WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'univers techno de la teuf : entre marginalité et post-modernité

( Télécharger le fichier original )
par Noémie Lequet
Université Victor Segalen Bordeaux 2 - Maîtrise de sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV- Dimension politique

Il s'agit ici de comprendre en quoi cette virulente critique est fondatrice du mouvement tant elle en explique la création et les formes qu'il prend.

1- Zone Autonome Temporaire

La Zone Autonome Temporaire (ou ZAT ou TAZ, Temporary Autonomous Zone) est une notion développée par Hakim Bey, écrivain politique se réclamant de l'« anarchisme ontologique ». Ses écrits, bien qu'ils ne parlent pas directement des free-parties, peuvent être considérés comme partiellement explicatifs du phénomène. En effet, même s'il se refuse à donner une définition claire de la zone autonome temporaire, il la décrit comme étant une « insurrection sans engagement direct contre l'Etat, une opération de guérilla qui libère une zone (de terrain, de temps, d'imagination), puis se dissout, avant que l'Etat ne l'écrase, pour se reformer ailleurs dans le temps ou l'espace. » (Bey, 1991).

Une free-party peut être considérée à bien des égards comme l'une de ces zones autonomes temporaires décrites par Bey. On avait déjà noté le caractère éphémère et répétitif de celles-ci. Lorsque la Spiral Tribe voulait que la musique ne s'arrête jamais, elle souhaitait

finalement que jamais il ne cesse d'exister des TAZ techno. D'ailleurs, lorsque Bey prend pour exemple de zone autonome temporaire les festivals de musique, il entrevoit déjà la revendication première de ce genre d'événements : « "Se battre pour le droit à la fête" n'est pas une parodie de la lutte radicale, mais une nouvelle manifestation de celle-ci, en accord avec une époque » (Bey, 1991).

2- Rupture du contrat social

On l'a vu plus haut, les teufeurs remettent en question un certain nombre des aspects de la société telle qu'elle est. Pour trouver une explication, il faut en revenir aux fondements de celle-ci dictés par Thomas Hobbes. En effet, pour Lionel Pourtau, « on ne peut comprendre le développement de ces pratiques sociales qu'en questionnant l'incapacité grandissante du contrat social à faire accepter a priori un ordre social homogène et cohérent » (2005).

Pour Thomas Hobbes, le contrat social entre les hommes est né du constat que, dans l'état de nature, l'homme subit « la guerre de tous contre tous ». Ainsi, la nécessité de préservation de la sécurité de chacun appelle à la création d'un contrat entre les hommes. Par celui-ci, ils reconnaissent à l'Etat le monopole de la violence et lui confient leurs libertés. Les hommes ont donc choisi la sécurité en échange d'une part de leur liberté.

Cependant, le contrat ne peut fonctionner que tant que les hommes lui reconnaissent une certaine légitimité. En effet, si l'Etat, par ses agissements (une violence qui sortirai du cadre de la protection), va à l'encontre de la sécurité de chacun qui était au fondement du contrat social, alors il en devient caduque.

Pour Pourtau, les teufeurs considéreraient justement que l'Etat a rompu le contrat en devenant une menace plus qu'une protection. Par là, ils retrouvent leur liberté et font secessio plebis. Plutôt que d'affronter l'ennemi qu'est devenu l'Etat, ils agissent à ses marges, invisibles. Ainsi, « la ZAT est une expression de la prise de conscience de l'impossibilité d'une révolution sociale » (Pourtau, 2005). Déjà, Hakim Bey insistait sur le fait que l'invisibilité est l'une des principales forces d'une Temporary Autonomous Zone. En effet, « pourquoi se soucier d'affronter un "pouvoir" qui a perdu toute signification et qui n'est plus que pure simulation ? » (Bey, 1991).

3- Retour au mécanique

Cette rupture du pacte hobbesien dans les zones autonomes temporaires techno peut être un élément explicateur des phénomènes qui s'y produisent. En effet, nous avions vu dans la deuxième partie que le mouvement technoïste est animé d'une recherche du sentiment de fusion communautaire.

Ainsi, l'annulation du contrat social peut amener les teufeurs à rechercher « un mode de vie jugé plus primitif, plus authentique » (Pourtau, 2005). Les anciennes solidarités, celles que Durkheim décrivait comme caractéristiques d'une société traditionnelle - en tant qu'elles sont liées au regroupement des individus en communautés de semblables, apparaissent alors comme le meilleur moyen de se détourner de Léviathan et de rejoindre, en tribus, Behémoth.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net