WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Motivation et réussite des apprentissages scolaires

( Télécharger le fichier original )
par Jean Baptiste NDAGIJIMANA
Université de Bouaké/ENS - Côte d'Ivoire - DEA 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.6. Définition opératoire

L'ensemble des approches et des modèles ci-dessus permet de donner une définition plus opératoire de la motivation. Nous retenons qu'il existe deux types de motivation : Extrinsèque et intrinsèque. La motivation d'accomplissement est aussi liée à ces derniers. La motivation est donc un ensemble des mécanismes de type action/rétroaction qu'il faut entretenir, voire déclencher de l'extérieur. En d'autres termes, lorsque le sujet est volontaire, c'est un signe d'une motivation intrinsèque, on peut atteindre de bonnes performances à long terme compte tenu de l'auto-déterminisme et de la compétence perçue. Sinon, il faudrait développer des renforcements pour obtenir une motivation extrinsèque.

Nous savons maintenant que la motivation possède deux buts : performance avec jugement (extrinsèque) centré sur l'ego ; apprentissage avec l'amélioration des compétences (intrinsèque) centré sur la tâche. Dans la motivation scolaire, les objectifs ont un rôle important et doivent être spécifiques et opérationnels.

La motivation dans le cadre scolaire concerne à la fois l'élève et l'enseignant.

Pour l'élève :

- avoir le désir de savoir et prendre une décision d'apprendre,

- se fixer des objectifs - planifier (faire un projet personnel),

- mobiliser ses ressources biologiques et psychologiques,

- réguler ses progrès dans la réalisation de ses travaux,

- gérer la compréhension,

- employer des stratégies d'organisation,

- participer à la découverte du sens des apprentissages,

- développer un esprit critique,

- personnaliser la vision, la compréhension et s'intéresser à celles des autres,

- Découvrir un élément intéressant et signifiant dans chaque tâche et le communiquer.

Pour l'enseignant :

- expliquer le fonctionnement du cerveau et de la mémoire (le pouvoir qu'on a sur le développement cognitif),

- expliquer l'origine de la motivation et les causes de la démotivation,

- discuter du sens des apprentissages scolaires et des activités proposées,

- varier les contextes de tâches et faire le lien avec le domaine de la vie,

- donner des défis intéressants aux apprenants,

- faire découvrir les causes des succès et d'échecs et proposer des stratégies variées,

- développer la capacité d'auto-évaluation,

- créer les moments de partage sur motivation et témoignage d'expérience sur le sujet,

- faire participer aux choix des activités d'apprentissage.

La motivation implique un dynamisme et une application. L'apprenant se pose un certain nombre de questions dans ce dynamisme :

Avant la tâche :

- Vais-je apprendre ?

- Où cela se situe-t-il ?

- Avec qui ?

- Quelle utilité ?

Pendant la tâche :

- Pourquoi ferais-je cette activité ?

- Suis-je capable de l'accomplir ?

- Ai-je un certain contrôle sur son déroulement ?

- Cette matière (ou étude) est intéressante ?

- Cela a un sens ?

- Ai-je envie de continuer et de faire plus ou dois-je abandonner (c'est ennuyant !)

Après la tâche :

- Suis-je satisfait ? Ou suis je décourager ?

- Ai-je envie de m'engager dans une autre tâche ?

- Quel est l'avenir de tâches accomplies ?

- Les études sont-elles intéressantes pour moi ?

Bien que Philippe Perrenoud (1996) affirme que le concept de motivation s'enracine avant tout dans la psychologie, dans le cadre de cette étude, elle est plus pédagogique que psychologique. Parce que la motivation ici implique d'avantage les méthodes et procédés de transmission de savoirs scolaires. Si nous considérons, d'une part la motivation en tant que pulsion, nous savons que cette théorie postule que « tout comportement de réalisation résulte d'un conflit émotionnel entre la poursuite du succès et évitement d'échec ». C'est un dynamisme conçu pour faciliter l'apprentissage. D'autre part, si nous considérons la motivation en tant que but, nous savons aussi le principe de cette théorie :  « toute action acquiert un sens, une direction ». L'apprentissage scolaire ne vise que le sens et une direction dans laquelle dirige ses apprenants.

En définitive, enseigner de manière motivationnelle, c'est donner du sens et la valeur aux apprentissages scolaires, c'est-à-dire, arriver à dire à l'apprenant que ce qu'il a appris, a de l'importance pour lui et son avenir dans la société. Ce qui exige de la part de celui-ci l'effort de passer de la motivation extrinsèque à la motivation intrinsèque.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net