WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Motivation et réussite des apprentissages scolaires

( Télécharger le fichier original )
par Jean Baptiste NDAGIJIMANA
Université de Bouaké/ENS - Côte d'Ivoire - DEA 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
2.4.2.1.1. L'attribution des causes de réussite ou de l'échec de la situation

La théorie de l'attribution causale affirme que les élèves ont tendance à trouver des causes à leurs réussites ou à leurs échecs. Cette perception des causes de réussite ou d'échec d'une activité qu'on propose de faire à l'élève joue un rôle important dans sa motivation. Les causes sont généralement classées en trois catégories à savoir (Crahay, 1999, p283) :

a. Le lieu de la cause : la cause est interne quand l'élève attribue sa réussite ou son échec à un facteur qui lui est propre (talent, effort, aptitude intellectuelle, fatigue, méthode de travail, etc.). La cause est externe dans le cas contraire (qualité ou lourdeur du programme scolaire compétence des enseignants, difficulté de l'épreuve,.)

b. La stabilité de la cause : elle est stable quand la cause est permanente aux yeux de l'élève, variable ou instable quand elle lui paraîtra pouvoir varier avec la durée (ex. : humeur de l'enseignant, divers aléas, etc.)

c. Contrôlabilité de la cause : la cause est contrôlable lorsque l'élève considère qu'il est l'acteur principal de ce qui se produit ou qu'il pense qu'il pourra, dans l'avenir, infléchir sur ce type d'événement. La cause sera incontrôlable dans le cas contraire (il pense n'avoir aucun pouvoir sur ce qu'il advient)

Ces trois paramètres se combinent pour donner huit causes différentes de réussite ou d'échec ainsi que des émotions associées (voir le tableau N°6).

Tableau  N°6: Combinaison des trois paramètres de l'attribution causale de la réussite ou de l'échec de la tâche, et les émotions associées en cas de réussite ou d'échec

Interne 

stable 

Contrôlable 

Stratégies d'apprentissage 

Gratitude/colère 

Interne 

stable 

Non contrôlable 

Aptitudes intellectuelles 

Fierté/honte, désespoir 

Interne 

Instable 

Contrôlable 

Effort 

Fierté culpabilité 

Interne 

Instable 

Non contrôlable 

Maladie 

 

Externe 

stable 

Contrôlable 

Cours de rattrapage 

 

Externe 

stable 

Non contrôlable 

Niveau de difficulté du travail, programmes 

Désintérêt, colère 

Externe 

Instable 

Contrôlable 

Perceptions de l'enseignant 

 

Externe 

Instable 

Non contrôlable 

Chance, humeur de l'enseignant 

Gratitude, surprise, résignation 

Source: Crahay, 1999, p. 284; Archambault & Chouinard, 1996, p. 110

On peut retenir que c'est la perception de cette attribution causale par l'apprenant qui est important et non pas une causalité réelle. Par exemple, un élève pense que, quoi qu'il fasse, son enseignant le considère comme incapable (perception de l'enseignant non contrôlable), un autre élève pense l'inverse. Cette perception de causalité est personnelle, même pour des activités identiques, deux élèves pourront attribuer à des propriétés différentes. Ces différentes situations génèrent des émotions différentes. Par exemple, un élève qui a l'échec à l'examen pour la première fois a des espoirs, il croit qu'il n'a pas de capacités requises pour réussir ce genre d'épreuve (cause interne, stable et non contrôlable). Il sera déçu s'il attribue son échec à la difficulté de la tâche (cause externe, instable si la tâche peut être moins difficile la prochaine fois, non contrôlable).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net