WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Transmission des variations du taux de change sur les prix à la consommation: le cas de la tunisi

( Télécharger le fichier original )
par Refk Selmi
Jendouba - DEA 2007
  

sommaire suivant

Introduction

Introduction

Les débats relatifs de la transmission des fluctuations du taux de change sur les prix à la consommation ne sont pas récents.

Cette transmission est équivalente à l'impact de la politique de change adoptée sur l'inflation.

Le climat de forte inflation qui existait a amené les autorités monétaires à se soucier des effets possibles des variations du cours de la monnaie sur les prix à la consommation.

En particulier, elles s'inquiétaient de la formation possible d'un cercle vicieux en vertu duquel une forte dépréciation alimenterait les prix à la consommation et accentuerait les attentes d'une hausse de l'inflation dans l'avenir.

Il ressort des premières études que la répercussion des variations du taux de change sur l'inflation constitue une question qui suscite depuis longtemps un grand intérêt en économie internationale ainsi qu'une attention particulière des théoriciens et des pouvoirs publics.

Bien entendu, l'attention que cette relation reçoit est due aux tensions qu'elle a sur les politiques monétaires et de change. Une discussion importante pour la réalisation de ces politiques est d'indiquer le degré en lequel les variations du taux de change se transmettent aux prix à la consommation.

Dans le cadre d'une petite économie ouverte adoptant un régime de change flexible, telle que la Tunisie, les économistes s'attendaient à observer une relation étroite entre l'évolution du taux de change et le changement des niveaux d'inflation.

Aujourd'hui, ce sujet ne cesse pas de prendre de l'envergure et l'impact des fluctuations du taux de change sur l'inflation semble évoluer vers une plus grande ambiguïté surtout avec la transition de la Tunisie vers un régime de flottement libre « convertibilité totale ».

Ce mémoire a donc pour principal objectif d'analyser la nature et le sens du lien entre le taux de change effectif nominal et l'indice des prix à la consommation pour le cas de la Tunisie. L'approche retenue consiste à revoir les principales avancées théoriques et empiriques enregistrées sur le sujet au cours des dernières années afin de distinguer des éléments nécessaires pour les analyses à venir.

Introduction

Cet état de fait a suscité des interrogations sur le plan théorique qu'au niveau empirique quant à la relation existante entre ces deux variables :

Comment les variations du taux de change peuvent se transmettre aux prix à la consommation ? Quels sont les facteurs affectant cette transmission ? Quelle est la nature de la relation liant ces deux variables et quelles sont les incidences majeures de cette dernière? Enfin, quelle est la solution choisie pour faire face à l'impact des réformes lancées vu la transition de la Tunisie vers un régime de flottement libre sur cette répercussion ?

Pour essayer d'apporter quelques éléments de réponse à ces interrogations, nous présentons dans un premier temps une analyse descriptive de la politique de change adoptée en Tunisie en montrant que ce pays est en phase de transition d'un régime de flottement dirigé à un régime de flottement libre et en décrivant les fluctuations de devises majeures du panier de dinar (euro et dollar) ainsi que leurs conséquences. Au niveau de cette partie, on s'intéresse aussi à une analyse de la dynamique et du comportement d'inflation, vu l'importance de ces descriptions pour étudier le point en lequel les fluctuations du taux de change ont comme conséquence un changement des niveaux d'inflation pour mettre ensuite l'accent sur les interactions entre la politique de change suivie et l'inflation.

Toutefois, pour montrer que les performances inflationnistes dépendent de façon cruciale du régime de change en place.

Au niveau du deuxième chapitre et à l'issue des travaux menés par plusieurs théoriciens1(*), nous cherchons à mettre en exergue la primordialité du processus qui décrit comment les changements du taux de change se répercutent sur les prix intérieurs ainsi que la relation inverse.

Plus important, l'impact de la politique de change suivie sur l'inflation est tributaire des objectifs et des caractéristiques considérées de l'économie d'un pays.

Nous examinons, tout d'abord, les étapes de réalisation de ce processus dans un contexte qui tient compte des facteurs affectant cette transmission ainsi que les incidences des variations du taux de change sur les prix à la consommation.

Introduction

Puis, nous montrons que la prise en compte de ces facteurs et ces conséquences ne suffit pas pour décrire d'une façon adéquate et précise le phénomène de transmission. Il faut aussi mettre en évidence la nécessité des implications que ce processus a sur la politique monétaire, surtout avec l'instauration des nouvelles réformes puisque la Tunisie se prépare à une transition vers un régime de flottement libre, on s'intéresse ici aux implications dues à une atténuation (diminution) du degré de transmission.

En nous basant sur ces définitions et identifications de la relation entre le taux de change et l'inflation, nous constatons qu'il est impératif et essentiellement pour tout pays de contrôler l'inflation en assouplirant le taux de change et en s'orientant vers un cadre de ciblage de l'inflation pour préserver la stabilité des prix et donc une situation économique favorable.

Dans ce cas de figure, il serait intéressant de voir dans quelle mesure les autorités monétaires (la banque centrale) pourraient profiter des informations fournies sur l'évolution de l'inflation suite à des variations du taux de change effectif nominal et la relation réciproque pour déterminer leurs propres politiques monétaire et de change, ce qui amène à renforcer l'importance d'analyser le processus de répercussion pour la Tunisie ainsi que pour d'autres pays en voie de développement.

Quelques conclusions et recommandations termineront cette partie d'étude.

Une fois ces interactions identifiées, nous établirons une analyse économétrique afin d'évaluer dans quelle mesure le taux de change effectif nominal constitue un facteur explicatif de l'inflation et inversement, on prend ainsi en compte l'éventualité d'une relation de causalité basée sur un test de causalité de Granger portant sur le cas de la Tunisie et qui permet ainsi de vérifier l'impact des variations du taux de change effectif nominal sur les prix à la consommation et réciproquement.

Nous nous interrogerons ici en particulier sur la nature, le sens et l'intensité de la relation entre le taux de change effectif nominal, l'indice des prix à la consommation (désigné simplement inflation locale) en faisant la part des autres variables macroéconomiques.

* 1 Plusieurs théoriciens ont choisi le processus de transmission des variations de taux de change sur les prix à la consommation une question particulière de leurs travaux tels que Taylor (2000), Devreux (2001), Devreux et Yetman (2003), Campa et Goldberg (2004) et Khundrakpam (2007).

sommaire suivant