WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse perspective de la mise en place de la titrisation des créances et prêts bancaires en république démocratique du Congo.

( Télécharger le fichier original )
par Laurent Luaba
Université Pédagogique Nationale - Licence 2015
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GENERALE

Face à cet état des choses, en vue de relancer durablement et vigoureusement l'activité économique et susciter l'actionnariat congolais, la BCC a entrepris de démarches visant à faire aboutir à la création d'un marché financier fort et stable en RD Congo.

Cette spécificité, en particulier, la question de la liquidité et des risques nécessairement attachés aux financements à moyen et long termes nécessite une « meilleure articulation banques et marchés financiers ».

Un regard neuf sur la question permet de voir comment les principaux acteurs de l'intermédiation financière aujourd'hui notamment les banques peuvent élargir leur mode d'intervention pour mieux répondre aux besoins de financements longs.

Préalable à la technique de la titrisation, la création d'un marché financier est, semble-t-il, déjà imminente. Ceci pourrait favoriser la mobilisation des ressources longues et l'intervention massive des banques congolaises, par le truchement de la titrisation des créances en vue de hausser la part de la sphère financière sur l'économie réelle.

La titrisation des prêts et créances bancaires est un puissant outil de transformation de l'épargne et de canalisation de cette épargne vers les investissements productifs. Elle peut accroître l'épargne affectée au financement des investissements des entreprises, déjà par l'amélioration de la structure des émissions maintenant dominée par le secteur public. De nombreux auteurs ont critiqué les distorsions entre sphère économique réelle et sphère financière. La titrisation des créances bancaires sur les entreprises permettra de déplacer l'épargne des placements improductifs et spéculateurs vers les emplois productifs.

La titrisation influence positivement l'investissement productif de trois manières en apportant de nouveaux moyens, d'allouer l'épargne, en réduisant le coût du capital et en facilitant la diversification des risques. Ainsi elle affecte favorablement le taux de croissance et améliore la liquidité des marchés financiers.

La titrisation de l'économie congolaise présente sans doute des opportunités et des contraintes. S'inscrivant dans le cadre du financement direct des banques, hormis la création d'un marché financier, la titrisation passe par une préalable autorisation du cadre juridique du pays. Pour qu'elle attire les banques étant que technique de refinancement par l'abandon du réescompte (ce qui allège le poids que porte la Banque Centrale avec des multiples interventions), elle doit être incluse dans le cadre d'une véritable politique nationale tendant à diversifier la structure financière de financement du pays aux fins de l'assouplissement d'accès au crédit.

Eu égard de ce qui précède nous affirmons notre hypothèse avancée dans la problématique dans le sens que la mise en place de la titrisation des créances et prêts bancaires en RD Congo est possible mais cette dernière demande beaucoup de volonté dans les autorités politiques et monétaires du pays comme nous l'avons survolé dans le chapitre trois à la conclusion partielle.

La principale interrogation qu'on peut se poser donc dans une situation comme la nôtre concerne le degré de comptabilité, la fiscalité, la formation des agents spécialisés et de l'adoption de la technique de titrisation de l'économie congolaise.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.