WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de l'impact du taux de change sur le prix des biens de consommation en RDC de 2001 à  2014.

( Télécharger le fichier original )
par Laisi Itongwa
unvesité de kinshasa - Graduat 2014
  

précédent sommaire suivant

2.2. EVOLUTION DE PRIX EN RDC

Il sera question d'analyser l'évolution des prix à l'intérieur du pays. Tout en prenant en considération les périodes d'analyse de cette étude. Toute fois nous allons faire une petite rétrospection sur les périodes qui précèdent, la première période d'analyse de cette étude en vue d'avoir une idée sur le passé et de mieux faire l'extrapolation.

2.2.1. Evolution des prix avant 2001.

L'observation des prix intérieurs au terme de l'année 2000 laisse apparaitre une accentuation de l'inflation par rapport à l'année 1999, tant sur les marchés de Kinshasa que ceux des Lubumbashi.

Selon l'indice des prix à la consommation des ménages sur les marchés de Kinshasa, calculé par la BCC, le taux d'inflation fin période s'est situé à 511,2% en 2000 contre 483,7% en 1999, en terme de

36

moyenne, le taux d'inflation s'est élevé à 552,5% en 2000 contre 245,2% une année plus tôt.

Au premier semestre, l'évolution des prix a été influencée principalement par les augmentations des prix de carburant à la pompe intervenue le 08 février et le 14 juin 2000 qui ont eu des implications directes sur les prix des biens et de services. Au second semestre, outre les difficultés d'approvisionnement en carburant et les réajustements des prix à la pompe le 20 octobre et le 11 décembre 2000, les prix intérieur ont été impulsés à la hausse par la rareté de devises consécutive à la décision de confier le monopole d'achat du diamant artisanal à une société privée.

Selon l'institut national de la statistique, l'accroissement des prix sur les marchés à Lubumbashi a été de 446,2% au terme de l'année 2000 contre 395,8% en 1999. Ce taux d'inflation est inférieur de 65,0 points à celui de Kinshasa.

Comme à Kinshasa, la dépréciation continue du franc congolais est essentiellement le facteur explicatif de l'évolution des prix.

Par ailleurs, l'accroissement des prix observés sur les marchés de Lubumbashi au cours de l'an 2000, bien qu'ayant concernés tous les postes de dépenses a été plus important au niveau des rubriques « services » et « alimentations ».

L'évolution des prix à Lubumbashi au cours de l'année 2000 laisse apparaitre un taux d'inflation moyen de 134,6% au premier semestre contre 132,8% au second, ce qui a porté le taux d'inflation moyen mensuel au premier semestre à 16,0% contre 15,0% au second semestre.

37

2.2.2. Evolution des prix de 2001 à 2014.

Le rythme d'accroissement des prix intérieurs s'est ralenti au cours des sept derniers mois de l'année 2001.

En effet, le taux d'inflation moyen mensuel au cours de la période 2001 s'est établi à 0,3% entre mai et décembre 2001 contre 18,1% entre janvier et mai 2001.

Il sied de signaler que cette année (2001) a été marquée par une décélération du rythme d'augmentation des prix sur le marché de Kinshasa que sur celui de Lubumbashi. A Kinshasa, l'indice des prix calculé par la BCC situait le taux d'inflation fin période à 135,1% en 2001 contre 511,2% en 2000. Le taux enregistré en 2001 est de 5.9 points inférieurs à l'objectif révisé de 141,0% dans le PIR. Le taux d'inflation moyen annuel a été de 357,3% en 2001.

En effet, l'analyse de l'indice générale des prix révèle de la décélération de l'inflation a concerné toutes les rubriques. Les prix dans la composante (( alimentation )) et (( logement )) ont augmenté de 112,0% et 182,0% en 2001 contre respectivement 418,1% et 473,1% l'année précédente, ceux des rubriques (( habillement )) et (( autres articles et services » se sont accrus de 181,5% et 157,0% en 2001, alors qu'ils avaient progressé respectivement de 691,4% et 968,5% en 2000.

Les prix des produits alimentaires ainsi que ceux des articles services devises ont contribué respectivement pour 48,6% et 27,2% dans la formation des prix, loyer et les prix d'articles d'habillement sont intervenus pour 15,2% et 8,9%.

38

D'après les données de l'INS, la hausse des prix sur les marchés de Lubumbashi en 2001 a été 215,2%, après avoir atteint 446,2% une année auparavant.

Les politiques appliquées dans le cadre du PIR ont permis de réduire le niveau de l'inflation à Lubumbashi. Toute fois la baisse observée a été de moindre ampleur par rapport à celle enregistré sur les marchés de Kinshasa.

En 2002, l'évolution en pourcentage était de l'ordre de 15,8 en fin période et de 64,4 en moyenne annuelle, d'où une variation négative de 120,0 afin période et de 264,0 en moyenne annuelle.

Par ailleurs, le ralentissement notable du rythme de formation des prix observé en 2002 s'est poursuivi en 2003. Selon l'indice des prix à la consommation des ménages calculé par la BCC, le taux d'inflation s'était établi à 4.4% contre 15.8% une année au paravent. Ce taux est de 1.6% inférieur à l'objectif de 6.0% fixé dans le PEG.

Après un ralentissement remarquable en 2003, le rythme de formation des prix s'est accéléré en 2004. Selon l'indice des prix à la consommation des ménages calculé par la BCC, le taux d'inflation fin période s'était établi à 9.2% en 2004 contre 4.4% une année au paravent. Ce taux est de 0.3 point de pourcentage supérieur à l'objectif de 8.9% prévu dans le PEG.

Comme en 2004, le processus de désinflation de l'économie observé entre 2001 et 2003 ne s'était pas poursuivi en 2005, en dépit des efforts entrepris au cours du second semestre de cette année. En effet au cours de l'année 2005, l'inflation s'est établie à 21.3% contre 9.2% en 2004 et 8.5% pour la moyenne africaine. Cette réalisation situé le taux

39

d'inflation à 1.3% point le pourcentage inferieur à l'objectif révisé de 22.6% retenu pour l'année.

Comparativement à l'année 2005, il a été observé une atténuation des tensions inflationnistes en 2006 corrélées positivement au ralentissement de l'expansion monétaire. En effet, en glissement annuel, le taux d'inflation s'est établi à 18.2% contre 21.3% en 2005, soit un recul de 3.1 points de pourcentage. En moyenne annuelle, il se situe à 13.2% contre 21.4% l'année précédente. Le taux fin période est en dépassant de 3.2 points par rapport à l'objectif révisé de 15.0% fixé dans le cadre du Programme Relais de Consolidation (PRC).

Au cours de l'exercice 2007, le rythme de formation des prix des intérieurs, la désinflation de l'économie, notée depuis 2005, s'est poursuivie. Au terme de l'année (2007), la hausse du niveau général des prix s'est établi à 9,9% contre 18,2% et 21,3% respectivement en 2006 et 2005. Cependant, la volatilité de l'inflation, est demandée l'un des problèmes auxquels se trouve contrée la politique monétaire, hormis la dollarisation et la sous bancarisation de l'économie nationale.

En 2008, le taux d'inflation a atteint 27.6% contre un objectif de 23.5%. Le rythme de formation des prix intérieurs a connu une accélération, situant le taux d'inflation annuel à 27.57% contre 9.96% en 2007.

L'analyse de l'inflation au cours de l'année sous revue met en exergue 4 phases :

? Phase d'inflation d'origine monétaire : de janvier à mars ;

? Phase d'inflation importée et par les couts : de mars à juillet ; ? Phase de désinflation : de juillet à octobre ;

En 2012 la situation était un peut améliorer, l'inflation s'était situé à 2,79%. En effet, sur le marché des biens et services, l'inflation

40

? Phase de reprise d'inflation : de novembre à décembre.

Par ailleurs, la reprise de l'inflation observée en 2008 s'est accélérée en 2009 avec une ampleur jamais atteinte depuis que le pays a renoué sa coopération avec la communauté financière internationale. En effet, le taux d'inflation s'est élevé à 53.4% contre 27.6% une année au paravent, soit un écart à la hausse de 25.6 points de pourcentage.

Cette situation est consécutive à la conjugaison des chocs à la fois endogènes et exogènes tenant principalement à la forte dépréciation de la monnaie nationale face aux devises étrangères dans une économie fortement dollarisée.

En 2010, le taux d'inflation annuelle s'est situé à 9,8% contre une réalisation de 53,4% en 2009 et un objectif de 9,9% sur l'ensemble de l'année, les prix ont progressé de manière discontinue à travers 3 phases caractérisées par :

1. Des évolutions erratiques sur fond de fortes poussées inflationnistes au cours de deux premiers mois de l'année ;

2. Une relative stabilité entre mars et aout ;

3. Et un retour des tensions à partir du mois de septembre à cause des effets conjugués de l'excès de liquidité et du renchérissement des principaux de grandes consommations sur le marché international.

L'an 2011, a été marqué par l'accélération du rythme de formation des prix intérieurs. En effet, le taux d'inflation, à fin période s'est situé à 15.4% contre 9.8% pour l'année précédente.

41

s'était de nouveau repliée, se situant à 1,07% en 2013 contre 2,72% en 2012, face à un niveau programmé de 4,0%.

En 2013, le marché de biens et services a été caractérisé globalement par un une stabilité des prix intérieurs. Toutes les fonctions de l'indice des prix à la consommation en 2013 ont présenté des prix relatifs négatifs consécutifs à la production d'une part importante de leurs articles et à l'administration des prix des certains produits. Par

contre, seule la fonction « produits alimentaires et boissons non
alcoolisées » a présenté un prix de l'ordre de 0,21 point.

Il sied de révéler que cette fonction regorge la quasi-totalité des produits d'origine importée notamment les matières premières utilisées dans la production des boissons non alcoolisées. De ce fait, les prix relatifs de ces produits sont fonction des couts consentis pour les droits d'entrée et pour le transport.

En 2014, sur le marché des biens et services, l'on a observé un taux d'inflation de 1,03% contre 1,07% en 2013 ce qui n'était pas le cas pour les précédentes périodes.

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2013 2014

Evolution de taux de change fin période de l'indicatif (officiel) de 2001 à 2014

Série 1; 0

42

Tableau 1. Evolution de taux de change fin période de l'indicatif (officiel) de 2001 à 2014

ANNEE

TAUX DE CHANGE

2001

312

2002

382

2003

373

2004

444

2005

431

2006

503

2007

502

2008

639

2009

903

2010

915

2011

911

2012

915

2013

926

2014

925

Source : Rapports annuels BCC

43

Tableau 2. Evolution du taux d'inflation fin période de 2001 à 2014

ANNEE

TAUX D'INFLATION (%)

2001

135,1

2002

15,8

2003

4,4

2004

9,2

2005

21,3

2006

18,2

2007

9,96

2008

27,57

2009

53,4

2010

9,8

2011

15,4

2012

2,72

2013

1,07

2014

1,03

Source : Rapports annuels BCC

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Graphique II : evolution du taux d'inflation fin période de
2001 à 2014

44

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.