WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Automatisation du secteur bancaire et sécurisation des transactions: de la monnaie fiduciaire à  la monnaie électronique


par Naima A.
INSAG - Ingénieur commercial. 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.2) Les lourdeurs du système envisagé et la difficulté d'accès au Net:

Les utilisateurs sont le plus souvent connectés par des modems d'une vitesse moyenne. Les liaisons téléphoniques classiques sont peu limitées ainsi que les lignes numériques sont peu utilisées. Une majorité des serveurs est localisée aux Etats Unis d'Amérique, se qui entraîne un passage obligé par le goulot qu'est la liaison transatlantique.

L'accès à Internet reste quand même difficile en Algérie, et ce malgré les efforts de l'Etat. Cela est dû à plusieurs facteurs. Parmi ces difficultés on citera :

· L'accès à l'Internet est relativement cher : un PC + en modem à partir de 40.000 DA.

· La métrise de l'outil informatique est relativement faible en Algérie.

· La préférence d'autres moyens de communication, en Algérie le téléphone portable demeure comme le moyen le plus utilisé (28 millions d'abonnés, fin2007).

· Un pouvoir d'achat bas, et priorité aux produits alimentaires. Pour un moyen salarié algérien (entre 20000 Da et 35000 Da)19(*), les dépenses sont classées comme suit :

ü 51 % produits alimentaires 

ü 29 % loyer, électricité - gaz, l'eau et autres factures 

ü 17 % pour les vêtements et l'abiment 

ü Et les 3 % restants pour des produits secondaires.

5.3) Les habitudes des consommateurs :

Les habitudes du consommateur algérien constituent un sérieux obstacle au développement du commerce électronique. Elles caractérisées par :

1. L'usage du commerce à proximité et l'habitude de fréquenter un magasin et faire confiance au gérant.

2. Des degrés d'autonomie : aide du commerçant ou contrôle des parents pour les jeunes.

3. Les traditions sociotechniques telles que : relation à la modernité, aisance et confiance dans l'argent numérique notamment, sont quasiment inexistantes.

4. Le degré d'acceptation du risque vis-à-vis de la perte ou du vol de la carte de paiement électronique est très minime.

5.4) Le sentiment psychologique lié à l'argent :

Un grand nombre de personnes en Algérie est encore attaché au ressenti psychologique de l'argent. Etre acteur, faire face à une situation d'achat semble être indispensable. Compter le rendu de monnaie, visualiser les billets et les pièces, leur valeur monétaire, comptabiliser ce que l'on détient dans son porte monnaie, tout cela fait parti des habitudes des Algériens et de leurs actes quotidiens. L'usage de la monnaie sonnante et trébuchante est chargé de symbole difficile à remplacer... preuve en est : donner un billet de 200 Da ou faire un cadeau d'une valeur similaire à son enfant est beaucoup plus représentatif de la valeur réelle de l'argent qu'une carte. L'éducation de l'enfant, dès son plus jeune âge, est faite par rapport à l'argent dans sa matérialité la plus forte.

Actuellement, le taux d'équipement des Algériens en cartes bancaires est de l'ordre de 5 %, c'est un chiffre très bas et c'est l'une des raisons majeures qui laisse dire que le lancement du commerce électronique en Algérie est un projet loin d'être réalisable.

* 19 _ CREAD : Enquête sur les ménages, 2004.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy