WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'amélioration génétique du cacaoyer. Des ressources génétiques forestières aux variétés cultivées

( Télécharger le fichier original )
par Philippe LACHENAUD
Université Montpellier II - Habilitation à  diriger des recherches 2010
  

précédent sommaire suivant

V Le projet de recherches

Diversité des cacaoyers spontanés de Guyane. Utilisation dans la lutte contre les bioagresseurs.

5.1 - Objectifs

Le projet a pour objectif principal d'enrichir les connaissances sur la diversité d'une plante pérenne tropicale de grande importance économique, le cacaoyer (Theobroma cacao L.) dans le but de mieux lutter contre les maladies. Il vise à obtenir des clones de cacaoyers spontanés de Guyane utilisables dans la création de variétés durablement résistantes. Le matériel génétique spontané guyanais présent dans la collection du Cirad à Sinnamary en Guyane sera évalué exhaustivement pour sa résistance à trois des principales maladies du cacaoyer (les pourritures à Phytophthora spp., le balai-de-sorcière dû à Moniliophthora perniciosa et le "mal de machete", dû à Ceratocystis fimbriata 3), domaine où des résultats prometteurs ont déjà été acquis. L'ensemble des clones sera également caractérisé pour la résistance du cortex des cabosses à la pénétration, facteur de la résistance au (( Cocoa Pod Borer » (Conopomorpha cramerella), important ravageur des cabosses du sud - est asiatique qui étend actuellement son aire de dispersion.

A l'aide des résultats obtenus, et de ceux déjà acquis en caractérisation morphologique et en évaluation agronomique, des clones pourront être proposés aux sélectionneurs et chercheurs en amélioration du cacaoyer, afin qu'ils puissent les intégrer dans leurs programmes d'amélioration nationaux, pour lutter contre les bioagresseurs présents chez eux. Ils pourront aussi intégrer dans leurs futures variétés des gènes de résistance pour une (( amélioration préventive » (cas de la résistance aux maladies américaines du cacaoyer, balai-de-sorcière et moniliose, à intégrer dans les variétés cultivées en Afrique ou en Asie, par exemple).

D'autre part, l'intérêt des cacaoyers spontanés de Guyane ne se limite pas à être des sources de résistance génétique à divers bioagresseurs, utilisables en lutte génétique. Ils pourraient également héberger des communautés de champignons endophytes, comme c'est le cas dans d'autres zones d'origine, utiles en lutte biologique. Il s'agit là d'un domaine nouveau, totalement inconnu en ce qui concerne ces cacaoyers. Ces associations d'endophytes, perdues ( ?) avec la domestication, pourraient, après restauration en culture, participer à la protection du cacaoyer vis-à-vis des maladies citées.

précédent sommaire suivant