WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude de l'aide publique au développement de la france au mali: cas de l'éducation

( Télécharger le fichier original )
par Aboubacar Keita
Université de Bamako - Maitrise 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 2 : Les flux de financement dans l'éducation

Depuis dans les années 90 les pays donneurs augmentent leur financement des projets de développement en Afrique, mais jusque là les résultats sont nettement inférieurs aux attentes. Toute chose qui a conduit à une révision du système de financement. Pour le secteur de l'éducation l'OCDE6(*), en 2005 dans la Déclaration de Paris a tenu à tous les Etats membres de revoir le type d'intervention dans les pays en voie de développement plus particulièrement d'Afrique. Pour s'y prendre dans ce deuxième chapitre de la partie du sujet, on essayera de faire comprendre d'abord le type de financement du secteur.

Section 1 : L'aide publique au Mali

L'aide publique au développement représente un enjeu financier, économique, social et géopolitique majeur non seulement pour les pays qui en bénéficient, mais aussi pour ceux qui la fournissent et pour l'équilibre de la mondialisation.

A ce titre le pays colonisateur, à travers les acteurs de sa coopération intervient au Mali chaque année.

I°) L'apport de la France au Mali :

1°) Les différents acteurs de la coopération française et leurs rôles au Mali :

La reforme du dispositif d'aide française se traduit sur le terrain par l'octroi du rôle de coordination du dispositif français à l'ambassade et par une nouvelle répartition des compétences à l'opérationnel entre le Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) de l'ambassade et l'Agence Française de Développement (AFD)7(*). Désormais, le SCAC conserve la mise en oeuvre de l'aide dans les secteurs régaliens et vient en appui à l'ambassade sur le pilotage de l'aide. L'AFD est, quant à elle, confirmée comme l'opérateur pivot et chargée de la mise en oeuvre de l'aide dans les secteurs devenus prioritaires de l'aide française. L'adaptation de l'Agence à ses nouvelles missions et responsabilités, en termes de fonctionnement et de ressources humaines, n'est cependant pas achevée.

2°) Le budget de la France pour le Mali :

Avec la fin de la guerre froide, les années ont été marquées par un retour sur le devant de la scène des objectifs de développement. L'adoption aux Nations Unies des OMD (objectifs du millénaire pour le développement) illustre bien ce nouveau consensus international. La réduction de la pauvreté dans les pays en développement est dorénavant affichée comme un objectif commun et prioritaire pour la communauté internationale.

Pour autant, les fondements de l'aide restent un savant mélangé d'altruisme et de réalisme politique. Ainsi, les études récentes sur le sujet soulignent encore l'importance des liens commerciaux, politiques et culturels entre les pays donateurs et les pays receveurs. Alesina et Dollar (2000) montrent par exemple aussi que les votes aux Nations Unies demeurent un déterminant essentiel d'allocation d'aide, tout comme les liens avec les anciennes colonies. C'est sur ces liens que les pays développés interviennent chaque année dans le développement des PED. La contribution de ces pays appelés partenaires, au Mali s'élevait en 2005 à plus de 500millions d'euros. Tous les secteurs ont bénéficié de ce concours. Ces aides se font par les ambassades présentes au pays, soient par les agences de développement ou soient par leurs ministères des affaires étrangères. Pour sa part l'aide de la France pour le Mali avoisine les 100.000.000 d'euros par an d'après l'ambassadeur Nicolas Normand en 2005 lors d'une conférence de presse à l'approche du sommet France Afrique.

3°) L'évolution de l'aide française au Mali :

En 2005, les pays membres de la zone franc se sont accordés 16,5% du total de l'APD nette versée par la France au PED et 31% de l'aide française à l'Afrique sub-saharienne. Cette aide bilatérale aux pays de la zone franc s'est élevée en 2006 à 1,3milliards de dollars dont 18% étaient constitués d'annulations de dettes liées à la mise en oeuvre de l'initiative PPTE.

Tableau 2: APD bilatérale nette française en faveur du Mali

(En millions de dollars US, aux prix et taux de change courants)8(*)

Année

2002

2003

2004

2005

2006

Aide

64

70

82

90

82

Source : Base de données CAD9(*) 2007

Le tableau suivant est la répartition de la part de la France dans l'aide publique au développement allouée à la nation. Mais on constate une progression lente des flux de 2002 à 2005 et une réduction de ses efforts à partir de 2005. La représentation des données du tableau sur un graphique nous ouvrira d'avantage le champ d'explication de l'aide française dans le pays.

Graphique1 :

Source : Rapport CAD 2007

La contribution de la France n'a que faiblement augmenté dans le pays de 2002 à 2005. Avec la crise économique du monde, les aides seront encore plus faibles car tous les pays donneurs ressentent aujourd'hui un déficit budgétaire. Pour la France, nous pouvons dire qu'elle a commencé depuis 2005, avec les problèmes de migration choisie et concertée proposée à l'époque par le ministre de l'intérieur français Nicolas Sarkozy et aujourd'hui, Président de la République. Le graphique nous illustre bien ce propos à partir de 2006 une diminution de ses efforts de financement pour le Mali.

II°) L'aide des autres BDF au Mali :

1°) Apports des BDF aux PED et aux organismes internationaux :

Depuis 2002, l'aide publique au développement consentie par les membres de l'OCDE au pays en développement (PED) s'est inscrite dans une tendance régulière à la hausse : les flux d'APD ont quasiment doublé pour atteindre 104,4milliards de dollars américains en 2006, malgré le léger repli intervenu en 2006 (-2,5% par rapport à 2005). Cette forte augmentation s'explique, en partie, par la progression des alignements de dettes, qui ont représenté 17,8% des flux d'APD en 2006 (soit 18,6milliards USD) et 15,2% en moyenne sur la période. Concernant les pays membres du CAD, les versements nets d'APD rapportés à leur revenu national brut (RNB) qui avaient régulièrement augmenté entre 2002 et 2005, passant de 0,23% en 2002 à 0,33% en 2005, se sont légèrement repliés en 2006 (0,31%). Les pays du comité d'aide au développement augmentent chaque année leur concours pour les pays moins avancés. Le tableau suivant nous montre les apports financiers que les pays en développement et les organismes multilatéraux ont bénéficié de 2002 à 2006.

Tableau 3: Apports financiers aux PED et aux organismes multilatéraux

(En millions USD, aux prix et taux de change courants)10(*)

Rubriques

2002

2003

2004

2005

2006

APD (bilatérale et multilatérale)

58297

69065

79432

107099

104421

Dont annulation de dettes

4538

8317

7134

24999

18600

APD (en % du RNB)

0,23

0,25

0,26

0,33

0,31

Autres apports publics

-45

-348

-5601

1430

9774

Apports du secteur privé aux conditions de marché

5621

46573

75262

179559

194779

Dons nets des ONG

8768

10239

11320

14712

14648

Total des apports

72640

125529

160412

302800

304074

Source : rapport CAD 2007

Graphique 2 :

Source : Nous même à partir des données dans le rapport CAD 2007

On voit bien l'évolution de l'aide dans le monde sur le tableau précédent mais la France demeure l'un des principaux contributeurs de l'aide internationale parmi les membres du G8.

2°) Versements nets d'APD aux PED et organismes internationaux :

En termes de ratio d'APD par rapport au RNB, en2006, la contribution française a été de 0,47% et était 1,5 fois plus élevée que celle de la moyenne des pays du CAD. La contribution des pays du G7 s'échelonnant entre 0,18% et 0,51%. La France s'est engagée à porter son effort en matière d'APD à 0,51 de son RNB d'ici à 2010, puis à 0,70% à l'horizon en 2015.

En 2006, les versements nets d'APD de la France ont augmenté de 2,9% par rapport à 2005, pour s'établir à 10,6milliards USD. Plus des 2/3 de l'aide française sont consacrés au continent africain. L'aide française s'appuit sur des stratégies sectorielles visant à renforcer sa contribution à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Près du tiers des dons destinés aux pays pauvres concernent l'éducation et la santé.

Tableau 4: Versements nets d'APD aux PED et organismes multilatérales

(En millions USD, aux prix et taux de change courants)

Pays

2002

2003

2004

2005

2006

Etats-Unis

13290

16320

19705

27935

23532

% du RNB

0,13

0,15

0,17

0,23

0,18

Royaume-Uni

4929

6262

7905

10772

12459

% du RNB

0,31

0,34

0,36

0,47

0,51

Japon

9283

8880

8922

13147

11187

% du RNB

0,23

0,20

0,19

0,28

0,25

France

5486

7253

8473

10026

10601

% du RNB

0,37

0,40

0,41

0,47

0,47

Allemagne

5324

6784

7534

10082

10435

% du RNB

0,27

0,28

0,28

0,36

0,36

Source : Rapport CAD 2007

Graphique 3 :

Source : Nous mêmes à partir des données dans le rapport CAD 2007

Les pays d'Afrique Sub-saharienne (ASS) bénéficient de plus de la moitié de l'aide publique française. En 2006, 52,5% des versements nets de la France en matière d'aide publique au développement bilatérale ont été destinés à l'ASS, soit un niveau proche de celui observé en 2005 (54%). L'aide française a représenté près de 11% du total des flux d'APD reçus par ces pays en 2006.

3°) Apport total au Mali :

D'après les chiffres du Comité d'Aide au Développement (CAD), 2004, le Mali a reçu 567millions de dollars d'aide publique au développement. Cette aide ne cesse d'augmenter depuis 2001. Elle a presque doublé entre 2001 et 2005. Les efforts des donateurs sont remarquables mais il faut que le pays lui-même ne se conforme pas aux conditions des accords pour le développement de la nation et l'amélioration de l'éducation. Les aides consenties pour le pays sont multilatérales et bilatérales.

- Les aides multilatérales : C'est l'ensemble des efforts consentis par les organismes internationaux pour le développement du pays. Parmi ces organismes de coopération internationale qui interviennent au Mali, il y a la Commission Européenne (CE), la Banque Mondiale (BM) et le Fond Monétaire International (FMI).

- Les aides bilatérales : c'est l'ensemble des efforts consentis par les pays qui nouent des partenariats avec le Mali entre autres, on peut citer les Etats-Unis, le Japon, la France, l'Allemagne, le Canada, les Pays-Bas, et la Suède...

4°) Evolution de l'apport total au Mali :

Au total, les pays de la zone franc ont bénéficié, en 2006, de recettes nettes d'APD représentant 6,1milliards, en hausse de 9,2% par rapport à 2005. Ces recettes ont représenté 15,4% de l'APD perçue par les pays d'Afrique sub-saharienne en 2006. Pour sa part le Mali a reçu des milliards de dollars US en 5ans qui sont repartis comme suit dans le tableau :

Tableau 5: Recettes totales nettes d'APD du Mali

(En millions de dollars US aux prix et taux de change de 2005)11(*)

Année

2002

2003

2004

2005

2006

Aide totale

466

543

568

699

825

Source : Rapport CAD 2007

Graphique 4 :

Les aides apportées dans le pays ont presque doublé en cinq ans et représentent une part considérable du budget national.

5°) Les acteurs intervenant au Mali :

Depuis le lendemain de l'indépendance le Mali bénéficiait du concours des pays à commencer par la France, le pays colonisateur. Aujourd'hui le Mali est un pays de la zone de la solidarité prioritaire (ZSP), ce qui lui fait encore plus bénéficié de l'aide des pays puissants en nouant des relations de partenariat. Les principaux acteurs qui interviennent dans le pays sont : la Commission Européenne, la Banque Mondiale, les Etats-Unis, le Canada, la France, les Pays-Bas, l'Allemagne. Ils contribuent à plus de 60% de l'aide totale que le pays reçoit par an.

6°) la part de la France dans l'aide totale au Mali :

A partir des sous titres précédents nous pouvons nous faire une idée de la place de l'aide de la France par rapport au total que le pays reçoit chaque année. Le tableau suivant montre la part en pourcentage de la France au Mali.

Tableau 6: Part de la France dans l'APD totale au Mali

Période

2002

2003

2004

2005

2006

Aide totale au Mali

466

543

568

699

825

Aide de la France au Mali

64

70

82

90

82

Part de la France (en %) dans l'aide totale au Mali

14

13

14

13

10

Source : à partir des données du CAD en 2007

La représentation dans un repère, du tableau nous montre plus clairement la part de la France dans l'APD totale du pays avec son taux d'aide dans le total.

Graphique 5 :

Le graphique 5, comme on l'a énoncé avant nous, donne la photo de l'aide publique extérieure que le Mali a reçue de (2002 à 2006). Il nous montre la croissance de l'aide totale que le Mali a reçue, de celle de la France et de la part de la France dans l'aide globale.

* 6 Organisation de coordination des politiques et d'études économiques entre les pays développés qui ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché. En 2007, l'OCDE comptait 30 pays membres.

* 7 Institution financière spécialisée, l'AFD est l'opérateur pivot de la coopération française pour le développement. A ce titre, elle contribue à la réduction de la pauvreté, au soutien à la croissance économique et à la préservation de l'environnement.

* 8 Rapport du CAD 2007

* 9 Organe de l'OCDE chargé des questions de coopération avec les pays en voie de développement.

* 10 « Investissements directs étrangers, investissements de portefeuille, crédits à l'exportation »

* 11 « les recettes d'APD correspondant au total des apports nets d'APD des pays membres du CAD, des organismes multilatéraux et des pays non membres du CAD ».

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.