WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'entrée du sujet àógé en foyer logement

( Télécharger le fichier original )
par Caroline Chapelier
Université Toulouse-Le-Mirail - Master 2 psychologie parcours gérontopsychologie 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5. Les impacts de l'entrée en résidence sur le sujet âgé

5.1 Les relations familiales

· Du point de vue du sujet âgé

La référence du sujet en institution, c'est son enfant. Un des liens qu'il peut préserver avec l'extérieur de l'établissement, c'est effectivement son lien familial, coordination entre le passé (histoire de vie, naissance, histoire de la famille), le présent (place de l'enfant dans le choix de l'entrée en résidence, importance de l'enfant dans l'aménagement matériel) et le futur (descendance, notion de continuité dans la famille même après la mort de la personne).

L'analyse de contenu du groupe de parole (Travail clinique 1, 2 et 3) réalisé à la Résidence Midi-Pyrénées montre que les enfants sont un des sujets abordés régulièrement par la personne âgée. Selon les participants de ce groupe, les réactions des enfants lors de la prise de décision d'entrée peuvent être très variées. Elles peuvent passer par la surprise voire l'incompréhension, ce qui peut traduire la déception de l'enfant et la non-acceptation de l'image vieillie de son parent ou par son approbation (voire son soutien).

· Du point de vue de l'enfant

Pour l'enfant, l'entrée en institution est souvent associée au risque de perdre son parent. Il entame la perte de soi, puisque l'enfant-adulte se perd comme enfant et devient le parent de son parent. Lorsque l'enfant ne trouve pas d'autres solutions que celle de mettre à distance son parent, il protège son soi, soi qui est par opposition moins âgé et donc plus fort, indépendant.

L'enfant oscille souvent entre deux sentiments. Le premier est celui de désir inconscient de tuer le parent détérioré, qui représenterait le propre futur de l'enfant, vieillissant également. Ce sentiment est opposé à une tendance émotionnelle de le sauvegarder en le confiant à la résidence, chargée de le garder en « état ». L'enfant cherche à le conserver car son souvenir permet de réaliser sa propre identification. L'enfant est donc en ambivalence par rapport à ses affects.

L'entrée en résidence peut correspondre à une forme de « mise à mort » pour la famille selon T. Darnaud (2008) [8]. Certains mécanismes de défense peuvent être mis en place par l'entourage du sujet âgé, comme le déplacement de la faute sur l'institution (ce que nous mettrons en évidence lors de la nécessité de départ de la personne), refoulement, fuite ou indifférence (l'enfant se rend moins souvent à la résidence), sollicitation exagérée. L'ensemble de ces mécanismes de défense permettent à l'enfant de déculpabiliser, par exemple par rapport au fait de ne pas avoir pu prendre son parent chez lui.

Pour les participants du groupe de parole (Travail clinique 1, 2 et 3), l'entrée en résidence a permis une amélioration des relations entre le sujet âgé et ses enfants. Deux personnes mettent en évidence l'impact positif de l'installation sur leurs liens avec leurs filles respectives. En effet, Mme D. explique que « nos relations ont changé, on s'est énormément rapproché, dans le sens positif ». Lorsque la personne âgée a vécu chez son enfant, l'entrée en résidence semble être vécue comme un soulagement pour chacun, retrouvant son espace propre. Les rencontres ne sont plus source d'angoisse comme l'était devenu le quotidien, mais source de plaisir et de retrouvailles.

Dans tous les cas, l'entourage est confronté à une restructuration des relations familiales, qu'elle soit positive ou négative. Effectivement, un nouvel acteur entre en jeu et la relation devient triangulaire : d'une relation parents-enfants on passe à une relation parents-enfants-institution. Enfin, les contraintes financières qu'un tel changement représente peuvent rendre les relations familiales conflictuelles. En effet, la vie en institution peut être une charge financière plus importante que la famille doit alors prendre en charge. Celle-ci peut être à l'origine de tensions entre les membres de la famille.

En conclusion, un nouvel équilibre au sein du système familial se créé progressivement après l'entrée en résidence.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net