WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de l'évolution des recettes de services issues des secteurs Education et Santé au Cameroun de 2003 à  2008 et prévisions à  court terme

( Télécharger le fichier original )
par Hyacinthe KANKEU TCHEWONPI
Institut sous-régional de statistique et d'économie appliquée de Yaoundé - Ingénieur d'application de la statistique 2009
  

précédent sommaire suivant

RESUME

Bon nombre d'Etats africains comptent essentiellement sur les recettes fiscales pour financer leur budget et c'est également le cas au Cameroun. Cependant, dans la perspective de la signature des Accords de Partenariat Economique avec l'Union Européenne, on s'attend à une chute drastique des recettes liées aux droits de douanes, tandis que le ralentissement des activités des entreprises locales dû à la crise financière et économique entrainera à coup sûr une baisse des recettes générées par la fiscalité interne. De ce fait, il devient impératif pour tout Etat de mobiliser les autres types de ressources dont il dispose. Les recettes de services qui sont de natures diverses et qui semblent être moins sensibles aux chocs extérieurs, présentent ainsi un intérêt particulier. Pour mieux saisir l'évolution de ces recettes et en faire un bon suivi, il est judicieux de les analyser secteur par secteur. Dans le cadre de ce travail, nous nous sommes intéressés aux recettes de services générées par les secteurs santé et éducation. Des analyses réalisées, il ressort principalement que :

· ces deux secteurs mis ensemble, ont fourni à l'Etat camerounais en moyenne 64,86% (c'est-à-dire plus de la moitié) du total des recettes de services hors recettes des domaines sur la période considérée ;

· chaque année, le secteur éducation a généré en moyenne 14,552 milliards de FCFA, contre seulement 8,383 milliards de FCFA pour le secteur santé ;

· l'évolution des effectifs d'élèves dans les établissements publics et du nombre d'inscrits à certains examens et concours corrobore celle des recettes de services dans le secteur éducation, sauf pour l'année 2008. De même, dans le secteur santé, l'évolution des recettes va dans le même sens que celle du nombre de formations hospitalières publiques, notamment des CSI ;

· le modèle de prévision retenu pour les recettes mensuelles du secteur permet de prédire que les recettes du secteur santé pourraient s'élever à 8 129 770 900 FCFA pour l'année 2009, ce qui représente une baisse de 10,17% par rapport à 2008.

INTRODUCTION

L'Etat du Cameroun, à l'instar de la plupart des pays d'Afrique sub-saharienne, tire l'essentiel de ses ressources budgétaires propres de la fiscalité. L'avancée des négociations en vue de la signature des Accords de Partenariat Economique (APE) avec l'Union Européenne et l'impact de la crise financière et économique mondiale sur certains secteurs de l'économie réelle, sont de nature à remettre en cause la pérennité et le niveau de ces recettes. En effet, dans la perspective de la signature des APE, les pays africains et donc le Cameroun, verront certainement leurs recettes douanières (fiscalité de porte) chuter et même s'amenuiser, puisque le volume des échanges avec l'Europe est assez important. D'un autre côté, le ralentissement de l'économie nationale dû à la crise financière, est particulièrement marqué dans le secteur privé, avec des filières telles que celle du bois, qui ont subit et subissent même encore les effets néfastes de cette crise, avec notamment la baisse des exportations. Ceci a pour conséquence directe, la réduction de l'assiette fiscale, du fait de la fermeture de nombreuses entreprises et des licenciements qui vont avec. En outre, l'inévitable épuisement des ressources naturelles telles que le pétrole et la non maîtrise de leurs prix sur les marchés internationaux, remettent en cause la pérennité des recettes qu'elles procurent.

Il est donc nécessaire pour l'Etat, de mobiliser d'autres types de ressources, afin de s'assurer un fonctionnement optimal et de mener à bien ses projets d'investissements. Les recettes de services apparaissent alors comme une alternative non négligeable, puisqu'elles sont diversifiées, sont liées à l'évolution de la population et sont moins sujettes aux chocs extérieurs. Un suivi efficace des régies de ces recettes de services passe par une maîtrise de leur comportement dans chaque secteur.

C'est dans cette optique que dans le cadre de notre stage académique à la Division de la Préparation du Budget, nous avons planché sur l'évolution des recettes de services générées dans les secteurs éducation et santé, tout en formulant des propositions pour améliorer le cadre de leur suivi. Ainsi, il sera question pour chacun de ces secteurs sociaux, de caractériser et d'expliquer autant que faire se peut, les variations observées dans les recettes de services qui en sont issues. Nous nous sommes également proposé de construire un modèle de prévision des recettes de santé, afin de fournir un instrument concret d'anticipation de l'évolution des recettes de services dans ce secteur. Nous allons au préalable présenter la structure dans laquelle nous avons effectué notre stage, ainsi que le cadre conceptuel et méthodologique de l'étude, à travers une brève présentation de la nomenclature budgétaire des recettes et des deux secteurs étudiés.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.