WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Caractérisation et état de connaissance du bassin de la grande Sebkha d'Oran

( Télécharger le fichier original )
par Nabila BOUALLA
Université des sciences et de la technologie d'Oran - Licence  2011
  

précédent sommaire suivant

2.3. La partie centrale du bassin :

Allongée suivant une direction SW-NE, est occupée par un épais remplissage alluvial plioquaternaire avec en surface : la Plaine de la M'lèta vers le Sud et la Grande Sebkha d'Oran vers le Nord.

- La Plaine de la M'lèta a été recoupée,(fig. 3) durant les deux dernières décennies, par quelques forages qui on mis en évidence deux à trois niveaux aquifères superposés: la nappe phréatique des alluvions quaternaires, la nappe des grès et sables de l'Astien et localement la nappe des calcaires à algues du Miocène supérieur. De plus, les données de forage confirment le fort taux d'alluvionnement.

La Grande Sebkha d'Oran d'origine tectonique et est apparue à la fin du pliocène (Villafranchien) et au début du quaternaire, époque où dominait dans le Tell Oranais une topographie en Bassins fermés (les deux anticlinaux du Murdjadjo au Nord et le Tessala au Sud).

Elle est bordée vers le Nord, entre Bou Tlèlis et Misserghin, par la Plaine de Bou Yacor et vers le Nord Est par la Plaine du Figuier. Elle est bordée, vers le Sud, par un bourrelet de collines (les Coteaux d'El Hamoul) dominant le lac d'une quarantaine de mètres. Localisée au Sud-Ouest d'Oran, à quelque distance de la zone urbaine, elle présente une topographie apparemment plane, avec un point bas à +80 et un point haut à +82 NGA. Inclinée vers l'Ouest, cette étendue consiste en une dépression dont l'origine remonterait au début du Quaternaire.

Elle est occupée temporairement par un lac salé dont la teneur moyenne de la saumure est estimée, par endroit, à plus de 100 g/l de sels dissous (l'eau de mer en contient de 35 à 37 g/l).

Dans son extrémité occidentale émerge un îlot (El Djezira) culminant à 136m. Cet îlot constituerait vraisemblablement une butte témoin de la sédimentation continentale pliocène.

La formation de la Grande Sebkha d'Oran aurait eu lieu dans un environnement géologique (cuvette en voie de subsidence), hydrogéologique (présence d'un niveau aquifère non loin de la surface du sol) et climatique (climat semi-aride à aride) favorable.

La déflation éolienne a joué, en plus, un rôle incontestable dans le creusement de la cuvette. En effet, le phénomène de subsidence entraîne un enfoncement progressif des sédiments avec cependant le maintien de la surface piézométrique à ses cotes initiales. Ce qui se traduit dans le cas d'une sédimentation granoclassée verticalement (diminution progressive de la taille des grains de la base vers le sommet) par un ralentissement de la vitesse de percolation des eaux entraînant ainsi une concentration des sels dissous. Cette concentration des eaux est largement soutenue aussi par les échanges atmosphériques liés au phénomène d'évaporation sous l'effet de la température. Cette situation amènerait, par conséquent, de nouvelles conditions pédologiques en surface entraînant ainsi une salinisation des sols. Ces derniers, attaqués par le sel, vont perdre leur cohésion pour devenir pulvérulents. Etant donné la finesse de leurs grains, ils seront soulevés du fond de la cuvette par le vent pour être déplacés dans la direction dominante et déposés sur la bordure à la faveur d'une quelconque végétation ou de petits reliefs. Ces dépôts, de nature argilo-limoneuse, appelés «lunettes»

Figure 45 : Corrélation de la coupe de l'Oued Tafaraoui et des forages de la plaine de la M'léta (Sud de la Sebkha)

par les géomorphologues, sont réellement rencontrés sur la bordure sud de la sebkha. Les particules solides déplacées vont s'accumuler pour constituer en l'espace de quelques milliers d'années le bourrelet de collines d'El Hamoul. Le phénomène de déflation va continuer de soulever et de déplacer ces particules du sol jusqu'à atteindre la surface piézométrique de la nappe phréatique, ce qui expliquerait la topographie apparemment plane de son fond. Ainsi formée, la sebkha va être alimentée de façon permanente en produits solubles et insolubles par voie exogène: eaux atmosphériques précipitées directement sur le lac, eaux de ruissellement issues du bassin hydrographique, eaux souterraines de la nappe phréatique déversées latéralement sur les bordures. Cette alimentation serait renforcée par voie endogène à travers des remontées per ascensum d'eaux souterraines profondes, si les conditions géologiques et hydrogéologiques le permettent. Les charges solubles, constituées principalement de chlorures et de sodium, y sont précipitées en saison sèche sous l'effet du phénomène évaporatoire.

La matière insoluble, formée essentiellement de minéraux argileux arrachés aux reliefs du versant des Tessala, est transportée par le ruissellement lors des épisodes pluvieux pour y être décantée. L'accumulation de la matière (soluble et insoluble) au cours des temps géologiques, va se traduire par une sédimentation alternée de couches de sel et de vase.

L'épaisseur de ces dépôts, plus importante sans doute dans la partie axiale de la dépression, serait en rapport avec la durée de l'existence de la sebkha même.

précédent sommaire suivant