WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude des matériaux observés au cours des prospections détaillées des champs de pétrole et de gaz

( Télécharger le fichier original )
par Ibsam NGULWE TUMAINI Wa'RUSAATI
Université de Kinshasa - Graduat en pétrole et gaz 2012
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

II.3. Prospections Géochimiques

La prospection géochimique consiste en la mesure du contenu en un ou plusieurs éléments en traces des roches, des sols, des sédiments de ruisseau, de la végétation, de l'eau ou des gaz.

Le but de ces mesures est la mise en évidence d'anomalies géochimiques, c'est-à-dire de concentrations anormales en certains éléments contrastant nettement avec leur environnement qui représente le fond géochimique.

Une anomalie peut être défini comme toute teneur plus élevée ou plus basse que le fond géochimique. (CHAUSSIER et MOER, 1992)

II.4. Forage

Il n'existe pas des moyens ou des techniques permettant à partir de la surface de déceler avec certitude la présence des hydrocarbures dans le sous-sol. (NGUYEN, 1993). Les géologues et les géophysiciens ayant définis où et à quelle profondeur pourrait se trouver un gisement d'hydrocarbure, arrive l'étape essentielle de la prospection : le forage. (BAUQUIS et BAUQUIS, 2004). Ces forages pétroliers sont effectués afin de confirmer cette présence possible et la nature des hydrocarbures éventuellement contenus dans la roche réservoir. (NGUYEN, 1993)

Le forage a donc pour objectif de créer une liaison entre la surface et la formation cible, en forant les couches géologiques sur des profondeurs pouvant atteindre une dizaine de milliers de mètres.

Si les résultats du forage d'exploration (premier puits foré dans la zone) se révèlent positifs, il s'agit ensuite de délimiter le gisement découvert et d'en apprécier l'intérêt en forant des puits supplémentaires.

Que le forage soit positif ou non, il procure au géologue d'importantes informations sous forme des carottes, de déblais et d'enregistrement électrique au fond du puits. (FEUILLET-MIDRIER, 2002)

Conclusion

Au cours des cinquante dernières années, des méthodes modernes de recherche géologique ont nettement augmenté les chances de découvrir des nouveaux champs pétrolifères.

Malgré ces techniques modernes et la haute qualification des géologues et géophysiciens, la découverte de gisements reste une activité très incertaine. Les géologues et les géophysiciens disposent de plusieurs outils pour identifier les zones potentielles de forage. La géophysique, grâce aux techniques sismiques, est la première à voir l'invisible, le réservoir (DUBOIS et DIAMENT, 2005).

Elle révèle les pièges d'hydrocarbures possibles, mais ne fournit habituellement pas d'indications directes de la présence de ces hydrocarbures. Le forage est la seule façon sûre de vérifier s'il y a bel et bien du pétrole et/ou du gaz dans les structures (La Société royale du Canada)

Aucune méthode ne garantit aujourd'hui le succès même si les avancés techniques les plus récentes réduisent sensiblement l'incertitude, et donc le risque inhérent à la recherche pétrolière. (GERARD, 2000)

La technique de prospection géophysique présente le domaine où les investissements de la prospection (pétrolière essentiellement) sont les plus élevés (plus de 80% des dépenses de prospections des compagnies pétrolières (DUBOIS et DIAMENT, 2005).

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour