WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Ordre de Berlin et la conception de l'état du mouvement politico-religieux bundu dia kongo: mythe ou réalité

( Télécharger le fichier original )
par Mahatma Julien Tazi K. Tien-a-be
Université de Kinshasa - Doctorat en Relations Internationales 2013
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE III. PRESENTATION DU MOUVEMENT POLITICO RELIGIEUX BUNDU DIA KONGO

Pour bien connaître et comprendre le BDK, il faut se refuser de le percevoir avec les grilles de lecture occidentalisées. Il faut l'intégrer dans la dimension uniquement africaine et particulièrement dans la tradition kongo.

Cela passe par la saisie de sa capacité trilogique :

Science- religion-politique : il faut bien comprendre le bukongo. Cette perception trilogique est complémentaire.

Elle est traduite dans la sagesse kongo comme suit : makuku matatu ma lamba kongo (annexe n° 1).

Cette sagesse reprend une réalité de trois ancêtres, chacun représentant un domaine de vie kongo :

· Mpanzu : la science / technologie

· Nsaku  : la religion

· Yaya Nzinga : la politique

De ce qui précède, nous devons comprendre que le BDK est un mouvement tridimensionnel, organisé autour de la science/technologie ( Mpanzu), la religion(Nsaku) et la politique( Nzinga).

C'est ainsi qu'il parait normal de le nommer mouvement scientifico-politico religieux.

L'objectif du BDK est de sauver l'Homme. Pour y arriver, il se refuse de séparer le matériel du spirituel et de la science.

Cela parce que dans la sagesse traditionnelle kongo, le chef est à la fois mfumu ye nganga (roi et prêtre). Tout compte fait, le Bdk est une union du spirituel et du matériel.

Définition de BDK

Dans l'étymologie kongo, le bundu, c'est l'union Kongo. C'est un mouvement politico religieux. Son objectif est de promouvoir le bien être spirituel et matériel de l'homme (d'abord) et celui de la société.

Le BDK est la renaissance de l'anciennne école initiatique kongo. Sa philosophie est fondée sur le makuku matatu malamba kongo= amour- intelligence-pouvoir.

Nature de BDK

Le BDK est un mouvement de libération culturelle, spirituelle et matérielle de l'Afrique tout entière. La réhabilitation de la culture Kongo et celle de l'Afrique.

Genèse de BDK

Le BDK est un mouvement jeune, et ancien en même temps. Ancien parce qu'il a commencé avec la pensée de yaya kimpa vita qui avait dit : mavimpi ma katiopa mukutuka mu ntimansi.

Il est jeune, parce qu'il a été officiellement crée le 03 juillet 1969 avec la révélation de l'archange Akongo à Ne Muanda Nsemi (ramener le bakongo à leur premier amour : la pratique de leur culture et tradition. L'exécution de sa vision commence officiellement le 04 janvier 1986.

Sa mission

Inciter la prise de conscience kongo et celle de son peuple. Celui-ci est considéré comme élu par Dieu pour une véritable révolution africaine. Révolution du peuple noir de toute l'Afrique jusqu'au rétablissement des cultures africaines et le développement intégral de tout le continent africain.

La mission principale est de vaincre pour remplacer les idées fausses contenues dans les religions coloniales, dans la science et la politique par les idées vraies. La vraie mission du BDK et celle de Ne Muanda Nsemi, c'est celle de préparer l'Afrique Centrale à l'avènement du troisième millénaire qu'il appelle l'ère du verseau.

Sa vocation et rayon d'action :

Atteindre toute l'Afrique noire. Sa base naturelle est cependant la province du Bas-Congo. Il est bien implanté dans l'espace culturel : l'Angola, la RDC, le Congo-Brazza et le Gabon. Il est également implanté en Europe, en Amérique.

En Afrique, l'objectif de son implantation est de couvrir d'abord l'espace de l'ancien Royaume Kongo.

Le combat de BDK

Le combat de BDK est celui d'imposer le nzila kongo( le chemin kongo ou l'idéal kongo) par le débat et non par la guerre. Ceci veut dire que ce mouvement est à priori un mouvement pacifiste.

Organisation de BDK

1. Le chef spirituel : nlongi'a kongo

Il en est le coordonnateur et visionnaire. Il en détermine le fonctionnement. Il est le représentant du bukongo. Le père des bakongo. Il est le chef spirituel des Bakongo. Il est en même temps roi et prêtre, le chef des clans (ne makandala)

2. Les conseillés

Trois conseillés représentant chacun un pays un pays de l'ancien royaume kongo.

3. Le chef de centre

Chaque pays représente un centre. Il est dirigé par un chef de centre.

4. Les sections ou les zikwa

Un zikua est dirigé par un mfumu zikwa, un chef de section.

Au sein d'une section, il y a un directoire ( kilongo kia zikwa). C'est un corps sacerdotal composé de quatre membres.

Chaque section a :

· Un directeur et son adjoint ( mayala ma zikwa)

· Deux prêtres ( nganga ma zikwa). Les prêtres sont des intermédiaires entre les hommes, les ancêtres et les dieux.

Les enseignements de bdk

Le bdk n'est pas seulement attaché aux traditions mais aussi aux mythes. Ses enseignements religieux, pour créer l'adhésion, la foi recourent très souvent aux mythes, à des allégories.

Il explique les réalités de la vie sociale, la vie courante par des mythes, contes et symboles. Son postulat de départ est : « makanda ma bantu ye kinzambi kiawu (chaque race et peuple a ses dieux). Ce peuple a ses archanges, ses envoyés. L'objectif est de prouver que sur le plan spirituel, les noirs sont différents des autres peuples. Ils ont leurs dieux manifestés en un archange noir.

Ainsi soutient-il aucun mimétisme religieux ou spirituel ne peut permettre à l'Afrique de se développer. Enseigner à l'Afrique des dieux étrangers serait l'acculturer et l'empêcher de se développer.

Voici ce qu'il propose à l'Afrique :

· Le dieu de l'Afrique nzambi'a mpungu

· Son archange : muanda kongo

· Son peuple élu : bakongo

· Sa terre promise : le kongo

· Son prophète : mbuta kimbangu

· Son livre sacré : makaba

L'enseignement spirituel de Ne Muanda Nsemi tente d'expliquer que c'est la connexion d'un peuple, d'une race à son génie superviseur qui peut susciter son développement.

De ce qui précède, le bdk se présente comme ce mouvement capable de ramener l'Afrique en général et le kongo en particulier à la quête de sa propre culture et d'éviter les emprunts.

Il se sert des allégories, des images, des discours mythiques, des références aux êtres supérieurs, aux symboles pour construire ses prémisses et prouver la véracité de ses arguments.

Le dieu dans l'enseignement de bdk

Dans l'enseignement de bdk, dieu a une place de choix comme chez tous les bakongo. Il ne croit pas seulement à dieu mais aussi aux ancetres morts. Ainsi, le bdk exige l'amélioration constante de la relation entre les vivants et les morts. Les morts ne sont jamais morts. La religion bdk enseigne l'immortalité de l'âme. Dans cette perspective un membre de BDK pense que l'homme vivant ne peut épuiser son âme par la mort. Ainsi, l'homme ne meurt jamais (muntu kawu fua koku). Tous ceux qui meurt vont au « shimu kongo)= le mort n'a pas disparu, il a traversé la rive kongo. Le shimu, c'est le kongo spirituel, où vivent tous ceux qui meurent. De là, ils sont jugés selon leurs actes :

· Le mukulu ( bakulu) l'esprit des ancêtres morts dans le bien. Il protège les vivants.

· Le mukuyu ( bakuyu) esprit des ancetres morts dans le mal. Ils sont invoqués pour jetter le sort

· Les ancetres morts par amour du kongo, les héros kongo.

Le BDK et les autres religiosités traditionnelles

1. Ressemblance

· Un esprit protestataire, refusant d'intégrer dans l'ordre établi et désaculturé

· Affirmation du lien traditionnel et ses valeurs face à la modernité

· Lutte pour l'émancipation des peuples colonisés

· Mouvement de résistance collective

· Référence au mythe du salut et l'utilisation du discours du sacré pour poser des revendications d'ordre politique et social

· Refus de l'aliénation culturelle

· La volonté de se libérer de l'oppression culturelle, sociale et politique

précédent sommaire suivant