WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problematique de la promiscuite de logement et son impact sur la population du quartier mapendo dans la ville de goma en Republique Democratique du Congo (rdc)

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel Kyamusoke Boaruzima
Université ouverte campus de goma /nord kivu en rdc - licence en santé publique 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAP. I. PRESENTATION DU MILIEU D'ETUDE

I.1. PRESENTATION DE LA VILLE DE GOMA

I.1.1. Historique de la ville de Goma.

Traditionnellement, le terme Goma est la déformation du mot « NGOMA » qui signifie en swahili tambour. Ce mot résulterait en référence du bruit assimilable au son du tambour provoqué par l'éruption volcanique.

C'est ainsi qu'en mémoire de ce bruit , le premier village implanté fut surnommé « ngoma » .selon cette légende l'on a tendance à affirmer qu'après l'éruption volcanique primitive, ce village aurait disparu et ses habitants se seraient dispersés et ont érigé trois nouveaux villages à savoir :

- Mungoma actuel Goma

- Matcha, la cité de Kave

- Muni, le village de Munigi

Vers les années 1.900, Goma a eu des contacts avec les colonisateurs, en 1906, fut fondé le poste de Goma en face de celui de Gisenyi et devrait jouer d'abord le rôle d'une cité militaire puis plus tard, était transformé en office d'état civil.

Dans les mêmes perspectives vers 1930 son site actuel correspondait aux camps des travailleurs du chemin de fer d'état (CFE). Ces camps auraient été initialement établis au bord du lac Kivu vers l'Est du site.

A l'époque, Goma était le point de l'aboutissement de réseau du Vici-goma et servait de port pour transbordement des produits agricoles et matériaux de constructions en provenance ou en destination de Bukavu

En 1945, Goma fonctionne comme poste d'Etat en dépendance du territoire de Rutshuru. Apres cette période, ce poste fut une entité autonome détachée de la juridiction de Rutshuru, par la suite Goma grandissait rapidement avec une population de 1.000 habitants en 1948.

Il sera déjà identifié comme petit centre actif capable d'abriter les services d'un parquet de grande instance et d'autres éléments marquants.6(*)

C'est ainsi que le décret du 8 septembre 1945 donna à la ville de Goma, le statut du centre extra coutumier avec une population estimée à 8.600 habitants.

Les années 1950, en revêtement un sens particulier pour la ville de Goma. en 1951, cette entité a été élevée à la fois au niveau du territoire et du chef lieu du district du Nord - Kivu

Le fait de reconnaître le Nord Kivu comme district trouvait sa raison d'être dans le rôle économique combien important reconnu à Goma en 1950. A cela il fut ajouter l'arrivée des colons vers les années 1945 à 1950 dans l'Exe Kivu et l'extension de l'exploitation minière dans le Nord Kivu.

Mbila Wabenya7(*)

Ces facteurs ont conduit aux mouvements en faveur de la dislocation administrative entre les deux centres du territoire de Goma et de Rutshuru.

Le 14 Août 1962, Goma devint le chef lieu de la province du Nord Kivu, avec comme premier Gouverneur feu MOLEY Bénezet. Mais suite à la contestation des territoires de Goma et de Rutshuru, les organes délibérants et exécutifs fonctionnèrent à Kirotshe puis à Saké ; Denis PALUKU assuma alors l'intérim du gouverneur à l'absence du titulaire et deviendra plus trad. gouverneur en 1965.

Le 25 décembre 1966, le nord Kivu est encore redevenu district quand fut le retour aux anciennes provinces et district avant le referendum constitutionnel de juin 1967.

le Nord Kivu est élevé au rang de la région test par ordonnance loi n° 88-031 du juillet 1988 et après le découpage de la région du Kivu en trois provinces autonomes.

Son Chef lieu est la ville de Goma est une entité administrative décentralisée son autorité fonctionne deux communes et Karisimbi comprenant 18 quartiers au total.

Ces deux communes sont séparées par la grand-route qui mène Goma vers Saké. La première occupe la partie sud de la ville ainsi que quelques parties de l'Est et Ouest.

Elle abrite presque la totalité des affaires politiques et administratives, limité au sud par le lac Kivu, à l'est par la république Rwandaise, au Nord par la commune de Karisimbi et à l'ouest par le territoire de Masisi avec comme superficie de 33.245 km2, Katindo gauche, Himbi et Mapendo subdivisés à leurs tour en 24 cellules et 125 avenues.

Tandis que le deuxième, s'étend sur une superficie de 33.372 km2 de l'aéroport international de Goma ; il est essentiellement résidentiel avec peu des boutiques et magasin, la communes compte en son sein 11 quartiers à savoir : Murara, Ndosho, Virunga ; Bujovu, Mugunga, Kasika, Mabanga nord, Mabanga sud, Majengo, Katoyi, et Kahembe subdivisé aussi en 39 cellules et 209 avenues.

Ses limites géographiques se situent à la l'extrémité sud du territoire de Masisi et à l'est par la République Rwandaise.

Autre cette subdivision administrative, l'article 5 de l'ordonnance n° 89-127 du 22 mai 1989 fixant le nombre, la dénomination des communes de la ville de Goma ainsi que leurs quartiers.

* 6 Mbila Wabenya, connaissance, attitude et pratique des jeunes femmes de la ville de Goma sur la panification familiale. Mémoire inédite/U.O 2007-2008 ; Pg 12

* 7 MBILA WA BENYA, Op.cit. p.23

précédent sommaire suivant