WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de l'impact du taux de change sur le prix des biens de consommation en RDC de 2001 à  2014.

( Télécharger le fichier original )
par Laisi Itongwa
unvesité de kinshasa - Graduat 2014
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE III : IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES
PRIX DES BIENS DE CONSOMMATION EN RDC

Après avoir eu l'idée sur l'évolution du taux de change dans le pays ainsi que l'évolution des prix pendant les différentes périodes sous examen, il est évident de connaitre aussi les effets du taux de change sur les prix.

C'est ainsi que ce présent chapitre a pour objet d'analyser l'impact du taux de change sur les prix des biens de consommation en RDC.

Ce chapitre est subdivisé en deux sections, la première section traite de répercussions de taux de change sur les prix des biens de consommation, la deuxième analyse l'influence de taux de change sur l'inflation.

3.1. REPERCUSSIONS DU TAUX DE CHANGE SUR LES PRIX DES BIENS DE CONSOMMATION EN RDC

L'économie de la République Démocratique du Congo (RDC)

est extravertie, c'est-à-dire son économie est tournée vers l'extérieur.

C'est ainsi que analyser l'impact du taux de changer sur les prix des biens de consommation produit localement serait injuste aussi longtemps que le pays reçoive au jour les jours les biens en provenance de l'étranger.

En effet, les répercussions du taux de change vont s'analyser aussi bien sur les prix des biens de consommation exportés que sur les prix des biens importés car une variation du taux de change sur le marché affecte les prix de deux cotés.

45

Il sied de signaler que le régime de change flottant joue un rôle fondamental dans le mécanisme de transmission de la politique monétaire, d'autant plus il permet au pays à stabiliser le taux de change pendant un certain temps et à s'orienter vers un cadre de lutte contre l'inflation.

Par ailleurs, le panier de consommation utilisé pour calculer l'indice des prix à la consommation (IPC) du pays comprend habituellement des biens produits localement et des biens importés de l'étrange.

La proportion de la variation des prix des biens de consommation sur le marché est donc conditionnée par les variations du taux de change.

Ainsi si le taux de change d'un pays donné est faible et que donc, les biens qu'il produit sont relativement bon marché, les résidents de ce pays achèteront peu de biens et services à l'étranger, au contraire des résidents des autres pays, pour la même raison. Les exportations nettes de ce pays seront donc élevées.24

Un taux faible est synonyme de l'appréciation monétaire. C'est l'inverse qui se passe lorsque le taux de change est élevé rendant élevé aussi le prix des biens intérieurs par rapport à celui des biens étrangers.

Dans ce cas, les résidents du pays concerné achètent de nombreux biens importés, alors que les autres pays ne lui achètent que peu des biens et services, ses exportations nettes sont faibles.

24 GREGORY, M. Macroéconomie, traduction de la 7éme éd. Américain par JIHAD. C. EL Naboolsi, 5éme éd. Française, de BOECK 2010. p.189.

46

Le taux de change affecte donc les prix relatifs des biens d'un pays donné par rapport aux biens étranger. Ainsi, le prix en Franc Congolais d'un bien produit aux Etats-Unis est déterminé par deux facteurs : le prix en dollars US de ce bien, et le taux de change Francs contre dollars.25

En effet, la variation du taux de change sur les prix des biens de consommations en RDC a des conséquences selon que le taux de change se dépréciés ou s'appréciés.

Dans le cas de la dépréciation de la monnaie nationale c'est-à-dire qu'il y a hausse du taux de change, les prix des biens de consommation se trouvant sur le territoire national vont augmenter.

Supposons que le taux de change Franc contre dollar est de 900 FC, un opérateur économique vend un sac de maïs à 10$ soit 9000 FC actuellement. Si un mois après le taux de change se déprécie en passent à 920 FC le dollar américain, le même sac de maïs coutera alors 9200 FC d'où hausse de prix.

Cette situation aura comme conséquence sur la balance commerciale du pays car si le taux de change est passé à la hausse un bon nombre de résident va acheter de nombreux biens importés, alors que les autres pays n'achètent que peu les biens locaux. D'où faible niveau des exportations.

En plus, il y a risque de perdre la valeur de la monnaie nationale car la majorité de la population va préférer acheter les biens en utilisant le dollar au détriment du Franc Congolais car le dollar est stable.

25 ITIMELONGO, T. Economie monétaire, G3 Economie FASEG, UNIKIN 2014-2015 p. 87.

47

Dans le pays (RDC), cette situation de dépréciation de la monnaie nationale s'était observée beaucoup plus pendant les périodes d'avant 2001 quand le pays appliqué le système de change administré.

C'est le cas par exemple de l'année 2000 où le Franc Congolais a perdu (sa valeur) 91, 0% de sa valeur à l'interbancaire face au dollar Américain contre 46, 7% une année auparavant.26

Depuis le 26 Mai 2001, le pays avait procède par l'unification des taux de change en libéralisant le marché des changes, nous assistons actuellement à des situations un peu idéal malgré les situations de guerre multiples dans certains coins du pays.

Ainsi, le régime de change flottant explique la stabilité du taux de change ces dernières périodes.

Au cas où à la monnaie nationale est apprécié c'est-à-dire il y a baisse de taux de change, les prix de biens de consommation se trouvant sur le marché vont diminuer.

En revanche, comme les agents économiques réagissent aux incitations stipule l'un des principes de l'économie, ceux se trouvant sur le territoire national vont acheter beaucoup de biens de consommation produit localement au détriment de biens importés.

Supposons que le taux de change Franc/dollar est de 920 FC, aujourd'hui et qu'un agent économique étranger vend un sac du riz à 25$ soit 23.000Fc en monnaie nationale.

26 Rapport annuel 2000. BCC.

48

Si un temps après le taux de change est apprécié en passant à 900 FC le dollar, le sac vaudra alors 22500 FC en monnaie nationale d'où une baisse de prix du sac du riz.

Par conséquent l'importateur va préférer soit vendre son produit en dollar chose qui sera impossible pour lui dans un pays où il y a un système de change efficace ou soit il va chercher à ajuster ces prix à la hausse dans l'exposition d'avoir une marge bénéficiaire élevé. D'où perte de compétitivité sur le marché.

Le pays lui va voir sa balance commerciale excédentaire car il va exporter beaucoup des produits.

REFK selmi jendouba, dans sa thèse de DEA intitulé transmission des variations du taux de change sur les prix à la consommation, a démontré deux raisons au moins pour lesquelles la transmission du taux de change aux prix intérieurs peut ou ne pas être intégrale même si la transmission au prix à l'importation l'Est.27

Premièrement, les coûts de distribution comme les coûts de transports, de commercialisation et de services, peuvent créer des écarts entre les prix à l'importation et les prix à l'exportation, écarts qui fluctueront si les distributeurs ajustent leurs marges bénéficiaires en réaction aux mouvements de la monnaie locale.

Deuxièmement l'application de stratégies de prix diffèrent par les grossistes étrangers et les détaillants locaux à l'égard des produits vendus sur le marché national peuvent expliquer que la transmission aux prix des biens consommés intérieurement soit inférieure à la part des biens

27 Pour en savoir plus, consulter : la transmission du taux de change sur les prix à la consommation DEA 2007. Tunisie Op.cit.

Ainsi, le taux de change sera considéré comme la variable indépendante (X) et le taux d'inflation comme variable dépendante KY).

49

importés dans le panier de l'indice de prix à la consommation même si la transmission aux prix à l'importation est complète.

Cela peut être le cas par exemple lorsque les sociétés étrangères exportatrices fixent leur prix dans la monnaie de leur pays, pendant que les détaillants locaux préfèrent les établir dans la monnaie nationale.

De ce qui précède, il a été indiqué que les prix des biens fluctuent généralement en fonction des variations du taux de change, il importe de signaler alors que le taux de change constitue un des mécanismes de la politique monétaire qui permet à cette politique à aboutir à des résultats efficients et efficaces.

Ainsi, soucieuse de garantir le bien être de la population l'autorité monétaire se force à maintenir stable son taux de change que ça soit à l'indicatif ou soit sur le marché parallèle et cela s'observe ces cinq dernières années car en maintenant stable son taux de change non seulement les prix vont se comporter bien sur le marché mais aussi elle verra sa balance commerciale stable ainsi que le pouvoir d'achat de la population assuré.

précédent sommaire suivant







Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



9impact, le film en entier sur vimeo

BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.