WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La mise en place d'une base des données pour la gestion de la facturation des abonnés de la Regideso.


par Sylvain MUKENDI
isic kananga - Graduat 2016
  

précédent sommaire suivant

I.2. Conception de Base de Données

La conception d'un système d'information n'est pas évidente car, il faut réfléchir sur l'ensemble de l'organisation, que l'on doit mettre en place. La phase de conception nécessite des méthodes permettant de mettre en place un modèle sur lequel il faut s'appuyer. Lja modélisation consiste à créer une représentation virtuelle d'une réalité de telle façon à faire ressortir les points auxquels l'on s'intéresse. La méthode la plus utilisée et rependue est la méthode "MERISE".

I.2.1. MERISE (Méthode d'Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d'Entreprise), est une méthode de conception, de développement et de réalisation des projets informatiques.

Caractéristiques générales : ·

- Cohérence interne et avec l'industrie ;

- Séparation des données et des traitements ;

- Description de l'existant pour aller vers le futur ;

- Prise en compte du système d'information.

REMARQUE : Le modèle conceptuel de données à pour but d'écrire de façon formelle les données qui sont utilisées par le système d'information. Il permet de décrire les données de l'entreprise ou de l'organisation. Pour 3(*)3(*)cela, nous essayerons de présenter les données et les relations qui existent entre les objets qui auront été étudiés.

I.2.2. Eléments constructifs du modèle relationnel

Dans ce modèle, les données sont représentées par de tables, sans préjuger de la façon dont les informations sont stockées dans la machines. Les tables constituent donc la structure logique du modèle relationnel. Les tables ne représentent donc qu'une abstraction de l'enregistrement physique des données en mémoire. Le père des bases relationnelles est Edgar Frank CODD. Chercheur chez IBM à la fin des années 1960. Les objectifs du modèle relationnel sont :

- Proposer des schémas de données faciles à utiliser ;

- Améliorer l'indépendance logique et physique ;

- Mettre à la disposition des utilisateurs des langages de haut niveau.

1. Attribut : Un attribut est un identifiant (un nom) décrivant une information stockée dans une base.

2. Domaine : Le domaine d'un attribut est l'ensemble, fini 5(*)ou infini, de ses valeurs possibles.

3. Relation : Une relation est un sous-ensemble du point cartésien de n domaines d'attributs (n>0).

4. Schéma de relation : Un schéma de relation précise le nom de la relation ainsi que la liste des attributs avec leurs domaines.

5. Degré : Le degré d'une relation est son nombre d'attributs.

6. Occurrence ou n - uplets ou tuples : Une occurrence, ou un - uplets ou tuples, est un élément de l'ensemble figuré par une relation. Autrement dit, une occurrence est une ligne du tableau qui représente la relation.

7. Cardinalité : La cardinalité d'une relation est son nombre d'occurrences.

8. Clé candidate : Une clé candidate d'une relation est un ensemble minimal des attributs de la relation dont les valeurs identifient à coup sur l'occurrence. La valeur d'une clé candidate est donc distincte pour toutes les tuples de la relation. La notion de la clé candidate est essentielle dans le modèle relationnel.

9. Clé primaire : Une clé primaire d'une relation est une de ses clés candidate. Pour signaler la clé primaire, ses attributs sont généralement soulignés.

10. Clé étrangère : Une clé étrangère dans une relation est formée d'un ou plusieurs attributs qui constituent une clé primaire dans une autre relation.

11. Schéma relationnel : Un schéma relationnel est constitué par l'ensemble des schémas de relation.

12. Base de données relationnelle : Une base de données relationnelle est constituée par l'ensemble des n-uplets des relations du schéma relationnel

I.2.2.1. Normalisation

Les formes normales sont différents stades de qualité qui permettent d'éviter la redondance dans les bases de données relationnelles afin d'éviter ou limiter : les pertes de données, les incohérences au sein des données, l'effondrement des performances des traitements. Le processus de normalisation consiste à remplacer une relation donnée par certaines projections afin que la jointure de ces projections permette de retrouver la relation initiale.

* 3 4 Notes cours François Popo, S.G.B.D, cours G3 Info.Unilu, 2014

Georges GARDARIN, Base de donnees objet et relationnelle, Ed. Eyrolles, Paris, 1999, pp. 3.

précédent sommaire suivant