance et ceci à tous les niveaux de leur club (économique, sportif et organisationnel).

Ensuite, les recherches ont pu permettre d'identifier la spécificité de chaque sport face à sa professionnalisation. Ainsi, les univers économiques du football, du rugby, du basket, du volley et du handball offrent trop de caractéristiques différentes liées à leur recette, leur nombre de licenciés et leur médiatisation ainsi que les différents niveaux de professionnalisation de leur institution. Cette thèse permet donc d'annuler l'idée d'un concept idéal qui serait appliquable à toutes les organisations sportives. Car le concept doit s'adapter aux caractéristiques environnementales comme l'enracinement local aux vertus amateurs, les liens avec le tissu économique local, la catégorie socioprofessionnelle de ses dirigeants et tout un environnement qui est propre à chaque association, chaque ville et chaque région de France. Il n'existe donc pas de concept qui puisse être copié de manière intégrale d'un club à un autre. Nous devons toujours nous adapter aux spécificités de chacun. On ne professionnalise donc pas un club en province comme on peut le faire en Ile de France. Les obstacles sont les mêmes mais se présentent de différentes manières, dans des dosages différents.

La question initiale offre donc une réponse variable selon l'environnement de l'association concernée. Dans tous les cas nous pouvons conclure que si la professionnalisation d'un club se faisait naturellement, chaque club ambitieux deviendrait automatiquement un club doté de structure sportive, organisationnelle et économique digne du très haut niveau. Les dirigeants et les techniciens qui sont à la recherche de la performance, sur tous les plans, se heurtent à de multiples obstacles. En premier lieu, ils vont se heurter à l'histoire du sport français et à ceux qui ne voient dans la recherche de la performance que le rôle joué par l'argent. Ceux qui se veulent défenseurs du sport « pur », ils vont se confronter aussi aux bénévoles, aux dirigeants traditionnels qui profitent de leur position sociale pour dominer le sport amateur. Ils vont donc se heurter à ceux qui recherchent leurs avantages avant de rechercher l'avantage commun, l'avantage de l'association. Le mouvement sportif ne peut subir cette métamorphose sans vouloir lutter contre ce mouvement. Il s'agit parfois simplement de lutter contre « une professionnalisation sauvage », celle qui n'aurait pas été désirée et qui découlerait seulement d'une volonté institutionnelle mais il s'agit en fait surtout de lutter pour le maintien du pouvoir. Un pouvoir dans les mains des dirigeants pour les clubs amateurs, dans les mains des joueurs lorsque l'amateurisme devient « marron ».

Ces obstacles là seront accompagnés de ceux inhérents à leur professionnalisation. La professionnalisation sportive et organisationnelle, nous l'avons vu, passe par la salarisation des cadres techniques et une spécialisation des tâches administratives. Cette salarisation passe forcément par un développement du budget. Un développement du budget qui sera le principal obstacle à la professionnalisation étant donné les spécificités des recettes des associations de basket. Le cas spécifique des clubs franciliens donne un aspect encore plus particulier à ces obstacles. Privés de recettes guichets, à la merci d'un changement de cap politique et devant faire face à un bénévolat moins nombreux qu'en province, les clubs d'Ile-de-France, doivent se rattacher à un sponsorisme peu enclin à leur réserver leurs faveurs.

Il y aura donc à travers la salarisation des clubs et la sélection du bénévolat (par rapport à des critères de qualité) un reniement des valeurs amateurs et du bénévolat. La professionnalisation est à l'opposé de ces valeurs puisque la performance devient l'essence de la pratique. Le but n'est donc plus de (se) faire plaisir, de pratiquer un loisir mais bel et bien d'amener tous les éléments du club à aller dans le sens du progrès technique et de la rationalisation. La rentrée de l'argent dans la sphère amateur, le reniement des valeurs amateurs, l'ambiguïté autour du bénévolat sont des obstacles et des conséquences de la professionnalisation. Le tournant pris par l'association devra s'accompagner automatiquement d'un budget permettant au club de pouvoir s'entourer de cadres compétents et qualifiés. On a pu le voir tout au long de ces pages, les obstacles à la professionnalisation sont nombreux et cette dernière n'est pas ouverte à toutes les associations sportives.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy