WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Causes d'insolvabilité des crédits octroyé par les institutions bancaire aux consommateurs de ses produits et services, cas de la first bank of nigeria, agence de kisangani 2015

( Télécharger le fichier original )
par Déborah MWANGALA BWENDE
Institut Supérieur de Commerce - Graduat 2015
  

sommaire suivant

DEDICACES

Nous dédions ce travail qui est le fruit de plusieurs efforts, à nos chers parents, Patrick BUENDE MOMBESA et Miriam MILAMBO MUMPA ainsi qu'à mes petits frères et soeurs Jériel BUENDE, Ammiel BUENDE, Gaddiel BUENDE et Raïssa GAMTHA.

Deborah MWANGALA BWENDE

REMERCIEMENTS

« Aujourd'hui, certes, nous ne voyons que d'une manière indirecte, comme dans un miroir. Alors, nous verrons directement. Dans le temps présent, je connais d'une manière partielle, mais alors je connaitrai comme Dieu me connait. 1Cor. 13 :12 ».

Après un bon moment passé à l'Institut Supérieur de Commerce, nous voici arriver à la fin du premier cycle de notre parcours universitaire. Certes, ce trajet nous l'avons effectué avec l'aide et soutien de plusieurs. Ainsi, il nous est nécessaire d'en être reconnaissant.

Notre grande reconnaissance s'adresse à Dieu, le Tout Puissant créateur de toutes choses, lui qui nous a gardé de sa Main Puissante et Conduis jusqu'à ce stade, que l'honneur lui soit revenu à jamais.

Nos sincères remerciements s'adressent aux autorités académiques et au corps enseignant dudit Institut pour les multiples efforts fournis pour notre formation ; plus particulièrement, nous remercions sincèrement le Chef des Travaux Crispin KABONGO KANDA qui librement a accepté de diriger ce dit travail pour sa réussite et aussi, l'Assistant AMIR BARUMBI Amir, malgré ses multiples préoccupations s'est donné à fond à l'encadrement de ce travail pour en donner un parfait succès.

A nos chères tantes, Eugénie OSALA, Passy KIPINI et Milolo MUMPA qui, par leur amour et conseils ont permis à ce que tout se passent dans les bonnes conditions.

A nos encadreurs, Innocent TALAMA et Grâce MUAMBA, qui de près ou de loin n'ont cessé de penser à notre formation et croissance, ainsi qu'à Polydor MUYENGA pour son soutien à la réalisation de ce travail.

A nos frères et soeurs, Sarah MAFUNDU, Merveille MAFUNDU, Grâce LAMBE, David LOTUMBE, Jean-Christ LIASSA, Ken MONGOY, Esther MAFUNDU, Julie WANGAJA, Alidor LUBONZO, Philippe MIRINDI, et Jean-Romain KALENGA, eux qui nous ont toujours soutenus dans les diverses circonstances.

A nos camarades d'auditoire, Augustin BOTANGE, MWINYI DJUMA, Sylvain OLIMILONGE, Blaise NZANZU, Grâce LOWO, Olga LIKWANDJANDJA, Sarah LOLEKA, Marie BOMETA, Felly BATITA, Jean-Claude ANUTI, John RAMAZANI, Emmanuel ILONGA, Miche MOKE, ainsi que ceux dont les noms ne sont pas repris, eux qui, à chaque occasion, nous ont aidés dans la compréhension de certaines notions.

A la grande famille de Jeunes pour le Réveil Spirituel (JRS) ainsi que de SAJEC (Le salut par Jésus-Christ), qui nous porte toujours à coeur au travers de leurs prières.

Ainsi, nous ne pouvons clore cette page sans pour autant remercier, ceux de près ou de loin nous ont soutenus pour la réalisation de ce travail, qu'ils trouvent ici nos sentiments les plus affectueux.

Déborah MWANGALA BWENDE

INTRODUCTION

Les banques jouent un rôle primordial dans le financement de l'activité économique. Elles collectent et gèrent les dépôts des agents économiques et exercent un réel pouvoir de création monétaire à travers les crédits qu'elles octroient. Elles jouent un rôle d'intermédiaire entre les agents à la capacité de financement et ceux exprimant un besoin de financement. Ce rôle d'intermédiaire financier leur confère une grande responsabilité, mais les exposent également à de nombreux risques (risque de crédit, de liquidité, de solvabilité...)1(*)

Ainsi, la banque comme prestataire de services, elle collecte les dépôts des détenteurs de capitaux et les utilise pour son propre compte en opérations de prêts aux emprunts ultimes. De manière générale, l'activité des banques consiste à s'endetter pour prêter. Elles transforment les caractéristiques intrinsèques des actifs qu'elles acquièrent tant au niveau des échéances qu'au niveau des risques. Lorsque l'intermédiation bancaire est privilégiée et que les agents ont recours au crédit pour se financer, on parle « d'économie d'endettement ». Lorsque la finance directe est privilégiée et que les agents ont davantage recours au marché financier, il y a désintermédiation financière et on parle d' «  économie de marché financier ».

La gestion de risque de crédit octroyé exige à la banque, une vigilance et étude rationnelle de solvabilité avant tout octroi de crédit et plus loin de garantie avant l'octroi de crédit.

La FBN Bank comme toutes autres banques est exposée à ces risques de crédit, qui n'est d'autres que l'insolvabilité des clients, et cette situation fera l'objet de notre étude qui est : « les causes d'insolvabilité des crédits octroyés par les institutions bancaires aux consommateurs de ses produits et ses services » cas de la FBN Bank Agence de Kisangani».

0.1. PROBLEMATIQUE

La problématique est un procès de réflexion, un art d'élaborer ou de poser clairement les problèmes et aussi de les résoudre suivant leur transformation dans la réflexion scientifique ou philosophique. Elle consiste donc à poser d'une manière explicite, claire et précise, le problème qui sera posé plus tard.2(*)

Nous disons avec MUCHELLI, J., que la problématique d'un travail scientifique est un problème que l'investigateur souhaiterait résoudre ou d'une question à laquelle il souhaiterait répondre3(*).

Selon GANI KOONGO, N., la problématique est une question ou un groupe de questions auxquelles un chercheur souhaiterait répondre selon une réflexion scientifique tout au long de son travail scientifique4(*).

Ainsi, pour ce qui nous concerne, notre problématique se résume par la question suivante :

1. Quelles sont les causes d'insolvabilités des consommateurs des produits et services de la FBN Bank ?

Telle est la question à laquelle nous souhaitons donner laréponse provisoire sous formes d'hypothèse.

0.2. HYPOTHESE

L'hypothèse peut être envisagée comme une réponse anticipée que le chercheur formule à sa question spécifique de recherche5(*)

Pour GRAWITZ, l'hypothèseest définie comme une proposition des réponses anticipées aux questions posées qui seront vérifiées au cours de la recherche. Elle tend à formuler une relation entre les positions significatives mêmesou plus au moins précises. Elle permet de les interpréter et leur donner une signification véritable qui constituera un élément imposable dans la théorie6(*).

Partant de la problématique de notre travail, nous avons émis l'hypothèse selon laquelle :

1. Les causes d'insolvabilité seraient le manque de culture d'affaires auprès de consommateurs (mauvaise affectation de fonds reçu), le taux d'intérêt de remboursement trop élevé, la situation socio-économiqueou encore le manque de bonne volonté de ce dernier auprès de sa banque.

0.3. OBJECTIFS

Il est vain d'amorcer un travail scientifique sans un objectif visé. Notre travail repose sur un double objectif :

- Examiner les critères d'octroi de crédit de la FBN Bank ;

- Savoir ce que fait la banque face au cas des insolvables.

0.4. METHODOLOGIE

La réalisation d'une recherche scientifique nécessite l'utilisation des méthodes et techniques qui sont comme une boite à outils àla disposition du chercheur. Ce dernier est censé savoir les utiliser selon les problèmes à étudier.

C'est pourquoi M. GRAWITZ cité par BOLINDA WA BOLINDA dit : une méthode est un ensemble concerté d'opérations mises en oeuvre pour atteindre un ou plusieurs objectifs, un corps de principes, normes permettant de sélectionner et de coordonner les techniques7(*).

0.4.1. METHODES

Dans le cadre de notre recherche, nous avons fait recours à la méthode inductive soutenue par la méthode comparative.

Soulignons que l'inductive est une généralisation, opération dans laquelle on étendà une classe d'objets ce qui a été observé sur un individu en quelques cas particuliers. Cette méthode nous a permis d'analyser les données de la politique d'octroi de crédit de la FBN Bank pour une période donnée et de généraliser le résultat obtenu sur l'ensemble de période de vie de cette institution bancaire.

S'agissant de la méthode comparative, MBUYU MUSOMBO B. cité par BYUMANINE8(*), dit qu'elle aide à rechercher les dissemblances qui existent entre deux ou plusieurs phénomènes. L'essentiel de cette méthode est d'arriver à déterminer le degré d'analyse entre les faits ou phénomènes comparés,être sûr qu'on compare les choses comparables et le grand problème est d'arriver à établir une bonne typologie de fonction.

Nous avons fait recours à cette méthode parce qu'elle nous a permis d'effectuer une comparaison des niveaux de crédits octroyé par la FBN Bank.

0.4.2 TECHNIQUE

De même, la technique d'un travail scientifique est perçue comme les procédés opératoires organisés par la méthode en vue d'atteindre une fin9(*).

Il s'agit des moyens que nous allons utiliser pour entrer en possession des données de notre analyse.

Nous avons en effet, utilisé la technique documentaire, la technique d'interview-libre et la technique statistique.

La technique documentaire nous a été utile dans la collecte des informations en rapport avec notre étude à travers les ouvrages, les différents travaux et rapports d'activités de la FBN Bank, et sur internet.

La technique d'interview-libre quant à elle, nous a permis d'entrer en contact avec les différents responsables de la FBN Bank pour le complément d'information nécessaire à l'aboutissement de notre étude.

Les techniques statistiques nous ont servi dans le traitement des données récoltées en vue de les transformer en données pertinentes pour une meilleure interprétation et une bonne prise de décision.

0.5. LE CHOIX DU SUJET ET INTERET

Le choix judicieux du sujet est motivé par le fait qu'il cadre avec notre filière de formation qui est la science commerciale et financière.

Faisant cette étude, nous souhaitons répondre à un double intérêt à savoir, scientifique et pratique.

Sur le plan scientifique, ce travail constitue un support, une source d'inspiration aux chercheurs ultérieurs qui s'inspireront pour des recherches beaucoup plus affinées et améliorer ainsi le niveau de la connaissance scientifique.

Et sur le plan pratique, les résultats de notre travail peuvent permettre aux responsables de la FBN Bank d'améliorer leurs prestations dans la prise des décisions pour une bonne gestion de crédit octroyé.

0.6. DELIMITATION

Tout travail scientifique doit être délimité dans le temps et dans l'espace. C'est alors que notre investigation a été menée à la First Bank of Nigeria Bank, Agence de Kisangani pour la période de 12 mois soit du 1er Janvier 2015 au 31 Décembre 2015.

0.7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Hormis l'introduction et la conclusion, notre travail comprend trois chapitres :

- Le premier chapitre est consacré à la présentation de la FBN Bank ;

- Le deuxième chapitre présente les considérations théoriques ;

- Le troisième chapitre enfin, la base de notre travail, concerne la présentation des données, analyses et interprétation des résultats.

0.8. DIFFICULTES RENCONTREES

Les entretiens et questions-réponses que nous avons réalisés dans le cadre de notre enquête nous ont posés quelques problèmes. Au nombre des difficultés rencontrées ayant un impact significatif sur le travail présenté, nous avons :

- les difficultés d'accès à certaines données, simplement parce qu'elles sont jugées confidentielles par l'institution ;

- les difficultés d'exécuter scrupuleusement notre planification à cause du non-respect de certains rendez-vous par les personnes ressources de l'institution. Il a fallu donc nous armer de beaucoup de patience et faire preuve d'endurance pour finalement atteindre l'objectif ;

- les difficultés de cibler les consommateurs ayant déjà bénéficié d'un crédit à la banque.

* 1IBAKOMBO INGANDZA Dures Gorden, « l'analyse de la gestion du risque de l'octroi de crédit », Centre Africain d'Etudes Supérieur en Gestion, T.F.E 2013-2014

* 2 J. RINANDO et R. COSTE, Initiation aux sciences économiques, ed. Fernand NATHAN, Paris 1912, P.957

* 3 J. MUCHELLI, Organisation et structure de l'entreprise, initiation à la vie économique, éd. Public-Union, Paris,

1972, p.57

* 4GANI KOONGO NIOKA, Analyse de la contribution de la taxe sur la valeur ajoutée dans les recettes

douanières, cas de la DGDA/Kisangani de 2011 à 2013, inédit, TFC, ISC/KIS,

2012_2013.

* 5F. LOKANGA OTIKEKE, F., Méthode de recherché scientifique, cours inédit, L1 ISC-KIS, 2012-2013

* 6M., GRAWITZ, Méthodes des sciences sociales, 6eed. Dalloz, Paris, 1984, p.408

* 7BOLINDA WA BOLINDA, Méthode de recherche à l'initiation scientifique, G2. ISC

* 8E.BYUMANINE, Méthodologie des données pour la recherche,2000

* 9 BOLINDA WA BOLINDA, Op cit

sommaire suivant