WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le roman policier français : illustration et stratégie commerciale

( Télécharger le fichier original )
par Jean Daniel Chevrier
Université de Rennes 2 - Master 2008
  

précédent sommaire

3 San Antonio soigne son image

3.1 Naissance et contexte

La première apparition du commissaire San Antonio est datée de 1949, dans un livre publié aux éditions Jacquier au titre accrocheur Réglez-lui son compte sous le pseudonyme « Kill Him ». La démarche s'inscrit d'emblée dans le contexte imposé par les collections françaises : le pastiche du roman noir anglo-saxon. Pour Frédéric Dard, il s'agit de parodier Peter Cheyney édité dans « La Série Noire ». De fait, l'illustration évoque la production des auteurs anglo-saxons et s'inspire des réappropriations des collections française : violence, en rapport avec l'action, titre argotique inspiré des traduction de Duhamel, couleurs sombres. Le deuxième et troisième opus de la série sont publiés chez Fleuve Noir en 1950, Laissez tomber la fille et Les souris on la peau tendre en 1951. Changement radical dans le choix de l'illustration ; Fleuve noir crée la collection « Spécial police » s'adresse à un lectorat populaire et, comme pour les Detective magazines, c'est la pin-up ou femme fatale qui est convoquée dans une posture aguichante et provocante. Le noir domine, le titre se détache en grandes lettres rouges et le dessin est sans rapport avec l'action. Ce choix d'illustrer ou non un moment du texte est une constante dans l'histoire de San Antonio. Au début, la stratégie est d'attirer un nouveau public ; la pin-up est tout indiquée et ne peut laisser indifférent un lectorat essentiellement masculin... le choix de l'illustrateur est particulièrement important car c'est lui qui insuffle, dès le premier contact avec le lecteur éventuel, l'esprit de l'oeuvre.

3.2 Evolution des couvertures

Comme souvent, un succès est la conjonction de plusieurs facteurs. L'illustrateur de San Antonio participe à l'engouement pour les aventures de la série. Michel Gourdon est ainsi inséparable des aventures du commissaire. Choisi dès le début pour illustrer les couvertures, il sera l'illustrateur attitré de l'oeuvre, jusqu'au début des années soixante dix, date à laquelle les choix seront radicalement différents. Gourdon est né à Bordeaux en 192532(*). Après des études aux Beaux Arts, il rentre au Fleuve Noir dont il devient l'illustrateur principal. Ce n'est pas un hasard si Armand de Caro et de Guy Krill font ce choix : Gourdon est spécialisé dans le dessin féminin érotique. Dessinateur de pin-up plus particulièrement, ses dessins participent grandement aux succès éditoriaux de la maison Fleuve Noir. La pin-up est le moteur des ventes, et les premières couvertures de San Antonio se fondent dans le contexte américanisé de l'après guerre. Gourdon est un peu plus qu'un simple illustrateur ; il est celui qui a donné un visage au commissaire, dont les traits sont inspirés par un comédien en vogue du moment, Gérard Barret33(*). Les couvertures sont de véritables oeuvres à part entière, dont la mise en scène évolue peu à peu. Ainsi, de la pin-up aguichante, prise en flagrant délit de provocation, Michel Gourdon évolue vers une illustration plus en rapport avec l'action qui rappelle sans conteste les affiches des grands films noirs du moment. Avec l'évolution de l'image, c'est l'horizon d'attente du lecteur qui change. L'histoire devient essentielle, comme au cinéma. L'importance de la femme fatale, style Detective Magazines, s'estompe, les mentalités changent et le travail de Gourdon montre bien cette évolution. La place de la femme y est moindre ; reléguée d'abord au second plan, elle disparaît dans la deuxième moitié des années cinquante. Ce changement de cap correspond à la volonté des auteurs français, de se libérer du joug américain. Voici quelques exemples de cette évolution :

1952 1953 1957 1958

La similitude avec les affiches de cinéma est également remarquable. Dans l'exemple suivant, la ressemblance entre le commissaire San Antonio et l'acteur principal de Touchez pas au grisbi est assez frappante. La composition de l'image est tout aussi ressemblante : le héros est au second plan, et des indices en rapport avec le texte sont dispersés au premier plan.

La longévité de la série est imputable à l'auteur, sans aucun doute. Mais la volonté de Gourdon de vouloir inscrire son travail en fonction des attentes d'un lectorat qui change, qui touche toutes les générations, est essentielle. La question de la représentation du commissaire est un des éléments majeur et garant de cette longévité. Inspirée au début par des acteurs de cinéma, l'image de San Antonio évolue en fonction d'une conception collective et idéalisée du héro, jusqu'au début des années Soixante dix :

1955 1965 1970

Le héro est le reflet de la société : sa représentation doit être en adéquation avec la pensée collective. Dans les années cinquante, c'est un homme mûr, viril, puis dans les années soixante, il rajeunit, semble avoir perdu de sa virilité, pour redevenir au début des années soixante dix, l'homme réconfortant, au regard assuré, en un mot ; le sauveur.

Gourdon a donc imprimé un style et le succès de ses couvertures ne se dément pas : il suffit de consulter les sites des collectionneurs pour en prendre conscience. La fin de sa collaboration avec Fleuve noir coïncide avec la création de la collection « San Antonio » au début des années soixante dix. Les choix concernant le renouveau du style des couvertures est hésitant et les illustrateurs se succèdent. Il faut citer Carlo Jacono34(*) qui succède à Gourdon et qui opère un étrange retour aux débuts de San Antonio avec des illustrations ou réapparaît la femme en premier plan avec en arrière plan, une scène en rapport avec le texte. Carlo Jacono réalise une couverture originale et Huit rééditions pour San Antonio et laisse sa place à Carlo Bren dont le travail rappelle celui de Michel Gourdon avec des illustrations toujours en rapport avec l'action. Les lecteurs cependant ne retrouvent pas l'esprit Gourdon et la stratégie adoptée par Fleuve Noir est radicale. Fin 1972, en effet, un changement d'importance bouleverse l'univers de San Antonio : la photographie, dans un souci de modernisation fait son apparition sur les couvertures de la série. Il s'agit d'un revirement essentiel qui s'amorce, puisque le montage photographique qui fait office d'illustration désormais est sans rapport avec l'action. Mais au-delà, l'esprit de l'oeuvre change également ; le travail de l'auteur sur la langue a pris le pas sur l'intrigue, et le texte privilégie la farce, voire la dérision. Cette tendance s'accentue dans les années quatre vingt dix où l'on note toutefois un retour au dessin mais la stratégie adoptée pour l'illustration délaisse toujours toute relation avec le texte. Le titre volontairement grivois attire un nouveau lectorat et l'illustration s'adapte.

1972 1989 1991 1995

La fluctuation des illustrations, les changements successifs sont décidemment parlants lorsqu'on s'arrête sur les multiples rééditions qui jalonnent la carrière de San Antonio. De l'influence anglo-saxonne et du cinéma noir des années cinquante, aux dessins humoristiques et grivois de la fin du siècle, les choix se font toujours en fonction du contexte social et s'accordent pour répondre aux exigences d'un lectorat qui est lui-même en constante mutation. Voici un exemple très explicite de ces évolutions successives :

1950 1962 1975

1984 1993 2005

Les choix et stratégie d'édition ne cessent d'évoluer depuis la Belle Epoque jusqu'à nos jours. Ils évoluent mais ne changent pas radicalement. L'illustration demeure primordiale et tout repose sur elle en terme de commercialisation. Le genre policier est à ce titre un exemple tout recommandé pour comprendre les enjeux économiques et esthétiques de l'illustration. L'image a le pouvoir de montrer ; que ce soit nos peurs, comme le quotidiens de la Belle Epoque, ou nos vices refoulés dans les magazines policiers américains. En montrant, l'image use de son pouvoir cathartique, elle attire par la fascination qu'elle exerce sur chacun de nous.

BIBLIOGRAPHIE

Corpus primaire :

- Breton (jacques), les collections policières en France au tournant des années 90, Paris, Editions du cercle de la librairie, 1992.

- Tourteau (Jean-Jacques), D'Arsène Lupin à San Antonio, Tours, Mame, 1970

- Schweighaeuser (Jean-Paul), Le roman noir français, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

- Couégnas (David), Introduction à la paralittérature, Paris, Edition du Seuil, 1992.

- Bossuat (Gérard), L'Europe occidentale à l'heure américaine : le plan Marshall et l'unité européenne, Bruxelles, Edition Complexe,

- Rivière (François), Frédéric Dard ou la vie privée de San Antonio, Paris, Fleuve Noir, 1999.

- Autres ouvrages consultés :

- Prédal (René), 50 ans de cinéma français, Paris, Editions Nathan, 1996.

- Seguin (Jean-Pierre), Nouvelles à sensation, les canards du XIXe siècle, Maisonneuve et Larose, 1964

- Kalifa (Dominique), Glassin (Jean Michel) dir., Dictionnaire des termes littéraires, fasc. VII, Berne, Francke, 1995.

- Dupuy (Michel), Le petit parisien, le plus fort tirage des journaux du monde, Plon, 1989.

- Chevrier (Olivier), Crime ou folie : un cas de tueur en série au XIXe siècle. L'affaire joseph Vacher, L'Harmattan, 2006.

- Quemada (Bernard), Datation et documents lexicographiques, 2ième série, 22, CNRS/Kliencksieck, 1983.

Sites Internet :

Sur le polar :

- http://www.polar.org

Sur San Antonio (principaux) :

- http://www.francois.kersulec.free/FK/SA/HTML/

- http://www.commissaire.org/

- http://dard.si2v.com

- http://sanantonio.zanzaman.com/index2Html

Sur Michel Gourdon:

- http://www.cerclenoir.com/portrait.html

- http://briabrac.perso.cegetel.net/gourdon-fnv.html

Sur Carlo Jacono

- http://www.carlojacono.com

Resources images:

- http://www.image.google.fr

Sur les collections « Série Noire » :

- http://wanted-rare-books.com

- http://www.christian.vergez.free.fr

Sur la collection « Un Mystère »

- http://www.polars.org/spip.php?article225

Sur San Antonio :

- http://www.comissaire.org

- http://www.francois.kersulec.free.fr

Sur la collection « Minuit »

- http://www.editionoriginale.fr/CollectionMINUIT.html

Illustration couverture : Le petit journal, 10 janvier 1899

« Le réveil de Vacher »

Collection particulière.

.

* 32 Sur Michel Gourdon : www.cerclenoir.com/portarait.htm. Consulté le 24 février 2009

* 33 Ibid.

* 34 Sur Jacono, voir : www.carlojacono.com. Consulté le 25 février 2009.

précédent sommaire