WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Automatisation du secteur bancaire et sécurisation des transactions: de la monnaie fiduciaire à  la monnaie électronique

( Télécharger le fichier original )
par Naima A.
INSAG - Ingénieur commercial. 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Abréviations:

ADSL: Asymmetric Digital Subscriber Line.

BADR : Banque de l'Agriculture et du Développement Rural.

BDL : Banque de Développement Local.

BEA : Banque extérieure d'Algérie.

BIN: Bank Identification Number.

BNA : Banque Nationale d'Algérie.

BNP : Banque Nationale de Paris.

CIB : Carte Inter Bancaire.

CNEP : Caisse Nationale d'Epargne et de Prévoyance.

COMI : Comité Monétique Interbancaire.

CPA : Crédit Populaire d'Algérie.

DAB : Distributeur Automatique de Billets.

EEPAD : Etablissement d'Enseignement A Distance.

EMV (Normes): Europay MasterCard Visa

FTP: File Transfer Protocol.

GPRS: General Packet Radio Service.

ISO : International Standardisation Organisation.

PIN : Personal Identification Number.

PME : Porte Monnaie Electronique.

PTT : Postes, Télégraphes et Téléphones.

RIB : Relevé d'Identité Bancaire.

RMI : Réseau Monétique Interbancaire.

RTC : Réseau Téléphonique Commuté.

SATIM : Société d'Automatisation des Transactions Interbancaires & Monétique.

TPE : Terminal de Paiement Electronique.

TPV : Terminal Point de Vente.

VSAT : Installateur national de Réseaux de communication par satellite.

L'introduction :

L'économie mondiale a connu de profonds changements ces deux dernières décennies. En effet , depuis quelques années, l'ouverture du marché, l'allégement du contexte réglementaire et la rapidité des changements technologiques ont fait que les entreprises se trouvent à un niveau de concurrence, de complexité et d'incertitude plus élevé qu'avant.

L'Algérie quant à elle, se trouve actuellement dans une situation de transition. Le pays a engagé des réformes favorisant l'ouverture vers une économie de marché comme moyen de régulation de substitution aux mécanismes de la régulation par le plan.

Cette transition s'effectue dans un contexte de globalisation de l'économie mondiale. Dans ce nouveau contexte, l'on assiste à une forte expansion des nouvelles technologies, notamment dans le secteur des services (Informatique, Télécommunications, Internet ...). Grâce à ces avancées technologiques, les transactions économiques sont devenues beaucoup plus faciles et rapides et c'est dû essentiellement au développement du « commerce électronique ». Véritable moteur de cette nouvelle économie, le commerce électronique constitue un remarquable levier de compétitivité pour les entreprises et un nouvel espace pour les consommateurs.

Dans les années à venir, la croissance et la rentabilité des entreprises dépendront très probablement de la capacité à introduire ces nouvelles technologies émergeantes et à adopter les nouvelles méthodes de transactions commerciales.

De ce fait, les banques Algériennes, ont mis un nouveau moyen de paiement, le paiement électronique dit aussi le paiement par carte bancaire, qui certes, ne s'est pas encore globalisé au sein de la population.

Ce moyen de paiement électronique constitue la base du e-commerce, car l'internaute va entrer les informations de sa carte bancaire (en plus d'un mot de passe confidentiel) quand il effectuera un achat sur un site marchand.

Contrastant avec une expansion très rapide et un succès grandissant en Amérique du Nord et en Europe, le commerce électronique est quasi absent dans les pays en voie de développement. Il en est ainsi pour l'Algérie, où le E- commerce ne semble pas trouver un terrain favorable à son développement. Pourtant il serait essentiel pour nos entreprises d'utiliser ce mode d'échange commercial afin qu'elles puissent rivaliser au niveau international.

Cependant, ceux qui empêchent les entreprise algériennes, de franchir véritablement le pas est une question de sécurité et de rentabilité.

C'est pour cela que dans cette étude, je vais m'intéresser particulièrement à ces deux aspects qui sont liés l'un à l'autre et qui constituent la problématique de ce sujet.

Problématique :

· Le commerce électronique assure-t-il plus de sécurité et une importante réduction de risques par rapport au commerce traditionnel ?

· Ce nouveau canal d'échange est-il plus rentable ?

Cette problématique constitue le fondement même de la monétique, dont les éléments sont la circulation de la monnaie et sa protection.

Hypothèse de départ :

Si le commerce électronique a déjà fait ses preuves dans beaucoup de pays, peut-il se frayer un chemin en Algérie ? La population pourra-t-elle accepter ce mode de transaction ? Ce nouveau canal pourra-t-il assurer rapidité, praticité et sécurité pour les banques et les utilisateurs ?

Je tenterai de répondre à chacune de ces questions dans les quatre chapitres constituant mon mémoire de fin d'études.

Enfin, les capacités de gestion des banques pourront-elles assurer la rentabilité du commerce et notamment le paiement électronique.

Si la principale motivation que j'ai de traiter ce sujet est d'abord que je me suis toujours intéressée a tout ce qui touche à internet, notamment quand le paiement électronique peut devenir un paiement en ligne.

Puis, je trouve que ce moyen de paiement est très pratique dans le quotidien car il offre un véritable gain de temps.

Enfin, le dossier paru dans le magazine mensuel N'TIC (celui du mois de Mai 2009), et qui a abordé le thème du e-commerce en Algérie, a suscité beaucoup ma curiosité. Ce dernier était aussi le thème de la 6e édition Salon International sur les Technologies de l'Information tenu les 18, 19 et 20 mai 2009 au Palais de la Culture d'Alger.

Pour ce qui est des banques algériennes, l'intérêt du passage au paiement électronique et ainsi au commerce électronique est aujourd'hui, que par le monde tout est informatisé et tout devient électronique.

C'est aussi un gain de temps et d'argent pour les banques, surtout en ce qui concerne le temps de traitement qui deviendrait court.

De ce fait les banques algériennes n'ont pas d'autres choix que les opérations électroniques pour être compétitives.

L'entretien avec les différents responsables d'entreprises agissants dans ce cadre du commerce électronique notamment la SATIM a été très bénéfique.

En ce qui concerne la méthodologie adoptée, Je disposerai des documents internes à la Satim et d'autres externes afin d'obtenir le maximum d'informations qui pourrait nous éclairer dans ce travail de recherche.

Les documents internes:

ü Documents de travail propres à la Satim.

ü Travaux de recherche des précédent stagiaires.

Les documents externes :

ü Les ouvrages spécialisés.

ü La presse et magazines spécialisés (notamment l'hebdomadaire « El Watan Economie » et le magazine « N'TIC »).

ü Les sites marchands.

ü Recherches documentaires sur internet.

précédent sommaire suivant


















World Family Special Ops of the Day: