WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'univers techno de la teuf : entre marginalité et post-modernité

( Télécharger le fichier original )
par Noémie Lequet
Université Victor Segalen Bordeaux 2 - Maîtrise de sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

La techno hardcore que les membres de la Spiral Tribe avaient importé en France a évolué vers une polarité entre, d'une part, une voie reconnue et accepté par la société mais ayant perdu, pour les adeptes des free-parties, sa plus value revendicatrice et d'autre part, une voie marginalisée et invisible, défendant une esthétique hardcore et des valeurs perçues comme oubliés par la société.

Malgré ce qu'amène à penser cette esthétique pour l'observateur extérieur, les free-parties ne sont pas des lieux où les teufeurs sont seuls au milieu d'une foule. Les interactions entre les individus existent bel et bien, même si elles ne prennent pas des formes habituelles et reconnaissables. Mais la fusion totale, recherchée par les ravers, n'apparaît pas réellement possible. Parmi une foule de semblables appréciant la même musique au même moment, l'individu existe toujours. Cependant, le sentiment de fusion vécu par les teufeurs est présent, et c'est bien là ce qu'il faut retenir. En effet, lorsque l'on cherche à comprendre le comportement des acteurs, c'est bien plus le sens que ceux-ci donnent à leurs agissements que leurs sens réels qui importe.

Les parcours des teufeurs à l'intérieur de cet univers ne sont pas prédéfinis, ils sont aussi divers que possible. En effet, plusieurs voies d'entrée existent, notamment la musique, les amis ou la drogue. Bien sûr, il est très rare qu'un seul de ces facteurs soit déterminant. Ainsi, chaque teufeur est allé à sa première teuf du fait d'une association de causes, et non d'une seule. Ces chemins empruntés définissent en partie, ou du moins influencent, le parcours du teufeur à l'intérieur de cet univers. Chacun cherche, d'une manière plus ou moins poussée, à se différencier à l'intérieur de cette foule de teufeur. Ils sont teufeurs, mais ils sont et cherchent avant tout à être eux-mêmes.

Finalement, l'existence de cette culture aux marges de la société peut être comprise comme une conséquence de phénomènes macro-sociaux liés à la politique. En effet, malgré une apparente a-politisation de cet univers, les teufeurs semblent avoir quelques revendications et surtout partager un ensemble de valeurs et de critiques envers la société. Ainsi, les free-parties et le mode de vie les accompagnant peut-il s'expliquer par le sentiment d'une rupture du contrat social. L'Etat, n'utilisant plus sa violence dans le seul but d'assurer leur sécurité, les teufeurs préfèrent créer des Zones Autonomes Temporaires au sein desquelles ils retrouvent la liberté de l'état de nature. Cela les amène à revivre (ou du moins à

chercher à revivre) des états fusionnels et communautaires considérés comme liés à cet état de nature et à un mode de vie plus primitif que celui que propose la société.

Finalement, au vu de ces conclusions, on peut être amené à se demander s'il s'agit d'un épiphénomène qui ne durera pas ou d'une nouvelle forme de penser, de la recherche d'une nouvelle manière de vivre ensemble qui pourrait être annonciatrice d'évolutions futures.

REFERENCES

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net