WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Violences en milieux urbains au Togo: cas de Lomé

( Télécharger le fichier original )
par Pihèwa KAROUE
Université de Lomé - Maà®trise 2011
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

Au terme de cette étude sur les violences urbaines dans la ville de Lomé, il convient d'en rappeler brièvement l'enjeu et le mode de réalisation.

En effet, l'objectif central de la recherche était de pouvoir donner une explication sociale des violences urbaines dans la ville de Lomé. Le questionnaire soumis aux prisonniers auteurs des actes que nous avons choisis d'étudier nous a permis de recueillir des informations sur leur histoire personnelle et leur conditions sociales pré -détention. Nous avons ainsi pu établir des lignes explicatives à partir des hypothèses que nous avions émises. Les entretiens avec les commissaires, les juges d'instruction et le régisseur, les recherches documentaires nous ont, en plus, permis de cerner les stratégies élaborées au niveau de ces institutions chargées de faire respecter la loi et de veiller à ce que la sécurité et la justice règnent dans les populations. Elles nous ont aussi permis de lire l'évolution du phénomène à l'aide des procès verbaux archivés au fil des années.

Nous avons ainsi étudié les violences urbaines avec l'hypothèse centrale selon laquelle la source de ce phénomène serait la fragilisation des normes sociales induite par le modernisme et encouragée par l'inefficacité ou l'absence des institutions chargées du contrôle social de la population juvénile. Pour cela, il nous a fallu, en nous référant à la théorie du contrôle social, répondre aux questions de recherche suivantes :

· Les délits des criminels ne seraient-ils pas causés en amont par la défaillance de l'éducation familiale et de la scolarisation?

· La précarité de la vie et le stress quotidien ne seraient-ils pas des facteurs potentiels de violence urbaine?

· Quels peuvent être les impacts de la non-intégration d'un néo citadin dans la ville de Lomé ?

En effet, par cette étude, nous pouvons désormais répondre à ces trois questions, dans une certaine mesure, par l'affirmative ; confirmant ainsi nos hypothèses.

En effet, concernant la défaillance de l'éducation familiale, il s'est avéré que nos enquêtés ayant seulement fait le primaire occupent la plus grande proportion de notre échantillon soit 36.2%. Alors que 51% des enquêtés de notre échantillon ont vécu entre 5 et 10 ans en famille et aurait donc dû être scolarisé au niveau de l'école primaire. Le premier niveau de défaillance est donc la négligence des familles qui ne portent pas assez d'attention à la scolarisation des enfants. Les résultats confirment, par ailleurs, une baisse du niveau de l'enseignement. Seulement 8.6% des enquêtés étaient issus de familles stables du point de vue de la présence active des parents et 3.4% de l'échantillon reconnaissaient avoir eu trop de liberté dans leur jeune âge. A ces cas s'ajoutent tous les autres enquêtés qui étaient soit orphelins, abandonnés par le papa ou la maman les laissant avec un conjoint. Des fois, ils sont même abandonnés par les deux parents. C'est bien là que commence les violences urbaines, quand on n'a pas été éduqué comme il se doit aux valeurs morales indispensables pour pouvoir résister aux attraits trompeurs des villes. L'importance de la famille dans l'explication des violences urbaines devient, dès lors, irrécusable. D'autre part, il serait important que l'éducation scolaire devienne une éducation à la vie puisqu'il y a une marge non-négligeable d'individus ayant fréquenté mais n'étant pas dépouillés d'actes violents

La seconde hypothèse aussi s'est vue confirmée avec un bémol dû au paysage urbain de Lomé. Il est en effet, assez difficile de percevoir avec exactitude les contours de la ségrégation spatiale dans une ville aussi étendue et complexe que Lomé, notamment en raison de la partielle généralisation de la pauvreté pouvant rendre possible l'organisation d'un gang dans n'importe quel quartier de la capitale. Cependant, une grande partie de nos enquêtés (plus de 80%) (Conf. Tableau VIII) venaient des quartiers de banlieue. La plupart d'entre eux (31 %) ne pouvait pas exercer le métier qu'ils avaient appris - une bonne proportion (29.3%) n'ayant d'ailleurs aucune qualification - . Beaucoup d'entre eux (plus de 55%) gagnaient un salaire insuffisant à couvrir leurs propres besoins ainsi que dans de nombreux cas (60%), ceux de leur famille. Nous pouvons donc retenir que la précarité et le stress quotidien pour trouver des moyens de subsistance, souvent incertains et fragiles, sont des facteurs importants de violences urbaines ; et que ces facteurs se retrouvent, dans une importante proportion, dans les quartiers de banlieue.

A priori, le chômage était un facteur explicatif des violences urbaines. Cependant, si le chômage implique une qualification en attente d'emploi, l'analyse nous permet d'affirmer que, dans la ville de Lomé, les violences urbaines restent relativement non-associables- au chômage puisque plus de 95% des détenus n'ont pas atteint le lycée, et n'ont donc pas de qualification professionnelle.

La question de la non-intégration des néo citadins comme facteur de violences urbaines s'est faite très explicite à partir des résultats obtenus. La proportion des détenus ayant quitté leur village sans qualification à la recherche de l'emploi est, en effet, déterminante. 86.2% des enquêtés étaient dans ce cas. Nos questions nous ont permis, par ailleurs, de découvrir que malgré l'apprentissage d'un métier, bon nombre de ces détenus (70.7%) étaient néanmoins victimes des assauts de leurs pairs délinquants organisés. Des questions plus étendues ont permis de s'apercevoir que ces groupes étaient les premiers à les accueillir. Certains, sous la pression des proches parents, ont cependant pu commencer un apprentissage; cela ne les pas empêché pour autant de conserver ces mauvaises compagnies. La plupart de nos enquêtés n'arrive donc pas à s'intégrer, ni au niveau du travail, ni au niveau de la mentalité citadine (en résistant aux aspects trompeurs qui y sont présents)...déracinés à tous les niveaux, marginalisés par les autres citadins, ils sont donc plus vulnérables aux mauvaises influences qu'ils ne manqueront pas de trouver sur leur chemin. De plus, le rejet et la marginalisation vont les pousser à se retrouver entre eux, créant ainsi des foyers potentiels de violences urbaines.

En sommes, cette recherche nous a permis d'appréhender les causes des violences urbaines dans la ville de Lomé et de porter sur elles un jugement sociologique. Ainsi, en joignant les parcours et les conditions sociales des détenus, nous avons pu construire un cercle de causalité des violences urbaines dans la ville de Lomé. Ce cercle permet de comprendre la genèse, les causes fondamentales et concrètes des délits commis par les jeunes en passant du contexte familial à la vie personnelle. En prenant acte des défaillances relevées à tous les niveaux de ce cercle, il nous revient de faire des propositions en vue d'éviter dans un futur proche ou lointain, la perpétration, du moins régulière, des actes de violence urbaine dans notre capitale.

Il conviendrait donc de s'interroger sur : la réinsertion des prisonniers, le suivit des membres de leurs famille respectives et des relations sociales entretenues par les forces armées avec les civils dans les recherches futur. Etant donné que celles-ci ont une place prépondérante dans la gestion des problèmes de sécurité dans nos sociétés actuelles.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1.Aboubakar, I., Les violences en milieu scolaire : conflit entre enseignants et apprenants dans les établissements secondaires- étude faite au CEG et au lycée franco-arabe de Niamey au Niger, mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, novembre 2006. 2.Ajavon, A., Les causes sociales de la délinquance juvénile en milieu urbain : cas de Lomé commune, Mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, 2008.

3. Ali, F., La violence physique en milieu conjugale et son impact sur l'activité économique de la femme : cas de Lomé commune, Mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, Juin 2009.

4. Baker, B., Bulletin de la sécurité africaine, N°7, une publication du centre d'études stratégiques de l'Afrique septembre 2010.

5. Bourdieu, P. et Passeron, J-C., Les héritiers, Paris, Editions de minuit, 1966. 6.Cazeneuve, J., Dix grandes notions de sociologie, Paris, PUF, 2005.

7. Copans, J. et al, La longue marche de la modernité, Karthala, 1998.

8. Dao Dao, M., Analyse de la délinquance féminine en milieu urbain : cas du vol à Lomé, Mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, Décembre 2004.

9. Depaule, J-C. et al, Les mots de la stigmatisation urbaine, Paris, UNESCO, 2006. 10. Durkheim, E., Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1968.

11. Fenech, G., Tolérance zéro, Paris, Grasset, 2001.

12. Férréol, G., Dictionnaire de sociologie, Paris, Armand colin, 2004.

13. Fischer, G-N. et al. Psychologie des violences sociales, Dunod, France, 2003.

14. Gervais-Lambony, P., De Lomé à Harare : le fait citadin, Paris, KARTHALA, 1994.

15. Giraud., F., Lexique de Sociologie, Paris, DALLOZ, 2007.

16. Grawitz, M., Méthode des sciences sociales 11e édition, Paris, DALLOZ, 2005.

17. Javeau, C., Leçons de sociologie, Paris, Armand Colin, 2007.

18. Kanda, E, L a recrudescence de des accidents de la route et leurs impacts socioéconomiques sur la population de Lomé, Mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, Décembre 2006,

19. Lebailly, P., La violence des jeunes, Paris, ASH, 2002.

20. Le Guennec, N., Des quartiers en panne de médiations sociale, ASH, N° 2070, 8 mai 1998.

21. Maryse, E-H., La bande, le risque et l'accident, Paris, L'Harmattan, 1997.

22. Michaud, Y., La violence apprivoisée, Paris, Hachette, 1996.

23.N'da, P., Méthodologie de la recherche de la problématique à la discussion des résultats, Abidjan, EDUCI, 2006.

24. Pedrazzini, Y., violence des villes, Paris, Cérès production, 2005.

25. Pérouse de Montclos, M., Violence et sécurité urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria, Paris, L'Harmattan, 1997.

26. Picca, G., La criminologie, Paris, Hachette, 1996.

27. Quivy, R. et Van Campenhoudt, L., Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 2003.

28. Rapport mondial sur la violence et la sante, OMS, Genève, 2002.

29. Rocher, G., Changement social, Paris, Dunod, 2002.

30. Rocher, G., Introduction à la Sociologie Générale, Paris, Seuil, 2003.

31. Roché, S. et al. En quête de sécurité, Paris, Armand Colin, 2003.

32. Roché, S., Sociologie politique de l'insécurité, Paris, PUF, 1998.

33. Tuh, K., La cybercriminalité dans les zones urbaines : cas de la ville de Lomé commune, Mémoire de maîtrise en Sociologie, Université de Lomé, Juillet 2009.


REFERENCES ELECTRONIQUES

1. Durkheim, É., Les règles de la méthode sociologique, Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca

Site web: http://pages.infinit.net/sociojmt Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web:

2. Jacky B. et Mirjam De Bruijn, «Violences structurelles et violences systémiques. La violence ordinaire des rapports sociaux en Afrique», Le bulletin de l'APAD, n° 27-28, Violences sociales et exclusions. Le développement social de l'Afrique en question, [En

3.Nicolas C., « Les criminels des universitaires », Champ pénal, nouvelle revue internationale de criminologie, Vol. III | 2006.., Consulté le 13 juillet 2010. URL : http://champpenal.revues.org/528

ligne], mis en ligne le : 20 juin 2008. URL : http://apad.revues.org/document3673.html. Consulté le 6 juillet 2010

http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

4. « http://fr.wikipedia.org/wiki/Violences_urbaines »

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I : Répartition des enquêtés par sexe

Tableau II : Répartition des enquêtés par la situation matrimoniale

Tableau III : Répartition des enquêtés par âge

Tableau IV : Répartition des enquêtés par le niveau d'instruction

Tableau V : Répartition des enquêté par le métier appris

Tableau VI : Répartition des enquêtés selon l'exercice du métier appris

Tableau VII : Répartition des enquêtés par activité exercée

Tableau VIII : Répartition des enquêtés par quartier de provenance

Tableau IX : Répartition des enquêtés selon la nationalité

Tableau X : Répartition des enquêtés selon le revenu mensuel

Tableau XI : Répartition des enquêtés selon le temps déjà passé en prison

Tableau XII : Répartition des enquêtés selon la durée de vie à Lomé

Tableau XIII : Répartition des enquêtés selon leur condition de vie à Lomé

Tableau XIV : Répartition des enquêtés selon la durée de vie en famille

Tableau XV : Répartition des enquêtés selon la raison de l'exode vers Lomé

Tableau XVI : Répartition des enquêtés selon la profession des parents

Tableau XVII : Répartition des enquêtés selon le lieu de résidence des parents

Tableau XVIII : Répartition des enquêtés selon la cohabitation ou non avec les parents avant l'échéance

Tableau XIX : Répartition des enquêtés selon le cadre de vie à Lomé

Tableau XX : Répartition des enquêtés selon les conditions familiales dans lesquels ils

ont vécu dès l'enfance

Tableau XXI : Répartition des enquêtés selon le responsable de la charge de leurs

Besoins

Tableau XXII : Répartition des enquêtés selon les délits commis

Tableau XXIII : Répartition des enquêtés selon leur jugement sur l'accusation qui leur sont porté

Tableau XXIV : Répartition des enquêtés selon les conditions dans lesquels ont été commis les délits

Tableau XXV : Répartition des enquêtés selon le nombre d'opérants

Tableau XXVI : Répartition des enquêtés selon l'usage ou non d'arme

Tableau XXVII : Répartition des enquêtés selon la cause de leur acte

Tableau XXVIII : Répartition des enquêtés selon le type d'arme utilisé

Tableau XXIX : Répartition des enquêtés selon la condition d'acquisition de l'arme

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net