WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à  2014. Croissance intensive et extensive?

( Télécharger le fichier original )
par Daniel DEKASSE DEKASSE
Université de Kinshasa - Graduat 2015
  

précédent sommaire suivant

Section 2 : Facteurs et déterminants de la croissance de l'activité

économique

Pour produire des biens et services, chaque Etat recourt aux facteurs de production dont il dispose. Ces facteurs peuvent être en quantité abondante ou rare et sont soit matériels ou immatériels. La contribution de ces facteurs dans la production des biens et services s'avère très importante et est à l'origine d'un accroissement considérable de la production donc de la croissance.

Dans une combinaison optimale, l'augmentation des facteurs matériels permet un accroissement considérable de la production bien qu'elle présente des rendements décroissants à des quantités additionnelles d'un facteur de production. On parle de rendements décroissants lorsqu'à l'accroissement des inputs (ce qui entre dans le processus de production) correspond un accroissement moins que proportionnel des outputs (ce qui sort du processus de production).

De même, l'amélioration des facteurs immatériels permet de produire efficacement, c'est-à-dire obtenir une grande quantité de la production en utilisant moins de facteurs de production matériels et de favoriser un cadre propice au bon fonctionnement de l'activité économique.

17G.B NKWEMBE UNSITAL, Op. cit.

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à 2014 : croissance intensive ou extensive ? P a g e | 21

2.1. Les facteurs matériels de la croissance économique

Dans cette catégorie nous pouvons regrouper les facteurs comme les ressources humaines, du capital et les ressources naturelles.

2.1.1. Les ressources humaines

Elles sont composées des travailleurs capables, c'est-à-dire donc la population active (l'ensemble de la population à l'âge travail), de participer efficacement à la production. Cette efficacité est appréhendée en termes du niveau de productivité du facteur travail. Lorsque cette main d'oeuvre est quantifiée, elle permet d'obtenir de grandes quantités de produit à l'aide d'une infinie quantité de facteurs de production.

Il en résulte donc que la qualité du produit et le volume de la production dépendent de la quantité de la main d'oeuvre. D'où la nécessité pour chaque Etat qui s'engage sur la voie de la croissance économique :

- De veiller à la qualité, au nombre, à la discipline et à la rémunération conséquente de la main d'oeuvre ;

- Et de créer un cadre favorable à son épanouissement pour l'utiliser au maximum à son profit vu sa mobilité non seulement à l'intérieur de l'Etat mais également entre les Etats, mobilité souvent expliquée par une rémunération élevée de ce facteur.

En outre, un tel Etat considère les ressources humaines comme une source de prospérité dans la mesure où elles lui permettent de réaliser un taux élevé d'accroissement du volume de la production. Elles lui évitent aussi le gaspillage des ressources disponibles souvent très rares et lui permettent enfin le gain de temps. Concernant l'augmentation de la production, les ressources humaines constituent, de par leurs tailles et leurs compétences, un facteur très important de la croissance économique18.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.